Gala's blog | No make up : pourquoi j’ai arrêté de me maquiller
14468
post-template-default,single,single-post,postid-14468,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

No make up : pourquoi j’ai arrêté de me maquiller

Le maquillage fait partie du quotidien des filles depuis … Toujours, ou presque ! Je me souviens de mes premiers produits de maquillage, les rouges à lèvres que je piquais à ma mère, de mes virées shopping et des centaines d’euros que je dépensais dans du maquillage hors de prix …

Pourtant depuis quelques années, j’ai décidé de m’émanciper du maquillage et de toutes les injonctions qu’il implique !

 

Le maquillage en chiffres

 

Voici quelques chiffres, en vrac, qui concernent le maquillage ou les produits de beauté … Mais qui en disent long sur ce commerce bien juteux !

En 2019, Statista prévoyait la valeur du marché mondial des produits de maquillage à hauteur de 70 milliards de dollars. Ce chiffre s’élèverait d’après eux à 86,7 milliards de dollars d’ici 2025. Plutôt lucratif n’est-ce pas ?

En moyenne, une française dépense 2482€ par an en produits de beauté. Un beau budget !

Environ 19 minutes, c’est le temps qu’une française passe à se maquiller … Et 11 minutes pour se démaquiller.

Ce n’est pas moins de 9 produits par jour que les femmes s’appliqueraient sur le visage !

En bref, le maquillage, c’est un business qui marche !

Sources : Statista, Lookfantastic

Pourquoi j’ai arrêté de me maquiller

Pendant longtemps, je n’ai pas fait exception à la règle. Je me suis tartinée de fond de teint, de liner, de fard à paupières, je me suis consciencieusement appliqué du crayon, du rouge à lèvres, du mascara et je suis même passée par une phase où je me recourbais les cils … J’ai investi dans des pinceaux, des faux cils, des éponges … J’ai suivi des tutos sur Youtube, j’ai dépensé des fortunes chez Sephora et Nocibe, j’ai passé des heures à me maquiller dans ma salle de bain … Jusqu’à ce que j’en ai marre et que je dise stop !

Ne plus aimer mon visage sans maquillage

Ce qui m’a vraiment poussée à arrêter et ce qui m’a le plus perturbée, c’est le jour où j’ai réalisé que je n’aimais plus mon visage sans un trait de liner au dessus des yeux. Cela faisait plusieurs mois, voire années que chaque jour, je dessinais consciencieusement un trait noir sur ma paupière supérieure pour m’agrandir des yeux que je trouvais trop petits. Un matin où je m’étais loupée niveau réveil, je n’ai pas eu le temps de me faire ce foutu trait de liner et – en me regardant dans le miroir – j’ai réalisé que je détestais mon visage sans lui, que je ne pouvais pas sortir sans, quitte à me mettre en retard. J’ai trouvé ça triste … Et flippant ! Ma beauté dépendrait-elle d’un tube de liner à 10€ ?

Les injonctions

Ce que je déteste par dessus tout dans le maquillage, c’est le côté « beauté unique ». On nous tanne avec un teint parfait, sans défaut et aucune imperfection, sans cernes, avec des yeux de biches, un regard éclairé, des cils gigantesques, des lèvres pulpeuses … Il faut être BELLE, à tout prix. Il faut toujours être parfaite : ne jamais avoir la peau qui brille, un bouton (pire si celui-ci est blanc), le mascara qui coule, des cernes un peu prononcées … Pourtant je suis un être humain et comme je respire, je transpire, je pleure, je suis fatiguée, oui, parfois ça se voit sur mon visage. Et est-ce que c’est si grave que ça ? Non ! Comme pour le no bra ou le topless, le no make up représente un geste militant de plus contre les injonctions faites aux femmes. Et un petit doigt d’honneur à toutes ces industries qui nous font croire que l’on a besoin d’artifices pour être belles et que l’on ne se suffit pas à nous-mêmes.

Le démaquillage, le temps perdu

Même si le démaquillage peut être rapide avec une lingette démaquillante Lamazuna, je vais vous confesser quelque chose. Une des principales raisons pour laquelle j’ai arrêté de me maquiller, c’est la flemme. La flemme de me démaquiller. Le démaquillage quand tu rentres de soirée à 3h du mat’, celui-là, je le déteste ! Et puis je déteste ne pas pouvoir me frotter les yeux quand je suis fatiguée ou devoir faire attention à ce que tout reste en place. Merde, je suis un être vivant, j’ai besoin de bouger, de me gratter …

 

Ne plus vouloir se camoufler

 

La première fois que j’ai acheté du maquillage, c’était pour me camoufler. Pour cacher les horribles boutons d’acné qui ont plombé mon adolescence. Je me suis cachée pendant des années derrière un véritable masque de fond de teint. Petit à petit, je me suis cachée derrière des tonnes de crayon noir. D’aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais réellement maquillée pour le plaisir, c’était toujours pour cacher quelque chose ou m’embellir. Et je trouve ça vraiment dommage …

 

Maquillage artistique

 

Aujourd’hui, je ressens de plus en plus l’envie de me maquiller, mais de façon plus « artistique » et ludique. Je ne prends plus du tout au sérieux cette pratique comme avant, avec des produits ultra luxueux et chimiques … Bien au contraire ! Par exemple, j’adore les make up que l’on peut croiser en festival ! Je m’éclate à me maquiller pour Halloween ou des soirées déguisées. Je trouve ça tellement plus chouette !

 

La tendance No Make Up / #IWokeUpLikeThis

 

Depuis quelques temps, on voit fleurir une nouvelle tendance, qui a pour but de s’émanciper du maquillage ! Si en soi, c’est un peu triste d’appeler ça une « tendance » alors que ça devrait être la norme, je pense que ça va tout de même dans le bon sens. Pendant des années, on a vu des blogueuses / youtubeuses user et abuser de make up en tous genres et je pense que le #IWokeUpLikeThis s’imposait ! Ramener un peu de naturel sur les internets ne fait pas de mal. Je ne sais pas si c’est parce que je suis beaucoup de comptes de filles plutôt green, mais j’en vois de + en + en mode « naturel » et ça fait du bien. Ca aide et ça motive à faire pareil.

 

Un long chemin vers l’acceptation de soi …

 

Je ne dis pas que j’assume complètement mon visage sans maquillage en plein hiver alors que je dors 4h par nuit. Mais celui-ci se limite à un peu d’anti-cernes, de poudre lorsque je suis vraiment trop blanche et le max que je peux faire en soirée, c’est de mettre du rouge à lèvres ! Ça m’a pris du temps pour ne plus du tout me maquiller, je me pose encore souvent la question « est-ce que j’assume vraiment de sortir sans make up ? » (par là j’entends, sans poudre et anti-cernes). Parfois il m’arrive de ne même pas faire attention au fait que je ne sois pas maquillée, mais c’est encore trop rare à mon goût. L’acceptation de soi, ça se travaille, c’est compliqué et ça prend du temps … Mais qu’est-ce que c’est bon !

 

Et vous, que pensez-vous du « No Make Up » ?

 

8 Comments
  • La parenthèse psy

    6 octobre 2019 at 19 h 19 min Répondre

    C’est un changement de pensée très intéressant ! Personnellement, je me maquille assez peu et uniquement pour aller travailler. Mais c’est vrai que je trouve que c’est une réelle perte de temps le matin comme le soir !

  • Mystic sunrise

    6 octobre 2019 at 21 h 38 min Répondre

    Je ne suis presque jamais maquillée.j ai eu une courte période mais lorsque mon premier petit copain m a dit qu il préfèrerait les filles au naturel, j ai tout arrêté. En plus je ne me sentais pas moi même,une impression de tricher « sur la marchandise », ce n était pas moi.
    Aujourd’hui je continue à très très peu me maquiller. Ma fille est pareil.
    En fait mon maquillage sert pour Halloween où là ma fille de 18ans me demande de lui faire un maquillage d enfer : une branche d arbre en fleur le tour du visage, le maquillage de the crow, Harley Quinn, celui de la muerta mexicaine et j en passe

  • Aurelie

    7 octobre 2019 at 4 h 45 min Répondre

    Hello! J’ai commencé à diminuer le maquillage lors d’un voyage au long court. Puis habitant en Nouvelle Calédonie avec l’humidité permanente j’ai stoppé le mascara (moi c’était sans lui que je ne me voyais pas sortir). Aujourd’hui au quotidien j’utilise encore une cc crème et un peu de poudre de soleil quand je me trouve un peu pâle. Quel gain de temps le matin ! Et j’espère arriver à garder cette bonne habitude une fois de retour en métropole.

  • Mathilde Gottrand

    7 octobre 2019 at 6 h 15 min Répondre

    Merci pour le partage, c’est rafraîchissant de savoir que l’on est plusieurs. En ce qui me concerne, j’ai arrêté de me maquiller quand j’ai quitté le monde du travail pour voyager. Je me maquille parfois pour une occasion, mais probablement pas plus de trois fois par an. C’est souvent en rentrant en France étrangement que j’ai l’impression d’être parfois le vilain petit canard, mais je m’aime comme cela et c’est mon visage maquillé qui ne m’est plus familier 🙂

  • Florence

    7 octobre 2019 at 9 h 19 min Répondre

    Coucou Gala !
    J’me reconnais beaucoup dans ton cheminement ! Personnellement j’ai eu un peu la même prise de conscience pour le no make up et le no bra. J’en ai eu marre de me trouver moche tous les soirs quand je retirais mon soutien gorge et mon maquillage … et chaque matin en me disant, pff quelle sale tête et corps, je dois vite mettre du make up et un soutien gorge pour sortir … et je me suis rendue compte qu’en vacances je mettais naturellement moins de maquillage et j’étais tout le temps en maillot de bain. Et j’me suis rendue compte que je ne me faisais plus cette réflexion quotidienne négative sur mon apparence. Et les mots qu’on se dit sont tellement puissant, que j’ai décidé peu à peu de lâcher ces artifices pour me retrouver pleinement et me sentir bien avec mon visage et mon corps !
    Aujourd’hui je ne me maquille que ponctuellement mais je n’ai pas l’impression de dépendre du maquillage et c’est une belle victoire pour moi ! Alors oui j’ai le droit à des « ça va ? Tu as l’air fatiguée ! » ou « Olala tu as tellement de cernes » et bah je m’en contre fou ! (Enfin j’essaye ! 🤣)

  • Caroline - mes recettes naturelles

    13 octobre 2019 at 16 h 50 min Répondre

    Cela prend du temps mais comme toi, je me sens beaucoup plus libre sans maquillage. J’aime sortir au naturel.
    Par contre au bureau je n’ai pas passé le pas : les « oh mais tu as l’air tellement fatiguée » ça calme…

  • sev

    28 octobre 2019 at 21 h 26 min Répondre

    Moi aussi j’ai arrêté de me maquiller tous les jours. Le maquillage, et surtout le démaquillage ne font pas du bien à la peau. Arrêtons de croire qu’on est plus belle maquillée, ce n’est pas forcément vrai. Tu as raison, nous sommes des êtres humains qui pleuront, vivons parfois sous la pluie, … on n’a pas besoin de passer son temps à penser à son maquillage , pour plaire à qui?

  • LucieC

    2 novembre 2019 at 0 h 14 min Répondre

    Merci pour ces réflexions et ce partage. Je m’y reconnais aussi. Ce qui est par contre étonnant, c’est que le maquillage (et en général l’art de la parure : tatouages, vêtements…) traverse toutes les sociétés, et toutes les époques. A la renaissance, les hommes se maquillaient autant que les femmes. Le beau a toujours été synonyme du bon, de la santé. D’ailleurs souvent on se maquille pour paraitre en bonne santé (exemple, cacher les cernes synonymes de fatigue, blush pour faire un teint frais synonyme de bonne circulation du sang…). Ceci dit, c’est clair qu’aujourd’hui il y a un phénomène d’accumulation de toutes sortes de produits, et la fabrication d’une beauté tres compliquée. Et je rajouterais aussi, que souvent tout ce maquillage est carrément toxique (le dioxyde de titane, le phénoxyéthanol…) qui entrent dans la composition de nombreux produits sont classés comme substance toxique. Le guide Cosmetox de Greenpeace est d’ailleurs super instructif. https://www.penntybio.com/content/20-greenpeace-le-guide-cosmetox.
    Ceci dit, personnellement je me maquille à peu près un jour sur 2, et ça me prend vraiment 2 minutes, je ne maquille que mes yeux : un trait de pinceau noir, et hop. Et quand je n’ai pas le temps, je ne le fais pas. Et pour le démaquillage, je me démaquille les yeux avec de l’huile de colza ou autre (ou en ce moment, le liniment de mon petit bout de 9 mois fait tout à fait l’affaire.). Et pour les grandes occasions, de la BB ou CC crème. Je n’ai jamais supporté, ni le rouge à lèvres (sensations de tirraillement), ni le mascara (sensation de paquets aux bouts des yeux), ni le fond de teint. Comme je ne supporte d’ailleurs ni les boucles d’oreille (qui pendouillent), ou les bagues (qui me gênent dans mon quotidien). En tout cas merci pour ton blog, je le découvre avec grand intérêt et je vois que nous avons beaucoup de points communs ! Vegan et sans gluten.

Post a Reply to La parenthèse psy Cancel Reply

8 + 10 =