Gala's blog | Imparfaitement éthique
13305
post-template-default,single,single-post,postid-13305,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Imparfaitement éthique

Lorsque l’on est vegan ou engagé pour n’importe quelle cause (féminisme, environnement …), surtout si celle-ci n’est pas humaine, on s’expose à de nombreuses critiques. Elles peuvent prendre différentes formes et j’aimerais y répondre, parce qu’elles peuvent être très oppressantes et qu’elles ne sont généralement pas constructives pour qui que ce soit.

Crédit photo : Unsplash

 

L’éthique : de la critique facile

 

Si vous lisez ces lignes et que vous êtes vegan / écolo, vous avez forcément un jour entendu l’une de ces réflexions :

  • Et tes vêtements ? Ils ont été fabriqués par des enfants, c’est bien ça peut-être ?
  • Et ton iPhone, il est vegan ?
  • Ah, ça se dit écolo et ça boit de l’alcool (???) !

 

Que l’on me pose des questions pour s’intéresser réellement à ce qui est vegan ou ce qui ne l’est pas, ça ne me dérange absolument pas. En revanche, que l’on essaie de me « coincer », je trouve ça dommage. Qu’est-ce que cela apporte à mon interlocuteur s’il me trouve une faille ? Cela lui permet de se rassurer. Si je ne suis pas parfaitement éthique, il n’a donc pas à se remettre en question puisque je suis contradictoire.

Je ne jette pas la pierre à ces personnes, c’est une réaction totalement humaine. S’il y a bien une chose difficile à mettre en place pour l’être humain, c’est de changer ses habitudes, sortir de sa zone de confort. Lorsqu’il se retrouve en face de quelqu’un d’engagé, il se retrouve face à ses propres contradictions. Personne n’a envie que d’autres espèces ou même nos confrères de l’autre côté du globe souffrent. Et si d’autres personnes agissent pour cela, cela nous fait culpabiliser, cela nous fait passer pour quelqu’un avec une éthique douteuse. Et l’égo prend alors le dessus : il faut que l’autre soit aussi contradictoire que moi pour décrédibiliser son éthique. Et cela justifiera ainsi de ne pas avoir à changer mes habitudes : arrêter la viande, acheter en vrac, préférer des vêtements de seconde main …

Si j’explique ce genre de comportement et que d’une certaine façon, je l’excuse, à la longue c’est franchement pénible à entendre. Et c’est fatiguant de devoir justifier en permanence le moindre de mes gestes.

Mais je reste persuadée que ceux que mon éthique dérange seront amenés à réfléchir et pourquoi pas à changer un jour !

 

La vegan police

 

S’il n’y avait que les personnes « non engagées » qui nous faisaient des critiques, tout serait plus facile ! Pourtant, c’est parfois les personnes engagées qui sont les plus virulentes avec les autres personnes engagées. J’ai titré « la vegan police » mais cela est valable pour tous les types d’engagement. Et selon moi, cela porte affreusement préjudice à nos causes.

Bien sûr, j’aimerais que tous les végétariens soient vegan, j’aimerais que tous les vegan fassent attention à la planète, j’aimerais que tous les écolos soient vegan etc. Le fait est que ce n’est pas le cas et qu’il faut composer avec. Parce que cela n’aide personne, ni ceux qui souhaitent mieux faire au quotidien, ni les animaux, que d’hurler sur tous ceux qui ne font ou ne sont pas assez.

La moralisation et la condescendance desservent la cause. Elles lui portent affreusement préjudice. C’est l’une des raisons pour lesquelles les véganes (ou les personnes engagées) passent pour des fous, des hystériques. Et qui voudrait s’associer à des personnes aussi instables, aussi marginales ? Personne. Surtout lorsque l’on sait que tout le monde se bat pour essayer de rentrer dans les cases imposées par notre société. De mon point de vue, plus le veganisme sera perçu comme normal, mieux ce sera.

J’aime montrer à mon entourage et aux personnes que je rencontre à quel point le veganisme est « normal ». C’est selon moi en leur montrant que je n’ai pas renoncé à mon confort, que c’est tout sauf un suicide social que je vais réussir à les convaincre. Et non pas en leur faisant la morale et en prétendant détenir la vérité sur la façon dont ils doivent consommer. J’aime vous partager mes découvertes véganes et mes réflexions éthiques, que vous le soyez ou non, vous êtes tous.tes les bienvenu.e.s sur ce blog. Si je vous faisais la morale en permanence, je pense que vous seriez bien moins nombreux.ses à me lire …

 

Peut-on être parfaitement éthique ?

 

Perfection et éthique ne sont pas forcément à mettre en opposition mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont de facto de paire. Je ne serai jamais à 100% vegan, tout simplement parce que c’est impossible de l’être dans le monde dans lequel je vis : j’ai besoin d’aller chez le dentiste alors que les produits qui me sont injectés ont été testés sur les animaux, j’utilise des stylos et des encres qui contiennent certainement des produits issus d’animaux (et toutes ces autres choses dont j’ignore encore l’existence), mes impôts servent à subventionner des éleveurs … Ca me fend le coeur, mais c’est compliqué d’être 100% végane (d’autant plus que ce terme est très général). En revanche, je peux et je fais de mon mieux, et c’est tout ce qui compte. Attention, je ne dis pas que puisqu’il est compliqué d’être parfaitement vegan, il ne faut pas au moins essayer. Je veux simplement en venir au fait qu’avant de critiquer les autres, on ferait mieux de se remettre en question. Surtout parce que personne ne peut être parfaitement engagé, et ce pour n’importe quelle cause que ce soit. On peut effectivement être très engagé (je pense notamment à tous ces militants activistes qui vont sur le terrain), mais on aura toujours quelques contradictions et c’est bien normal.

 

Et vous, avez-vous déjà été confrontés à des critiques sur vos contradictions ?

Avez-vous vous-même été critique à l’égard de vos proches parce qu’ils n’étaient pas assez engagés ?

  

♥ Pour me suivre au quotidien, abonnez-vous à mon compte Instagram ♥

 

24 Comments
  • Martina sulli

    5 septembre 2017 at 7 h 24 min Répondre

    Super article! Vraiment bravo!
    Envie de l’imprimer pour le lire à haute voix à chaque personne qui tenter de décrédibiliser mes tentatives de faire de mon mieux!

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 07 min Répondre

      Ahah merci c’est gentil ❤️

  • Marie E.

    5 septembre 2017 at 7 h 39 min Répondre

    Très bel article, très bien écrit.
    Je suis totalement d’accord avec toi, je pense qu’il serait plus judicieux de féliciter chaque petit geste de chacun pour l’encourager à suivre son chemin pour une meilleure vie. Je reçois aussi des critiques, parfois juste des regards. En fonction de la personne, je vois si je peux ou non tenter une discussion saine pour me « justifier » ou expliquer mes choix, sinon, je laisse couler tout en étant convaincu que ce que je fais est bien.
    Belle journée.
    A bientôt,

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 08 min Répondre

      Tellement ! Je ne comprends pas pourquoi on se focalise toujours sur le négatif. C’est déprimant en plus !

  • Leslie - Tache deRousseur

    5 septembre 2017 at 9 h 00 min Répondre

    Fut un temps, au début de mon véganisme où j’étais très critique envers mon compagnon de l’époque… alors qu’au contraire en devenant végétarienne j’étais très ouverte. Depuis j’ai fait un gros travail sur moi-même et comme toi j’aime désormais montrer à mon entourage qu’être végane c’est être normal, sortir dans plein de lieux différents, manger au restaurant avec mes amis omnivores etc. Je fais Noël avec ma famille cet hiver et je me réjouis déjà de préparer un délicieux repas de Noël qui fera envie à tous les amateurs de dinde 🙂
    Cela porte ses fruits car quand des gens disent qu’être vegan c’est compliqué/impossible à faire cohabiter avec une vraie vie sociale mes amis prennent spontanément ma défense et disent de moi que je ne suis vraiment pas compliquée et qu’on peut manger n’importe où au restaurant !

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 10 min Répondre

      Je suis passée par la même phase que toi. Et je comprends l’agacement des véganes, surtout lorsqu’on l’est fraîchement. Mais ça n’aide vraiment personne … Et ça cultive une sorte de haine malsaine …

  • Evelyne

    5 septembre 2017 at 12 h 35 min Répondre

    Je parlais de ça justement cet été ! que quelques soient les engagements positifs qu’on prend y’a toujours le coté de ceux qui se sentent agressés et ceux qui pensent qu’on ne fait pas encore assez … parfois c’est décourageant …
    Merci pour ce blog et toutes ces informations utiles et decomplexantes

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 14 min Répondre

      Il faut apprendre à ne pas écouter les reproches, mais c’est vrai que parfois, c’est incroyablement agaçant 🙈

  • Helloh

    5 septembre 2017 at 16 h 03 min Répondre

    Excellent article ! Merci !

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 14 min Répondre

      Merci beaucoup 😊

  • Elodie

    5 septembre 2017 at 16 h 24 min Répondre

    J’ai moi aussi eu droit à quelques interrogatoires « pièges » mais j’essaie de les prendre le plus sereinement possible. Je ne prétends pas être parfaite, je fais ce que je peux à mon niveau et je le vis très bien ! ^^

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 15 min Répondre

      Et tu as bien raison 😀

  • Thai & Vous

    5 septembre 2017 at 17 h 46 min Répondre

    Bravo pour ton article! « Les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux » chantait Brassens en 1952, rien n’a changé depuis. L’important est d’être en accord avec soi-même.
    Les choses bougent, plus personne ne peut dire qu’il ne sait pas ce qui se passe dans les abattoirs ou dans l’industrie agroalimentaire. Mais les habitudes sont tenaces, certains ont besoin de temps pour changer.
    Jusqu’à présent je n’ai pas eu droit à des questions pièges mais plutôt à des airs étonnés. Les gens confondent souvent véganisme et anorexie! Alors, forcément quand ils voient ma bonne mine, ils ne comprennent plus rien. 😉
    Sylvie

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 16 min Répondre

      Et je pense que ça ne changera jamais 😉. Comment ça, tu es végane et tu n’es pas à l’agonie ?! 😘

  • Camille

    5 septembre 2017 at 22 h 38 min Répondre

    Tu as tout à fait raison, et ça fait du bien de te lire. Comme d’habitude tu adoptes le bon ton, tu es très pédagogue et sans agressivité malgré l’agacement qui ne doit pas te manquer. Tu es une référence pour moi et je prend toujours plaisir à venir voir ce que tu publies ici..

    • Gala

      6 septembre 2017 at 13 h 17 min Répondre

      Oooh tu es adorable ❤️ ! Merci beaucoup, c’est motivant 😘

  • Irene

    6 septembre 2017 at 15 h 41 min Répondre

    Bien d’accord avec tes remarques, quand j’ai annoncé en repas familial (famille élargie) que j’étais végane, on m’a directement posé ce type de questions pièges, comme si le bien fondé de ma démarche allait dépendre du fait que je sois « parfaite » ou non… Tandis que les personnes qui me posaient ces questions (du genre oh la B12 l’industrie phamarceutique !) étaient elles même pétries de contradictions, mais ça ce n’était pas grave. Ce n’était grave qu’à partir du moment où on décidait d’être végane 😉

    • Gala

      6 septembre 2017 at 15 h 45 min Répondre

      Mais tellement ! D’ailleurs, ça m’a toujours fait sourire : c’est grave de prendre de la B12 par cachet (c’est pas « naturel »), mais par contre, la prendre par le biais des animaux ne pose aucun problème bien qu’elle leur ait été injectée …

  • Camille

    6 septembre 2017 at 16 h 34 min Répondre

    Super article !!! J ai adoré… Ça m a rassuré sur pas mal de choses (je suis vegan depuis 6 mois). Ç est pas facile, car ma propre famille n accepte pas Mon choix et parfois en mangeant beaucoup de salades, j ai des petits soucis de digestion. Et Mon père m a dit une fois : tu devrais rééquilibrer ton alimentation !!
    Il a dit ça car je suis vegan et je mange différemment de mes parents (vegan et healthy). Ça m a tellement blessée… Ou encore quand je l ai dit a mes parent, Mon père m a dit : mais tu vas encore manger de la fondue, la chasse, du tartare,…
    Quand je le dis aux gens ils en rient et ne comprennent pas. Et comme tu le dis très bien dans ton article, les gens essaient de nous coincer. Tout le temps. Ce qui me tue le plus, ç est Que pour les gens c est normal de manger de la viande…

  • Rosenoisettes

    6 septembre 2017 at 17 h 32 min Répondre

    Coucou !
    Je crois que l’éthique ou la recherche de l’imperfection dans notre mode de vie sont les critiques les plus coupantes et cinglantes qu’on puisse avoir. Cependant je les trouve aussi parmi les plus déplacées car on ne peut être 100% parfaits à moins de tout tout quitter et de fonder un village auto-suffisant sans aucun contact avec le monde de la consommation et la corruption qui nous entoure.
    En tant que végane et conscient des problèmes qui nous entourent nous faisons de notre mieux et le plus possible pour vivre de manière éthique, sans faire du mal à la planète, aux animaux et aux humains. Chaque pas est important, chaque volonté de s’améliorer est à encourager. C’est ce qui est beau dans ce ‘mouvement’ si on fait l’effort de regarder et de partager tout l’amour qui s’en dégage.
    Merci pour l’article !

  • Camille

    7 septembre 2017 at 11 h 57 min Répondre

    Ca me fait penser à une autre cause dont les défenseurs sont souvent jugés : le féminisme… Malheureusement, l’esprit humain est fait de telle sorte qu’il est plus simple de gober des généralités sur un groupe, que de se dire que chaque personne qui le compose a ses raisons, ses croyances, son parcours et ses opinions.
    Je ne suis pas végane, je ne suis même pas végétarienne, et je te remercie de ne pas juger tes lecteurs qui sont dans le même cas (tu as raison, on sent que tu es quelqu’un de mesuré et personnellement, c’est une des raisons pour lesquelles je suis fidèle à ce blog, en plus de ton écriture et de l’esthétique du site, très agréable). Tout simplement, j’essaie de consommer mieux et moins de produits d’origine animale, à la fois pour ma santé, pour l’environnement et par éthique. On n’a pas besoin d’être végan à 100% pour trouver utiles des recettes, des idées pour améliorer son quotidien et rendre plus green sa liste de courses. Les végétariens / vegans que je connais ont tous eu des cheminements différents : j’en suis encore au départ du mien, j’apprécie de trouver de l’inspiration chez ceux qui sont plus loin sur la route !

  • Camille

    7 septembre 2017 at 11 h 58 min Répondre

    PS : fichtre, on est un paquet de Camille dans ces commentaires 🙂

  • Justine leroy

    8 septembre 2017 at 19 h 24 min Répondre

    Bravo pour ton article ! C’est tellement dommage que ces personnes ne se rendent pas compte, que ce qui compte finalement c’est d’essayer comme tu dis. Chaque petit pas est important, si les gens arrêtaient de les dénigrer, on en ferait surement des plus grands, et plus vite !

    Bonne soirée <3

  • Saoyiste

    16 septembre 2017 at 21 h 12 min Répondre

    Yo ! Une autre Camille qui commente derrière un pseudo cette fois 😉
    Je me rends compte en te lisant, que j’essaye de paraître normale aux yeux de mes proches pour me préserver. En effet, être végane est socialement très difficile d’autant plus quand les gens qu’on aime, notre famille et notre entourage ont des paroles très spécistes accompagnés de préjugés sur le véganisme… Pour éviter d’exposer ma colère ou mon dégout, j’ai tendance à me faire mes plats et parler de mes choix comme si je parlais de tout autre chose, sans une dimension culpabilisante tout en restant honnête : « Beh oui mec, bien sûr que j’aimerais que tout le monde soit végane, en attendant, j’accepte qu’il soit impossible de changer et de contrôler les autres. » Je laisse ainsi les autres avoir le contrôle sur leurs pensées, au final ce sont eux qui prendront la décision ou non de faire quelque chose en connaissance de cause !
    A tout bientôt =D

Post a Comment