Gala's blog | Guide pratique : les labels bio et naturels
4870
post-template-default,single,single-post,postid-4870,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Guide pratique : les labels bio et naturels

Aujourd’hui, on va parler labels bio … Parce qu’ils sont plutôt nombreux et que ce n’est pas toujours facile de savoir qui autorise quoi et ce qu’ils veulent dire ! Je vais donc reprendre les principaux labels : ceux que l’on croise le plus souvent pour peu que l’on se balade dans des magasins ou sur des sites bio !

1

 

Les labels bio : définitions

 

Label : les labels bio ou naturels, sont représentés par des logos apposés sur des produits (cosmétiques, alimentaires, ménagers …) afin de certifier le respect d’un cahier des charges particulier. Le cahier des charges répertorie les critères devant être respectés pour obtenir le label tels que l’interdiction des produits chimiques ou encore l’utilisation d’emballages recyclables. Chaque label possède un logo et un cahier des charges qui lui sont propres. Les contrôles auprès des marques et des produits certifiés sont réalisés par un organisme indépendant, reconnu par l’Etat.

 

Ingrédients certifiables / non certifiables : les ingrédients certifiables sont d’origine animale ou végétale et peuvent être certifiés selon les règles de production de l’agriculture biologique. Les ingrédients non certifiables sont des ingrédients qui ne peuvent être issus de l’agriculture biologique. Ces ingrédients sont l’eau, le sel et plus généralement tous les minéraux et substances marines. Quand un produit doit contenir au minimum 10% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, il faut prendre en compte que certains cosmétiques sont composés entre 60% et 80% d’eau. La teneur en ingrédients bio n’est finalement pas aussi dérisoire que ce que l’on croit.

 

3

 

Que veulent dire les labels bio ?

 

J’ai pris en compte plusieurs caractéristiques qui me paraissent indispensables : avant tout la part d’ingrédients naturels et bio (les %, les ingrédients nocifs autorisés…), ensuite viennent l’intérêt porté aux tests sur les animaux et à l’environnement et enfin les contrôles qui sont effectués pour vérifier que les produits labellisés sont bien conformes aux cahiers des charges.

 

BDIH

 

bdih

Le BDIH est l’association des entreprises commerciales et industrielles allemandes pour les médicaments, produits diététiques, compléments alimentaires et soins corporels. Elle a été créée en 2001 et regroupe plus de 400 entreprises, certifiant ainsi quelques milliers de produits.

Bio :

Les matières premières végétales doivent être autant que possible issues de l’agriculture biologique ou de la cueillette sauvage biologique.

Naturel :

– le BDIH autorise les composants extraits par hydrolyse, hydrogénation, réaction d’estérification, transésterification ou autres fissions et condensations des substances naturelles tels que les graisses, huiles et cires, la lécithine, la lanoline, les mono-, oligo- et polysaccharide et enfin les protéines et lipoprotéines.
Pour la conservation, seuls certains ingrédients sont autorisés tels que l’acide benzoïque, ses sels et éthylester, l’acide salicylique et ses sels, l’acide sorbique et ses sels et enfin l’alcool benzyl. La mention « conservé avec … [nom du conservateur] », est obligatoire.

– le BDIH proscrit les colorants organiques synthétiques, les substances aromatiques synthétiques, les matières premières éthoxylées, les silicones, la paraffine et autres produits dérivés du pétrole.
Les rayonnements radioactifs, pour désinfecter les matières premières organiques et les produits finis, sont interdits.
L’utilisation d’OGM n’est pas autorisée.

Environnement / Emballages :

Emballages économes, respectueux de l’environnement et recyclables.
Procédés de fabrication respectueux de l’environnement.
Maintien des bases vitales naturelles.

Tests sur les animaux :

le BDIH proscrit les tests sur les animaux, à n’importe quel stade de fabrication. L’usage d’ingrédients ayant fait l’objet de tests par des tiers est interdit. Les matières premières issues de vertébrés tels que la graisse de baleine, huile de tortue ou de vison … ne sont pas autorisés.

Contrôle :

Le label est attribué pour 15 mois à un produit et non à une marque. Le respect des critères est contrôlé par des instituts de contrôle indépendants. Si la charte n’est pas respectée à un seul niveau, le produit perdra sa certification.

Sérieux : 9/10.

 

Ecocert 

ecocert

L’organisme de certification Ecocert, délivrant les labels du même nom, existe depuis 2003. Il délivre deux labels, un dit « bio » et l’autre « écologique ».

 

Bio :

Ecocert Bio : minimum 95% des ingrédients sont naturels ou d’origine naturelle sur le total des ingrédients. Minimum 95 % d’ingrédients certifiés biologiques sur le total des ingrédients végétaux et minimum 10 % d’ingrédients bio sur le total des ingrédients (ingrédients certifiables).

Ecocert Eco : entre 50 et 94 % du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique et minimum 95 % d’ingrédients végétaux.

Naturel :

– Les conservateurs suivants sont autorisés par Ecocert : Benzoic acid et ses sels, Benzyl alcool, Dehydroacetic acid et ses sels, Salicylic acid et ses sels, Sorbic acid et ses sels.
Ecocert autorise certaines substances désinfectantes : acide peracétique, peroxyde d’hydrogène et stabilisateurs, acide lactique, alcool (ethanol végétal et isopropanol).
D’autres composants faisant partie de la liste positive d’Ecocert : Tetrasodium glutamate diacetate (Séquestrant), Tertiary butyl alcohol (TBA) (Dénaturant), Isopropyl alcohol (Dénaturant), Denatonium benzoate.

– Ecocert proscrit les OGM, parabens, phénoxyéthanol, nanoparticules, silicone, PEG, parfums et colorants de synthèse, ingrédients provenant d’animaux (sauf produits naturellement par eux : lait, miel…).

Tests sur les animaux :

Les produits finis ne sont pas testés sur les animaux (pour des produits certifiés non testés, il ne faut pas se fier qu’à Ecocert).

Environnement / Emballages :

Les emballages doivent être biodégradables ou recyclables.

Contrôle :

Des audits annuels sont effectués sur tous les sites de fabrication et de conditionnement des produits. La validité d’une certification varie entre 12 à 18 mois.

Sérieux : 8/10.

 

Cosmebio 

cosmebioCosmebio est né en 2002, d’un partenariat entre Ecocert et une dizaine d’entreprises cosmétiques soucieuses de proposer un cahier des charges éthique. Plus de 4000 produits sont certifiés Cosmebio. Deux référentiels sont conformes à la Charte COSMEBIO® : le référentiel Ecocert et le référentiel Qualité France.

Il existe deux labels Cosmebio :

Cosmébio : au minimum 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle, minimum 95% des ingrédients certifiables doivent être issus de l’agriculture biologique et au minimum 10% du total des ingrédients issus de l’agriculture biologique. Le produit doit comporter au maximum 5% d’ingrédients de synthèse.

Cosméco : au minimum 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle. Les ingrédients issus de l’agriculture biologique : minimum 5% du total des ingrédients, minimum 50% des ingrédients certifiables. Le produit est composé au maximum de 5% d’ingrédients de synthèse.

Naturel :

Les ingrédients sont issus de ressources naturelles non animales et renouvelables. Dans la mesure du possible, ils sont issus de l’agriculture biologique. L’utilisation de ces ressources doit être durable et responsable et doit respecter la biodiversité. Les procédés de transformation et de fabrication sont non polluants, respectueux de la santé humaine et de l’environnement. Ils peuvent être physiques ou chimiques s’ils répondent aux principes de la Chimie Verte.
Voir Ecocert.

Tests sur les animaux :

Cosmebio interdit les tests sur les animaux pour les produits finis (pour des produits réellement non testés, ne pas se fier qu’à Cosmebio).

Environnement / Emballages :

L’impact environnemental des emballages est minimisé et ils doivent être recyclables.

Contrôle :

Les produits sont certifiés par des organismes certificateurs indépendants, accrédités et agréés par Cosmebio. Toute entreprise souhaitant labelliser des produits Cosmebio devra en certifier au minimum 20%. Une marque commerciale contenant le mot « Bio » dans sa dénomination souhaitant labelliser des produits Cosmebio, se verra obligée de certifier 100% de ses produits.

Sérieux : 8/10.

 

Cosmos 

cosmosLe label Cosmos-Standard AISBL est actif depuis 2011. Ce petit a de l’ambition : être reconnu à l’échelle internationale en ce qui concerne les cosmétiques naturels et bio. Cosmos est issu d’un compromis entre 5 organismes européens : le label allemand BDIH, l’italien ICEA, les français Cosmebio et Ecocert Greenlife et l’anglais Soil Association. Les labels habituels resteront présents sur les cosmétiques certifiés (Cosmebio …) et l’on verra apparaître en plus un des deux labels, Cosmos Organic ou Natural. Le label Cosmos se concentre sur l’utilisation de produits chimiques et l’usage d’énergies renouvelables.

Cosmos Organic : minimum 95% des ingrédients mécaniquement transformés doivent être issus de l’agriculture biologique. Minimum 30% des ingrédients naturels transformés chimiquement sont issus de l’agriculture biologique. 20% du produit fini* (eau non comprise) doit être issu de l’agriculture biologique (sauf lotions, 10% minimum). Aucun produit de synthèse n’est autorisé.

*Cosmos élève la proportion d’ingrédients issus de l’agriculture biologique à 20% contre 10% pour Ecocert.

Cosmos Natural : aucun minima en termes d’ingrédients issus de l’agriculture biologique n’est requis. Aucun produit de synthèse n’est autorisé.

Bio :

Le pourcentage d’ingrédients issus de l’agriculture biologique et d’ingrédients naturels des produits certifiés Cosmos Bio devra être clairement indiqué sur le packaging, « % du poids total et % du poids sans eau (non certifiable) ».

Naturel :

Les conservateurs de synthèse (parabens, phénoxyéthanol), la pétrochimie (paraffine, silicone, PEG), les parfums et les colorants de synthèse sont proscrits. Cosmos interdit aussi l’utilisation d’OGM et les traitements ionisants.

Tests sur les animaux :

Les produits finis ne sont pas testés sur les animaux (pour des produits certifiés non testés, il ne faut pas se fier qu’à Cosmos).

Environnement / Emballages :

Rien n’oblige les entreprises à utiliser des emballages recyclés ou recyclables, mais Cosmos l’encourage.

Contrôle :

Cosmos ne précise rien à ce sujet.

Sérieux : 8/10.

 

Natrue 

natrueNatrue a été créé en 2008 par plusieurs fabricants de cosmétiques biologiques. Il existe 3 labels différents.

 

Natrue cosmétiques naturels : le pourcentage minimum d’ingrédients naturels requis est variable en fonction du type de produit. Pas de minimum requis pour les ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Natrue cosmétique en partie biologiques : minimum 15% d’ingrédients naturels non modifiés chimiquement et au maximum 15% d’ingrédients d’origine naturelle transformés chimiquement. Minimum 70% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique et/ou de cueillette sauvage conforme aux réglementations biologiques.

Natrue Biocosmétiques : minimum 20% d’ingrédients naturels non modifiés chimiquement et au maximum 15% d’ingrédients transformés d’origine naturelle. Au minimum 95% des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique et/ou de cueillette sauvage conforme aux réglementations biologiques.

Naturel :

– Certains conservateurs synthétiques sont autorisés : acide benzoïque, acide salicylique, acide sorbique, alcool benzyl. Le Sodium Lauryl Sulfate est lui aussi autorisé.

– Natrue proscrit les parfums et colorants de synthèse, les ingrédients issus de la pétrochimie (parrafine, PEG, silicones et dérivés de silicones …) et le Sodium Laureth Sulfate.

Tests sur les animaux :

Le cahier des charges Natrue suit les mêmes critères que celui du BDIH : il proscrit les tests sur les animaux, à n’importe quel stade de fabrication. L’usage d’ingrédients ayant fait l’objet de tests par des tiers est interdit.

Environnement / Emballages :

Natrue l’encourage, mais les emballages ne sont pas obligatoirement recyclés ou recycables. Le PVC est interdit.

Contrôle :

La certification/contrôle de produits sur la base des critères NATRUE est possible indépendamment d’une affiliation auprès de NATRUE ou d’autres institutions. Le label NATRUE est apposable si au moins 75 % de tous les produits d’une même série délimitable de produits de la même marque soient certifiés/contrôlés « cosmétiques naturels », «cosmétique naturels – en partie bio» ou «cosmétiques bio». Cette exigence ne s’applique pas pour la certification/contrôle des matières premières.

Sérieux : 8/10.

 

Nature & Progrès 

natureetprogresNature & Progrès est une association regroupant consommateurs et professionnels pour une agriculture biologique éthique et rigoureuse. Née en 1964, elle ne délivre pas de certification mais plutôt une mention, N&P. Cette mention concerne l’alimentation, les cosmétiques, les produits d’entretien et les engrais. Elle est l’une des appellations biologique et naturelle les plus sérieuses.

 

Bio :

Les matières premières d’origine agricole ou végétale sont obligatoirement issues de l’agriculture biologique à partir du moment où elles sont disponibles. Les ingrédients végétaux utilisés doivent être en priorité sous mention Nature & Progrès. Sinon, elles doivent être certifiées Simples, Demeter ou Agriculture Biologique.

Naturel :

– Nature & Progrès tolère les substances transformées d’origine naturelle seulement si aucun autre ingrédient biologique n’est disponible et ne peut remplacer leur fonction.
Certains conservateurs sont autorisés : l’acide benzoïque, ses sels et son dérivé alcoolique (alcool benzénique), l’acide déhydroacétique et ses sels, l’acide sorbique et ses sels.
Les matières minérales sont autorisées si leur extraction n’engendre pas de pollution ni de dégradation du paysage.

– Les colorants, parfums, antioxydants, émollients, huiles et graisses, silicones, paraffine et autres ingrédients d’origine pétrochimique sont interdits.
L’utilisation d’OGM, parabènes, séquestrants, phosphates oxydes toxiques, la vitamine E et C de synthèse et les huiles essentielles de synthèse n’est pas autorisée.
L’huile de palme et tous ses dérivés sont interdits (sauf si après vérification, la filière est réellement équitable et qu’elle est conforme à la charte Nature & Progrès).
Les matières premières issues d’espèces en voie de disparition sont interdites d’utilisation pour le maintien des écosystèmes.

Tests sur les animaux :

Les tests sur les animaux sont interdits à tous les niveaux de fabrication : de l’élaboration au produit fini. Les ingrédients ne doivent pas non plus avoir été testés sur des animaux.

Les matières premières d’origine animales sont interdites, seuls les ingrédients produits naturellement par les animaux sont autorisés : miel, gelée royale, propolis et cire, lait, protéines de lait, petit lait, babeurre en poudre, oeuf, poudre et extrait de jaune d’oeuf, lanoline sous condition d’absence de nickel.

Environnement / Emballages :

Dans la mesure du possible, les emballages doivent être recyclables et les doubles emballages évités. Le PVC et le PSE sont interdits.

Contrôle :

Des contrôles annuels, obligatoires et inopinés sont réalisés par un groupe de membres de l’association. Ce groupe change tous les ans et se compose d’agriculteurs et de consommateurs.

Sérieux : 9,5/10.

 

Soil Association 

soilassociationL’association anglaise Soil, créée en 1946, délivre le label Soil Association. Deux appellations peuvent être délivrées.

 

Soil Association : le produit contient moins de 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. La mention « organic » devra alors apparaître à côté de chaque ingrédients dans la composition.

UK Soil Association Organic : le produit contient plus de 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Bio :

Les matières premières non biologiques ne peuvent être utilisées que si leur équivalent biologique n’est pas disponible et si elles n’ont pas été génétiquement modifiées.

Naturel :

– Certains conservateurs sont autorisés : l’alcool benzylique, l’acide benzoïque et ses sels, l’acide sorbique et ses sels, l’acide déhydroacétique, le déhydroacetate de sodium.
La Soil Association peut donner la permission d’utiliser des ingrédients tels que le phenoxyethanol, la lactoperoxydase ou le phényléthanol.
Les matières premières sont obligatoirement obtenues grâce à des procédés physiques et chimiques simples, écologiques et n’utilisant pas de molécules de synthèse.

– Sont interdits : les parabens, libérateurs de formaldéhydes, PEG, silicones, ammoniums quaternaires, nanoparticules, tensioactifs irritants cutanés et les composants issus de la pétrochimiques.

Tests sur les animaux :

La Soil Association interdit les tests sur les animaux sauf s’ils sont requis par la loi.

Environnement / Emballages :

Les emballages doivent avoir un impact environnemental minimisé.

Contrôle :

Des contrôles obligatoires et inopinés ont en principe lieu chaque année. Ils sont réalisés par des instituts de contrôle indépendants.

Sérieux : 6/10.

 

USDA Organic 

usdaorganic

 

USDA Organic est un label américain. Il propose trois niveaux de certification.

 

USDA 100 % Organic : tous les ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique. Seuls les produits 100% bio sont autorisés à afficher le label USDA Organic.

USDA Organic : un minimum de 95% des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique.

Organic Ingredients : au minimum 70% des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique.

Naturel :

– OGM, radiations ionisantes et traitement des produits agricoles sont interdits.
Les libérateurs de formaldéhyde, les ingrédients issus de la pétrochimie sont interdits.

Sérieux : 7/10.

Le guide pratique à toujours avoir sur soi pour s’y retrouver parmi tous les labels !

Labels bio et naturelsGuide pratique des labels bio et naturels

 

S’il ne fallait se fier qu’aux labels, je privilégierais ceux du BDIH et Nature & Progrès (notamment pour les tests sur les animaux).

 

Cet article vous a plu ? Twittez et partagez !

 

5 Comments
  • vero

    20 août 2014 at 14 h 39 min Répondre

    super article, complet !
    je partage sur le FB de mon blog !

    perso, un produit qui n’a pas de label bio, je le repose deja (sauf a savoir par ailleurs que la marque est clean). ensuite je regarde la compo : un shampoing bio mais avec ALS, je prends pas.
    les labels sont une bonne base de depart, ensuite on peut creuser un peu.

    • Gala

      22 août 2014 at 10 h 22 min Répondre

      Merci beaucoup Vero ! Tu as bien résumé ma pensée : les labels c’est bien, mais il faut ensuite faire ses propres recherches pour les ingrédients néfastes encore autorisés !

  • Mallorie

    20 août 2014 at 14 h 50 min Répondre

    Waouh, merci d’avoir décrypté tous ces symboles, je n’y comprenais jamais rien moi 😉
    xx
    Mallorie
    http://www.thetimetostyle.blogspot.com

    • Gala

      22 août 2014 at 10 h 22 min Répondre

      De rien, je t’avoues que ça m’aide aussi 😉 !

  • Noémie Lft

    1 septembre 2016 at 22 h 50 min Répondre

    Top le petit guide ! 😀
    Je l’imprime et le garde dans mon sac avec le reste de mes notes provenant de ton blog.
    Un tout grand merci et bravo, en tous les cas ! Pour les débutants, comme moi, c’est vraiment super ! Je résume tout sur mes petits papiers pour mes prochains achats !
    Merciiiiiiiii 😀

Post a Comment