Gala's blog | Comment faire son « coming-out » vegan
6973
post-template-default,single,single-post,postid-6973,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Comment faire son « coming-out » vegan

Annoncer à ses proches que l’on devient végétarien, végétalien ou vegan n’est pas une mince affaire ! Si je ne me souviens pas vraiment de comment ça s’est passé quand je suis devenue végétarienne puisque je n’avais que 7 ans, c’est encore tout frais dans ma tête en ce qui concerne mon virage de bord vegan !

Il y a deux semaines, je discutais avec mon petit frère fraîchement végétarien. Et il me racontait qu’une de ses amies était devenue végétarienne quelques temps après lui, et qu’elle était un peu choquée des réactions de ses proches, qu’elle se sentait un peu seule dans les moments où l’on abordait ce sujet.

Sa réflexion m’est restée dans la tête un moment, et j’ai décidé de faire un article pour aider toutes les personnes en transition ou qui sont déjà végé, mais qui ont un peu de mal à aborder calmement ce sujet avec leurs proches. Sans vouloir nous faire passer pour des victimes, les réactions peuvent être très vives à notre égard … Ce qui m’exaspère au plus haut point d’ailleurs !

devenir_vegan_1
 1. Munissez-vous des bons arguments 

Quand j’étais plus jeune, les réactions étaient d’autant plus vives quand je disais que je ne mangeais pas d’animaux car je les aimais trop. Et j’ai pu remarquer une chose assez incroyable, c’est que les personnes sont bien plus compréhensives maintenant que je leur dis que : je suis contre l’industrialisation de la viande. Ca a tout changé, on m’écoute beaucoup plus et je peux discuter tranquillement … On est même souvent d’accord avec moi ! Si vous avez suscité l’intérêt de votre interlocuteur, vous pourrez alors lui balancer tous vos arguments : tri des poussins, antibio, pollution …

 

 2. Montrez que vous savez ce que vous faîtes 

Ca va en complément des arguments … Votre façon d’être importe beaucoup : « Oui, je suis devenu végétarien ou vegan, je me suis renseigné, informé et je suis en bonne santé ». Maintenant que je suis très très sûre de moi à ce niveau là, ça se ressent, et on tente moins de me déstabiliser. Tout le monde l’a accepté dans mon entourage, même les plus réticents ! En fait, même si j’ai du donner des arguments et que je l’ai fait calmement, j’ai bien fait comprendre que je ne leur laissais pas le choix, que c’était comme ça et puis c’est tout.

 

 3. Soyez calme 

N’agressez pas votre interlocuteur et ne soyez pas sur la défensive, c’est ce qu’il y a de pire ! Tentez de garder votre calme même si on vous fait la morale. Combien de fois j’ai entendu « ce n’est pas normal de ne pas manger de viande ». Je souris (les dents un peu serrées je dois dire) et ensuite j’avance mes arguments. J’essaie de ne pas être agressive, et surtout de brosser mon interlocuteur dans le sens du poil « oui peut-être, mais … ». J’ai remarqué que c’était quand j’étais la plus souriante que mes arguments avaient un réel impact. Si tout le monde s’énerve, on ne s’écoute pas, ça ne sert à rien.

 

 4. Rassurez les personnes inquiètes 

Votre maman sera très certainement inquiète pour vos apports en protéines et c’est gentil de sa part. Mais expliquez-lui que vous trouverez autant de protéines dans les végétaux que dans les animaux ! Il y a même plus de protéines dans le tofu que dans un steak ! Les légumineuses, les céréales et les oléagineux sont une source de nutriments très importante aussi ! La viande contient certes des protéines, mais aussi pas mal d’antibiotiques et d’OGM … Ca laisse donc sérieusement à réfléchir.

 

 5. Apprenez l’art de l’auto-dérision 

Au début, ça m’énervait un peu que l’on fasse TOUJOURS les mêmes blagues sur les végétariens … Et puis maintenant c’est moi qui les fait ! Par exemple, si quelqu’un demande à table « Qui veut du poulet? », je tends mon assiette et je dis : Moi, moi, moi !!! Ou alors, quand je suis fatiguée, je me fais la morale : « je n’avais qu’à manger de la viande » … Je m’assure que l’on comprenne que c’est du 2nd degré bien sûr ! De cette façon, je devance et contre les faux-arguments des « pro-viande » ! Autre chose que je trouve importante… C’est de rire aux blagues que l’on fait sur nous ! Soyez décontracté, même si c’est lourd ! Sinon ça ne fera que nourrir l’image du végé extrémiste … Et on écoutera moins vos arguments (en gros, faîtes le pour vous) !

 

Avec ces quelques astuces, mes relations avec les autres se sont nettement apaisées ! C’est pourquoi je trouvais important de les partager avec vous, surtout si vous êtes le seul à être végétarien ou vegan dans votre entourage !

Ce n’est finalement pas grand chose, mais pour moi ça a fait une sacrée différence. Je pense que ce n’est pas en hurlant sur les gens qu’on les fera adhérer à notre cause, ou plutôt à celle de nos amis les bêtes. Bien sûr il y a des jours où il nous est difficile de garder notre calme et ce n’est pas grave ! Mais dans l’ensemble, j’ai pu constater que c’était toujours plus simple quand l’on faisait preuve de sang-froid.

Et vous, comment vous y prenez-vous pour annoncer que vous êtes végétarien ou vegan ?

A bientôt,

Gala.

24 Comments
  • Tiphanie

    5 janvier 2015 at 10 h 37 min Répondre

    Merci pour ton article, tous tes conseils sont très utiles.
    Personnellement, c’est tout récent, ça fait moins d’un mois que je me lance dans le végétarisme. C’est encore assez difficile pour les sorties, les repas entre amis etc… surtout là avec les fêtes, je n’ai pas réussi à ôter à 100% la viande, le poisson etc … (chez moi si, mais pas en repas chez la famille).
    Je l’ai déjà dis à quelques amis, sous entendu à ma mère et ça passe plutôt bien. Comme tu le conseille, j’en rigole moi-même auprès des amis ou de mon chéri et du coup tout vas bien, j’assume complètement.
    Là où c’est le plus dur c’est à propos de mes grands parents, je ne leur ai pas encore dit. Je ne sais pas si je pourrais le faire, je ne vois pas comment aborder la chose, je n’ose pas. Le dernier repas qu’on a fait ensemble, j’avais décidé de m’y mettre à peine une semaine avant, et ma grand mère avait cuisiner de la viande, j’en ai mangé car je me suis sentie obligée, je ne me voyais pas refuser son repas. Au cours de ce repas, le hasard à fait qu’on ai parlé de Aymeric Caron et ma grand mère à sortit « Oh avec lui il faudrait qu’on arrête de manger de la viande, il est fou lui ». Aïe. Déjà que je n’osais pas lui en parler … Du coup, je suis bloquée avec eux, et je ne pense pas pouvoir toujours manger chez elle comme si de rien n’était …
    J’espère trouver le courage de lui en parler, mais j’ai peur qu’elle ne comprenne pas.
    En tout cas, si j’en viens à le faire, je me servirais de ton article pour ses conseils !
    Merci, belle journée 🙂

    • Gala

      5 janvier 2015 at 12 h 48 min Répondre

      Oh oui en effet c’est tout récent 🙂 ! Il te faudra sûrement un petit temps d’adaptation, mais je t’assure qu’après ça devient très facile ! On ne se pose plus de questions !! Je comprends que ce soit dur pour les grands-parents … Les miens étaient très très réticents au début, et maintenant ils me font des petites blagues à ce sujet (on en était très loin) ! Avec certaines personnes, il faut plus de temps … Et parfois on est un peu obligé de passer par une phase de conflit ! Mais tu peux effectivement essayer d’apaiser les choses en appliquant mes conseils … J’espère qu’ils te seront utiles et qu’ils seront efficaces ! Avec les grands-parents, l’argument de l’industrialisation de la viande fonctionne vraiment bien !!! Parce que « eux dans le temps, c’était mieux blablabla » 🙂 !

  • Samantha

    5 janvier 2015 at 11 h 17 min Répondre

    Bonjour,
    Moi ce que je trouve dur c’est quand tu expliques au gens certaines choses et qu’ils t’affirment que non c’est faux et que limite ils se foutent de toi.. Genre je disais à des collègues que les veaux étaient séparés de leur mère en ce qui concerne les vaches laitières et elles me disaient n’importe quoi faut bien qu’il boive du lait donc se serait bête de le séparer alors qu’il faudra lui donner du lait, genre je sais pas que les veaux boivent du lait de leur mère.. Bref les omnis sont défois butés et refusent la réalité en nous faisant passer pour des stupides qui croient n’importe quoi..

  • Les causettes de Célestine

    5 janvier 2015 at 11 h 41 min Répondre

    Moi aussi j’ai pris le parti de rester calme, d’avoir de l’humour et d’argumenter de façon intelligente. Et en effet, même si c’est pas toujours évident avec certains, je remarque que les gens s’intéressent, posent des questions, sont surpris parfois. Au moins, la réflexion est lancée, et j’aime bien ça! 🙂

  • Hime

    5 janvier 2015 at 12 h 31 min Répondre

    Coucou!
    Concernant mon désir d’être végétarienne, j’ai eu droit à deux réactions très différentes. Ma famille proche, très ouverte, n’a pas vraiment fait de commentaire, c’est passé comme une lettre à la poste. En revanche, quand je l’ai mentionné l’air de rien à ma belle-famille (chez qui je vis actuellement pour cause d’études), j’ai été estomaquée par les réactions. C’est pas normal, les gens qui mangent pas de viande sont détraqués, il y a pas de protéines… Les arguments étaient énoncés de manière tellement agressive que j’ai préféré ne pas insister, c’était peine perdue. Je continue donc à manger de la viande, le moins que je peux, en disant que je n’ai pas faim (ce qui est souvent vrai vu la quantité de féculents ingurgités au détriment des légumes…) ou en prenant un tout petit morceau. Je mange végétarien dehors, quand je sors ou à la fac, et bien sûr quand je suis dans ma famille. Cette situation me fait vraiment mal au cœur, surtout que je vois les quantités ingurgitées: il y a deux jours, 30€ de viande on été engloutis en l’espace d’une journée. Un canard le midi et un poulet le soir. Et je n’ai pas voix au chapitre… Heureusement je me console en me disant que la situation ne va pas durer, encore un environ un semestre et vive la liberté!
    Pour résumer, dans mon expérience, soit les gens sont ouverts, soit ils sont totalement contre!
    Merci pour cet article, c’est intéressant de pouvoir avoir un aperçu des différentes réactions que peuvent avoir les gens.

  • ally

    5 janvier 2015 at 13 h 55 min Répondre

    Chouette article. Je ne suis pas végétarienne mais j’ai largement réduit ma consommation de viande. Néanmoins quand j’étais jeune, cela a posé problème à ma famille, le médecin m’avait même dit « si tu te prends d’amour pour les légumes, que va-t-il se passer ? ». Je trouve çà fou qu’on ait besoin de se justifier sur son alimentation. C’est un choix individuel. Aujourd’hui les mentalités tendent à évoluer, mais je me souviens il y a quelques années, on me regardait de travers. Je trouve pas cela normal… Les gens devraient être plus ouvert d’esprit. On mange bien ce que l’on veut ! Et heureusement.

  • Camille / Peanuts and Sunshine

    5 janvier 2015 at 15 h 55 min Répondre

    Merci pour ce superbe article ! Je m’en suis encore pris plein la tronche ce week-end lorsque mon cousin (vétooo !) est venu dîner à la maison … c’est parfois dur à faire accepter. Comme c’est récent (3 mois), mes proches pensent que ça me passera et font donc tout pour me déstabiliser !

  • Olivia

    5 janvier 2015 at 20 h 35 min Répondre

    Coucous Gala !
    C’est sur que c’est toujours un sujet difficile à aborder ! Mais en tout comme tu l’as très bien expliqué je crois que l’essentiel est de ne pas s’énerver meme si on nous prend de haut ce qui arrive assez souvent pour la plupart des végé. Je suis végétarienne depuis 5 ans et en transition vegan depuis presque un an mais c’est touours là même histoire quand on essaie d’expliquer notre vison des choses. Toutefois, en ce qui me concerne de plus en plus de personne s’intéresse à ce sujet ce qui est super positif 😉 !
    Pourtant tu as toujours les « donneurs de lecons » qui tentent de te persuader que tes convictions sont nulles voire stupides et c’est là qu’il faut, il me semble, ne pas se laisser faire et comme tu l’as dit énoncer ses arguments en faisant preuve d’humour.
    Super article comme toujours 😉 !

  • Sarah RecklessCat

    6 janvier 2015 at 19 h 27 min Répondre

    Ah le fameux coming-out VG ! Je trouve qu’au début le plus difficile n’est pas la privation ou encore l’apprentissage d’un nouveau mode alimentaire, mais de face aux réactions négatives voir agressives de ses proches et au mini débats générés par notre décision, déjà parce qu’on n’est pas dès le départ ultra bien informé et que donc nos réponses peuvent paraître maladroites (du coup on se laisse vite déstabilisé et on se sent un peu con con) et qu’on se laisse vite épuiser par les questions. Je crois que tout futur Vg devrait être prévenu qu’il va lui falloir beaucoup de patience et beaucoup d’auto dérision 🙂

  • Charlotte

    7 janvier 2015 at 4 h 13 min Répondre

    Très bon article ! Je suis végane depuis plus de deux ans mais j’ai l’impression que j’aurai tout à réapprendre en revenant en France. J’ai eu un aperçu à noël, ça n’a pas été de la tarte… mais pourquoi les français donnent-ils autant de leçons ?? 🙂

  • Fany - Jolies Mômes

    28 janvier 2015 at 9 h 20 min Répondre

    Ma mère comprend très bien mon désir de faire attention à mon alimentation et de manger de fait peu de viande et de protéines animales de manière générale (elle essaie de faire attention elle-même, d’ailleurs. Et à propos de viande, elle était persuadée comme beaucoup de gens que les abattoirs en France, c’est pas du tout super inhumain, parce qu’on est un pays civilisé quand même, alors ça peut pas être autrement…).

    Par contre pour mes beaux-parents, je ne vois pas du tout comment faire passer le message…ce sont de vrais « viandards », un repas sans viande est parfaitement inconcevable pour eux. Tous les 2 ont pourtant eu un cancer et mon beau-père est encore en rémission. L’impact de l’alimentation sur la santé, ils se trouve qu’il y croient, mais ils ne s’informent pas sérieusement et leurs croyances sont à 1000 lieues de la réalité (et ce n’est pas le genre à faire un effort d’information ou à remettre leurs croyances en question…). Ma belle-mère serait d’ailleurs bien embêtée pour faire un repas végétarien, même les pommes au four surgelées qui accompagnent la moitié de ses plats sont « naturellement » pleines de graisses animales…je ne sais pas comment on va se débrouiller pour faire passer la pilule, mais ça va encore me faire une bonne presse cette histoire ^^ (oui parce que quand leur fils fait quelque chose qu’ils réprouvent, c’est forcément moi qui l’ai entraîné – évidemment ! )

  • Bérénice

    14 février 2015 at 9 h 24 min Répondre

    Perso, j’en ai un peu marre de me justifier. Quand on me demande, je dis maintenant que oui c’est comme ça et que je fais ce que je veux, voilà. On change de sujet et c’est fini. Bien sûr je ris des blagues que l’on fait, et je suis la première à en faire ! par contre si les gens sont vraiment curieux et souhaitent en savoir davantage j’explique bien sûr. Mais de toute façon une grande partie des gens prennent mal quand on discute de ces sujets. Parfois j’ai l’impression que les régimes alimentaires sont aussi tabous que la religions dont bon…

  • jenn

    11 mars 2015 at 9 h 01 min Répondre

    Ah merci beaucoup pour cet article fort intéressant!
    Végétarienne depuis 3 mois,à forte tendance végétalienne et à but vegan.
    J’ai droit à bon nombre de provocation sur ma nouvelle alimentation…mais je suis tellement convaincu que personne n’a le dernier mot.
    Quand les gens sont trop bornés,je leur dit de visionner Cowspiracy et qu’on en reparle après…et hop j’ai la paix!
    La prochaine étape est de l’ annoncer à mon viandar de père houuu ça va être chaud lol
    Mais garder son calme et parler écologie est mieux entendu que la souffrance animale malheureusement….

  • Julie

    6 juin 2015 at 10 h 47 min Répondre

    je n’ai pas fais de « COMING-OUT » parce que je n’ai pas à justifier de mes choix, un jour j’ai dis « je ne mange plus de viandes ni de poisson ni de produits transformés » ma mère m’a demandé si je rentrais dans une secte, je lui ai dis « on verra » et ça c’est arrêté là. Ma famille sait comment je suis et qu’il ne faut pas insister.
    Je ne comprends pas les gens qui n’osent pas assumer leurs choix et qui rentrent dans des débats conflictuels à chacune de leur décision.

  • Malou

    11 mars 2016 at 18 h 18 min Répondre

    Salut!
    Merci pour tes conseils. Personnellement, ça ne s’est pas très bien passé lorsque que j’ai décidé d’annoncer mon végétalisme à mes parents (oui parce que j’ai fais le combo directement), je ne sais pas pourquoi mais ils l’ont pris comme une agression. Je me suis sentie vraiment seule et incomprise et j’ai même du prendre sur moi et accepter de passer par le végétarisme avant de me lancer dans le végétalisme pour ne pas les brusquer. J’ai trouvé cela un peu injuste mais je n’avais pas envie de faire la guerre avec eux..

  • Magali

    6 août 2016 at 23 h 54 min Répondre

    Je découvre ce blog depuis peu, merci pour tous ces articles très chouettes, j’ai décidé de me lancer dans un nouveau mode de vie alimentaire et je suis en plein coming out… pas évident, alors cet article et ce blog en général est un chouette appui 🙂

  • Daisy

    23 octobre 2016 at 15 h 13 min Répondre

    Bonjour
    je viens de découvrir ton blog et je le trouve hyper intéressant.
    Je suis en pleine « mutation » alimentaire, et je souhaite être actrice et avoir pleinement conscience de mes choix : manger sain, faire du sport, réfléchir à ce que j’achète, où, comment etc… Ces réflexions ont commencées avec (grâce à) mon arrivée en Bretagne , j’ai vécue 12 ans à Paris, et étant originaire de Bourgogne j’ai souhaité revenir en Province pour apprécier ce qui m’entoure, revenir à l’essentiel et avoir une vie plus saine, équilibrée et moins stressante. Bref, cette évolution s’est concrétisée au départ par le choix d’acheter local et bio le + possible, je suis inscrite à l’AMAP et naturellement et sans me forcer la viande a complètement disparue de mes menus depuis le début de l’Eté.
    Je le vis très bien puisque je n ‘es jamais été une grosse consommatrice. Je ne consomme quasi plus de produits laitiers non plus.
    En revanche, je n’ai pas ôter les oeufs, ni le poisson ou fruits de mer que j’achète directement au petit patron pêcheur de mon port Breton là ou je vis.
    Concernant « l annonce » à mon entourage, je l’ai dit tout naturellement lors de repas , j’assume complètement mes choix et ne ressens pas le besoin de me justifier ou d’argumenter ni de convaincre.
    Si l’on me pose des questions, je précise mes choix et les assume. Je suis complètement épanouie et heureuse.
    et si qqn me dit que je risque d’être en carence et bien je le renvois gentiment dans les cordes en précisant que chacun est libre de faire ce qu’il veut et je n’impose pas mes choix de vie à quiconque et c’est d’autant plus risible quand les jugements viennent de personnes qui fument 1 paquet de cigarettes par jour…

  • Camille

    26 octobre 2016 at 9 h 52 min Répondre

    Une des « blagues » (parce que c’est tout sauf drôle hein) qui m’a le plus attristée est celle d’une personne qui m’est très chère et qui m’a sorti : « Moi j’adore les animaux surtout quand je les mange »…

  • Lola

    26 octobre 2016 at 12 h 57 min Répondre

    Ton article est vraiment sympa ! Et même si tu l’as posté il y a déjà quelques mois, j’espère que tu pourras me répondre.
    Voilà je suis végétarienne depuis quelque mois (depuis que je vis seule), mais quand j’étais chez mes parents je limitais beaucoup mais mangeais encore quelque fois de la viande pour leur faire « plaisir », même s’ils acceptaient plutôt bien le fait que je n’en mange pas tous les jours.
    Cependant, comme je le disais depuis que j’ai mon appart je suis totalement végétarienne et même végétalienne depuis quelques semaines. Mais là, une angoisse monte !
    Et oui, après quelques mois sans voir ma famille (dû à la distancee), je vais passer Noel avec eux, et bien que mes parents soient très tolérant, j’angoisse à l’idée de les gêner, de leur couper leurs habitudes, je sais qu’il seront tristes à l’idée que tout le monde mange leur repas sauf moi, qui du coup ne consomme même plus tout ce qui est composé d’oeufs ou encore de lait…
    Mais ce qui me fait encore plus peur c’est le grand repas chez ma tante, que vais-je manger ? Moi je sais qu’en remplissant mon assiette d’haricots et de marrons je serais au paradis, mais j’entends déjà les réflexions, et vois les regards sur mon assiette et sur moi qui ne mange pas comme eux.
    Et j’ai vraiment peur de les gêner parce que je sais que pour eux déjà un repas sans viande ou poisson n’en est pas un, pas assez nourrissant ou je ne sais quoi, donc sans ne serait-ce que des oeufs pour compenser le manque de viande ?! En fait faire à manger pour quelqu’un qui ne mange pas tout ça est beaucoup plus simple, mais pas pour eux et c’est là que j’ai peur de les gêner, car ils vont s’angoisser pour trouver un plat bien nourrissant que pour moi quelque chose qui fait festif alors que je n’en ai pas besoins, qu’il y aura déjà ce qu’il faut pour moi sur la table…

    Enfin voilà je ne sais pas comment leur annoncer mon mode de vie, et comment leur expliquer pour Noel…
    En fait je me sens perdue, je ne sais pas si quelqu’un à déjà vécu cette expérience ou à quelques conseils je suis preneuse !

    • Elo

      29 août 2017 at 10 h 34 min Répondre

      Lola,
      Je sais que je réponds bien après ton commentaire, mais pour le Noël prochain ou celui de quelqu’un d’autre qui lirait ce commentaire : pour les rassurer, je te propose de les aider à préparer le repas. Comme ça, ils ne se casseront pas la tête et toi, tu pourras préparer ce qui te plait.

  • Lucile

    18 janvier 2017 at 17 h 26 min Répondre

    Bonjour,
    Je viens de découvrir ton blog aujourd’hui qui est super intéressant ! Ca fait pas mal de temps que je veux être végétarienne. Le truc c’est que je suis actuellement en Suède pour 1 ans (il me reste 5 mois) dans une famille d’accueil et je ne veux pas qu’ils subissent mes choix alimentaires. Je pense donc que je vais franchir le pas dès que je rentrerai. En attendant, je vais essayer de ne manger plus que végétarien à la cantine du lycée pour voir si je peux le faire complètement dès que je rentre. Mais ensuite il y a aussi la question de ma famille … Je n’ai « que » 16 ans et vis donc avec mes parents, sachant que la viande est sacrée chez moi, je ne sais pas comment mes parents vont réagir et surtout mes grand parents. Je n’ai pas envie de gêner. Il y a aussi le problème des carence, comment avoir les bienfaits de la viande sans manger de la viande ? Comment faire à manger pour moi alors que le plat préparé est à base de viande ? Merci d’avance pour ta réponse !

  • Dreyliciouss

    14 juin 2017 at 16 h 33 min Répondre

    Un grand merci pour cet article !
    Je pense venir le relire a volonté a l’avenir ^^

  • Eloïse Salingros

    21 juillet 2017 at 20 h 39 min Répondre

    Bonjour ! Tout d’abord merci pour tes précieux conseils ! Cependant, j’aimerais discuter de certaines choses… Alors voilà, j’ai 15 ans, je m’appelle Eloïse et j’aimerais ne plus manger de viande, et le moins d’œufs et de lait possible. Seulement, le problème c’est ça: il y a encore 2 jours,lorsqu’on me parlait de régime de ce genre je répondais: » Mais oui mais c’est le cycle de la nature, la pyramide alimentaire etc, on a besoin de protéines et puis si on ne mangeait pas d’animaux il yen aurait de trop blablabla.. » et je niais les tortures infligées aux animaux en me disant que ce n’était pas partout pareil..Alors ça pour ne pas être pareilles, les tortures sont différentes partout! Mais voilà, une de mes youtubeuses préférées à sorti une vidéo sur le régime vegan et a recommandé un reportage nommé Terriens.. Il m’as fait pleurer.. Maintenant, je ne peux m’empêcher de voir l’animal souffrant à la place de la viande et j’ai envie de vomir en pensant en manger..Aujourd’hui je n’ai donc pas mangé de viande.

    Très bien me direz vous, mais où est le problème ? Et bien voilà, j’ai peur que mes proches ne comprennent pas mon soudain changement d’avis et je n’ose pas leur avouer. Seulement, étant donné mon âge, je vis encore chez mes parents, qui vont bien entendu ne pas tarder à le remarquer et qui sont totalement contre. Mon beau-frère(nous sommes une famille recomposée) à déjà évoqué cette idée de ne pas manger de viande et tout le monde à été contre lui. Ma mère ne voudra pas préparer 2 repas différents. Bon pour ça c’est simple, il suffit de retirer la viande et de me donner plus de légumes et de féculents.. Mais elle est têtue comme une mûle alors j’ ai peur.. Je connais des personnes vegan qui m’ont donné des idées d’arguments comme lui montrer le reportage mais j’ai peur que ça ne suffise pas.

    Aujourd’hui c’était simple, on avait un barbec familial pour la fête nationale, donc facile de ne pas se faire griller et de refiler la viande à mon cousin, mais pour les prochains jours ?? AIDEZ MOI SVP

    • Cha

      19 octobre 2017 at 15 h 00 min Répondre

      Bonjour Eloïse,
      Je viens de lire ton commentaire et même s’il date un peu, je m’essaie à quelques éléments de réponse… J’espère quand même qu’entre temps tu as trouvé des solutions pour vivre plus en accord avec toi-même.
      Dans mon entourage, les gens ont eu toutes sortes de réactions mais généralement je me suis contentée d’une position calme mais ferme. Je me souviens d’un jour où, invitée à manger un plat de viande exclusivement, j’ai expliqué que je n’en mangerai pas, mais que je partagerais le moment avec plaisir. Mes petites astuces dans ces cas-là sont un peu les mêmes que celles de Gala dans cet article :
      – Rester droite dans mes bottes (non, je ne peux pas faire une exception, non, même pas pour cette fois parce que c’est ton anniversaire)
      – Refuser le débat quand il risque de déraper (je comprends que tu ne sois pas d’accord avec moi, je fais ce choix-là juste pour moi et ne te l’impose en aucun cas)
      – Répondre par contre aux questions que l’on me pose lorsque l’on s’intéresse à mon mode de vie en choisissant toujours mes mots de façon à ce qu’ils ne soient jamais culpabilisateurs
      – Proposer de cuisiner ou d’amener un plat. Comme je suis végétalienne, je propose généralement d’apporter le dessert, qui est ce qui pose le plus de problème aux gens.
      – Organiser des activités pour faire découvrir mon mode de vie. Je me rends compte que souvent, les gens ont des a priori vraiment négatifs (je me souviens d’un repas où une partie de mes invités avaient mangé AVANT de venir chez moi, de peur d’avoir faim en partant ^^). Alors, j’organise des grands repas, par exemple le repas annuel de Thanksgiving est toujours chez moi et il est toujours vegan, pour faire découvrir aux gens une autre version de cette tradition tout aussi savoureuse et tout aussi nourrissante et conviviale. Ou alors, on organise pour nos amis des soirées projections à la maison, avec un film engagé (le prochain, c’est le film Demain) et des bouchées végétaliennes à grignoter devant la télé.
      Au final je pense que le plus facile est d’essayer de comprendre les réactions des gens, et de réagir en fonction. Peut-être ont-ils peur pour toi que tu manques de quelque chose, donc tu peux te renseigner et leur présenter des arguments solides. Peut-être pensent-ils que la cuisine végé est ennuyeuse ou peu nourrissante, auquel cas leur faire découvrir peut être une solution. Peut-être pensent-ils que tu remets en cause leur éducation, et qu’il suffit juste de les rassurer. Bref, adapter ta réponse à leurs représentations.
      Voilà, j’espère que ces petites pistes et surtout l’article de Gala t’auront aidée un peu 🙂

Post a Comment