Gala's blog | J’ai adopté un chat dans un refuge : l’histoire de Sacha
9472
post-template-default,single,single-post,postid-9472,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

J’ai adopté un chat dans un refuge : l’histoire de Sacha

Il y a quelques mois, j’ai accompagné une amie dans plusieurs refuges car elle cherchait à adopter un chien. En est né cet article sur les refuges et l’abandon des animaux qui vous a énormément plu … 6 jours après cet article, j’ai finalement adopté ma petite Sacha. Je vous l’ai raconté sur les réseaux sociaux et notamment sur Instagram … Mais jamais ici ! Il était donc temps que je remédie à ça et que je vous relate cette jolie histoire dans les moindres détails …

Et puis il faut dire que vous aussi, vous aimez beaucoup réagir et raconter l’adoption de votre ou vos animaux … Je me suis dit que cet article était une bonne excuse pour qu’on papote de nouveau sur le sujet !

DSC_0321_1

 

Notre histoire avec Sacha

 

Je me suis rendue à la SPA de Dôle il y a près d’un an, pour accompagner ma meilleure amie qui souhaitait adopter un chien (un Sharpey nommé Figaro). Je ne sais plus comment, mais je me suis très vite retrouvée dans l’infirmerie des chats. Et il n’a suffit que d’un regard. Elle était là, toute petite, blottie dans un coin de sa cage, avec un regard un peu triste mais surtout, complètement apeuré. Les autres chatons jouaient avec mes doigts à travers les barreaux alors qu’elle essayait de s’enfoncer le plus loin possible au fond de sa cage, comme si elle voulait disparaître.

J’ai demandé à la bénévole du refuge quel chat serait le plus difficile à placer, en priant très fort pour que ce soit elle … Et elle me l’a montrée du doigt « parce qu’elle est trop craintive … Elle n’est pas méchante, mais elle a peur de tout« . Je lui ai demandé de me raconter son histoire. Sa mère est morte quand elle était tout bébé, elle s’est donc rattachée à une autre portée où elle a été acceptée. L’histoire est un peu floue, mais la portée a par la suite été abandonnée et retrouvée par une personne qui a contacté la SPA. Je suis partie la boule au ventre, tout en sachant que je ne pourrais absolument pas laisser cette petite boule de poils là où elle était. Même si son histoire n’est pas la plus triste qui soit, l’état dans lequel elle était m’a fendu le coeur.

J’ai longuement discuté (pour ne pas dire bataillé) avec mon chéri et il a finalement capitulé : OK, tu l’auras ton deuxième chat.

Le lendemain, on est donc retourné à la SPA et ma petite bouille était toujours là. Elle s’est sauvée quand on a ouvert la cage, elle est allée se cacher je ne sais où, les bénévoles l’ont finalement retrouvée et on a pu l’emmener. 40 minutes de route et de miaulements un peu rouillés plus tard, le chaton était enfin arrivé à destination.

On ne l’a pas tout de suite présentée à Gipsy pour ne pas l’affoler. Elle est restée sous le canapé toute la soirée et elle n’a pas trop mangé … Elle était toute sale, très maigre, on voyait ses côtes … Il n’y a pas à dire, elle faisait peine à voir. Quelques jours après, elle s’est mise à manger, manger, manger … Tellement vite qu’elle s’étouffait à moitié et régurgitait tout dans sa gamelle … C’était carrément compulsif et même un peu flippant. Dès que c’était l’heure de notre repas, elle devenait complètement folle et essayait par tous les moyens de piquer ce qu’il y avait dans notre assiette. Peu importe ce qu’il y avait dedans, il lui fallait ! C’était vraiment très très étrange (et particulièrement chiant aussi, il faut le dire). Elle s’est débarrassée de cette sale habitude au bout de 2/3 mois, quand elle a commencé à prendre du poids (sauf quand il y a une assiette pleine d’huile, je l’ai même surprise l’autre jour en train de lécher la bouteille d’huile d’olive). Pendant 6 mois, mon petit chat anxieux ne dormait quasiment pas de la journée, ni de la nuit … Il ne fallait surtout pas baisser sa garde …

Ce qui m’a le plus surprise, c’est quand on l’a présentée à Gipsy quelques jours après l’avoir adoptée. On pensait qu’elle allait être complètement flippée … Mais non, elle était super contente ! Franchement, si le regard d’un chat peut s’illuminer, c’est ce qu’il s’est passé avec Sacha. C’est plutôt Gipsy qui a eu du mal … Sacha la collait et la suivait partout où elle allait, c’était un vrai pot de colle.

Cet amour immédiat pour Gipsy me laisse toujours perplexe car il est en totale contradiction avec sa crainte perpétuelle des humains. Je me questionne beaucoup sur ce qu’elle a vécu avec les hommes …

Près d’un an après son adoption, Sacha est beaucoup plus sociable. Avec nous, elle n’a plus peur du tout. Elle n’aime pas trop qu’on la porte (je compte les secondes et elles s’allongent, on fait des progrès) mais elle se couche néanmoins très souvent vers nous. Elle dort désormais bien plus qu’avant et les 4 fers en l’air alors que les premiers mois, sa tête ne touchait pas la surface sur laquelle elle était allongée. Elle était toujours sur le qui-vive, prête à détaler. Et surtout, elle est plus indépendante par rapport à Gipsy, ce qui lui permet de souffler un peu !

Au final, mon chaton craintif est le chat le plus gentil du monde, elle ne nous mord ni ne nous griffe jamais. Elle fait attention même quand elle joue (sauf pour les pieds en dessous de la couette …). Elle nous attend toujours derrière la porte quand on rentre et nous fait de gros câlins dans les jambes. C’est un vrai bonheur !

DSC_0331_1

 

Comment adopter un animal en refuge ?

 

Il n’y a rien de plus facile que d’adopter un chat ou un chaton. Une fois que je me suis décidée pour ma petite boule de poils, j’ai rempli quelques papiers, donné un justificatif de domicile et enfin, signé un chèque de 60€. Normalement, c’est plus cher (90€ si mes souvenirs sont bons), mais elle n’avait pas encore été stérilisée. Le prix comporte donc l’adhésion d’un an au refuge et la participation aux soins qui lui ont été apportés (en général vaccins + stérilisation). Ces soins sont obligatoires, si vous adoptez un chaton trop jeune, vous vous engagez à les faire lorsqu’il en aura l’âge.

Après une adoption, le chat a droit à une consultation gratuite chez une liste de vétérinaires qui ont signé un protocole avec le refuge. Qui plus est, s’il n’a pas reçu tous les soins « obligatoires » avant son adoption, vous bénéficiez d’une remise de 50% chez le vétérinaire sur ceux-ci. La stérilisation s’élève alors à environ 60€ et les vaccins et 1er rappel à 25€. Vous avez aussi droit à une sorte de « période d’essai ». En effet, je ne savais pas du tout comment cela allait se passer avec Gipsy et je n’étais pas sûre à 100% de pouvoir garder Sacha au début … On a donc quelques jours pour ramener l’animal si malheureusement, tout ne se passait pas aussi bien qu’on l’espérait (je ne vois pas comment j’aurais pu la ramener mais c’est toujours bon de le savoir) …

Le refuge vous rappelle bien souvent quelques semaines plus tard pour vous demander des nouvelles de votre petite bête et pour s’assurer qu’elle va bien. Je crois qu’ils peuvent passer chez vous aussi, mais pour ma part, je ne l’ai pas adoptée là où je vis donc ce n’était pas possible.

Pour les chiens, une adoption coûte un peu plus cher. Cette dernière est elle aussi assez rapide, mais il faut que vous alliez promener le chien que vous souhaitez adopter plusieurs fois avant de pouvoir signer quoique ce soit. Comme pour les chats, vous avez un délais pour ramener le chien si cela ne se passait pas bien. Et vous avez aussi droit à des réductions sur les frais vétérinaires et à une consultation gratuite dans les 6 jours suivant l’adoption.

Voilà tout ce que je sais sur l’adoption d’un animal en refuge (sachant que cela peut varier d’un refuge à l’autre). C’est finalement assez simple et rapide, même si cela reste une énorme responsabilité que d’adopter un animal !

IMG_2071_1

sacha_balle_meiow 

Adopt, don’t shop

 

Les animaleries

Il y a déjà tellement d’animaux malheureux en refuge, je trouve ça dommage d’en acheter. On n’est pas toujours conscient de ce qu’on fait, et je ne jette pas la pierre à ceux à qui c’est arrivé : nous-même avions acheté notre petit lapin Léon en animalerie il y a 5 ans … Mais je pense qu’il est important de savoir que dans les animaleries, tout n’est pas beau, tout rose. Et acheter dans ces magasins, c’est participer à un commerce infâme. Je vous invite à ce sujet à lire l’article d’Angélique dans lequel elle raconte son expérience de l’animalerie … Et il ne faut pas croire que son cas est isolé. Quand nous avons emmené Léon chez le vétérinaire pour la première fois, il nous a expliqué que nous avions eu de la chance. En effet, la plupart des lapins de chez J*********** souffrent de déformations importantes de la mâchoire, les frais véto sont très importants parce que les petites bêtes sont tout le temps malades … Et elles ne vivent pas aussi longtemps qu’elles le devraient.

Les animaux vendus en animaleries sont issus d’élevages infects, dans lesquels ils sont maltraités (pas toujours de nourriture), pas ou peu soignés et complètement traumatisés. Leur vie à l’animalerie n’est pas non plus une partie de plaisir …

 

Les élevages

Les élevages d’animaux de « race » ne sont pas plus glorieux  … Pour preuve, le Sharpey de mon amie est donc un chien de race. Né avec une malformation des pattes arrières, celui-ci a complètement été laissé à l’abandon par ses éleveurs. Il a longtemps été aveugle parce que ses paupières recouvraient ses yeux (ce qui est propre aux Sharpey et une simple opération leur permet de voir de nouveau, ce qui est le cas aujourd’hui pour Figaro, je vous rassure). Cette pauvre bête a subi des otites à répétition pendant des années, il n’a jamais été soigné. Aveugle et sourd, complètement ignoré et laissé dans son coin parce qu’il ne pouvait pas être vendu au même prix que les autres à cause d’une petite malformation. Et ça c’est notre faute, notre faute à tous. Parce qu’on ne voudrait jamais payer 1000€ pour un chien qui a les pattes tordues …

 

Les avantages à adopter

Le fait d’adopter un animal en refuge présente pas mal d’avantages auxquels on ne pense pas forcément :

  • Souvent, l’animal n’est pas bébé (surtout chez les chiens), et si cela rebute pas mal de personnes … Je trouve ça bien dommage ! J’ai eu Gipsy lorsqu’elle avait 6 mois, elle n’était donc plus tout bébé comme c’était le cas avec Sacha. L’adoption de Gipsy a été bien plus reposante que celle de Sacha, je vous le dis (oui, même à 3 mois près) … ! Les chatons, c’est drôle, mais c’est fatigant !! Pareil pour les chiens, si vous en adoptez un adulte, vous zappez l’étape de l’éducation qui peut être très prenante en fonction de la race du chien.
  • Les animaux sont le plus souvent des « bâtards » dans les refuges … Ce qui est une bonne chose, car sachez que les animaux de race sont bien plus fragiles que ces derniers. En effet, les maladies liées à l’élevage sont aussi présentes chez les animaux de compagnie que chez les animaux de boucherie. Qui plus est, il existe aujourd’hui de nombreuses races issues de croisements qui n’auraient JAMAIS du avoir lieu. Les animaux souffrent bien souvent de problèmes de respiration, ou comme les Sharpey par exemple, d’otites à répétition.
  • Comme me l’avait expliqué ma vétérinaire, un animal qui vient d’un refuge est bien souvent ultra résistant car il est obligé de développer un système immunitaire en béton armé …

Le dernier avantage, et pas des moindres, c’est d’aider et de sauver des petits animaux malheureux, qui ont bien souvent vécu d’horribles choses. Avant même de penser à nous, il faut penser à eux. Et puis ils nous apportent tellement d’amour … Ca n’a pas de prix ! 

 

Et vous, avez-vous déjà adopté / sauvé des petites boules de poils ?

 

Cet article vous a plu ? Twittez et partagez !

33 Comments
  • Kirika

    25 octobre 2015 at 19 h 48 min Répondre

    Bonsoir, j’adore énormément cet article cela me rappel mon petit chien Oscar qui devait avoir un an et quelques (on n’a pas su exactement) que l’ont n’a pris avec mes parents à la SPA aussi, il m’avait énormément marqué car il ce dressait sur ces pattes arrières et nous faisait des mouvements avec ces pattes avant. Mon père à la retraite l’emmenait partout chez mes frères à droite et à gauche quand mon père partait et même si ont n’était la il hurlait à la mort, mais je l’adorait mon toutou d’amour il à vécu jusqu’à ces 16 ans ont la perdu au mois de janvier…
    Depuis que j’ai emménager seule dans mon studio j’ai un pris un petit chaton dont un monsieur de mon village donnait, cela m’aurais fait du mal s’il avait du les emmener a la SPA. C’est du boulot un chaton mais je l’aime énormément elle est très caline mais un peu peureuse au début quand quelqu’un entre chez moi. Mais aussi très curieuse car peu de temps après elle sort et observe la personne, ma petite Sapphir est pour moi une bonne compagnie, je ne me sens pas seule dans mon petit studio je lui parle énormément (j’ai l’air conne mais bon XD) En tout cas je sais que si j’ai une maison je prendrais encore des animaux surtout à la SPA pour leur donner une bonne nouvelle vie.

  • Anaïs

    25 octobre 2015 at 20 h 20 min Répondre

    Oh la la, quelle jolie histoire !! Sacha a tellement de chance d’être tombée sur toi ! Cela doit te rendre tellement heureuse de la voir bien avec vous ( surtout vu les débuts difficiles … ) !
    J’ai connu l’expérience de l’adoption il y a trois semaines. À la base c’était mon copain qui voulait un chat, on est donc allés dans un refuge qu’une amie connaît bien. Et là … J’ai craqué sur une petite Dolly de trois ans. Elle n’intéressait pas grand monde car jugée trop vieille … Du coup on est repartis avec et on ne regrette pas du tout ! 45 minutes après notre arrivée elle était déjà sur le canapé avec nous. Bon par contre elle a pas de chance, elle est sous traitement pour une gingivite en ce moment alors on arrête pas de l’embêter hi hi.
    En tout cas bravo pour ton geste et je ne vous souhaite que du bonheur à tous les quatre ! =)
    Des bisous !

  • Clémentine

    25 octobre 2015 at 20 h 36 min Répondre

    Oh oui, j’ai adopté nombre d’animaux à la SPA. Mon 1er chien est venu vivre avec moi quand je travaillais (bénévolement bien sur) tous les week-end à la SPA de ma ville, je m’occupais de tous mais ai réussi à convaincre mes parents de venir et d’en prendre 1. Il est resté avec moi, a accompagné ma jeunesse et ma vie d’adulte jusqu’à ses 17 ans.
    Et puis, il y a eu une chienne que j’ai adopté quand j’avais encore le 1er, je l’ai choisie car elle n’était pas en cage comme les autres, mais attachée à une corde au bout d’un pieu à l’entrée du refuge, cela voulait dire euthanasie prochaine, alors elle est venue aussi et a vécu 17 ans également. Puis une 3ème chienne, la dernière, qui a partagé tant de ma vie et que j’ai soigné (avec les plantes et l’alimentation) durant 4 ans malgré un cancer généralisé. Et des chats, plusieurs sont enue de la SPA, d’autres de voisins malveillants, et tous ces animaux ont fait ou font encore partie de ma vie, ils ont leur place comme chacun se doit d’en avoir une.
    Juste un petit bémol pour dire quand même que j’ai « perdu » un chien, comme beaucoup d’ habitants de mon département et que finalement j’ai appris et vérifié que ceux-ci avaient été enlevés par un labo avec la complicité de la SPA départementale !!! Procès, etc…
    Il est bon de se renseigner sur les pratiques car il y a de très bons refuges mais pas que…

  • cindy

    25 octobre 2015 at 20 h 38 min Répondre

    super article ! elle est magnifique ta sachou ! moi aussi mes trois chats viennent d’un refuge . ils sont tous nés dans la rue ! mais aujourd’hui ce sont de gros patapouf qui ont tous l’amour et le bonheur que je peux leur apporter ! mais c’est vrai que parfois je pense aux autres chats qui eux n’ont pas cette chance d’être adopté car trop vieux , trop moche ou trop craintif . je trouve ça bien ce que tu as fait , de prendre celle qui avait le moins de chance d’être heureuse !

  • Superfici'Elle

    25 octobre 2015 at 20 h 43 min Répondre

    Merci pour ce chouette article (ok, comme toujours). Etant en région parisienne, je suis passée par un réseau associatif de famille d’accueil pour adopter ma Thaïs chérie. Une belle chatte toute noire d’un an et demi à l’époque. Elle avait du mal à être adoptée du fait de sa couleur… quelle bêtise. Là aussi, tous les soins avaient été faits, et l’adoption m’a couté 150 euros. ça peut paraître cher, mais si j’avais fais tous les soins moi même, ça aurait été bien plus. En plus, c’est un prix suffisamment élevé pour que l’animal ne soit pas ré-abandonné. J’ai également eu une période d’essai et une visite 2 mois plus tard pour voir comment ça se passait.
    Pour ma part, Thaïs s’est tout de suite sentie à l’aise et s’est étalée de tout son long sur le canapé!
    Je remercie et salue l’engagement de toutes ces personnes qui s’occupent des animaux dans les refuges et dans les familles d’accueil!
    Je suis un peu comme toi, j’ai envie d’adopter ceux qui « n’ont aucune chance ». Les vieux chats, ceux qui sont un peu malades… Pour le moment, je ne peux pas en prendre plusieurs, mais un jour, quand j’aurais une belle maison avec un jardin (il faut rêver dans la vie), j’aimerais en recueillir 2 ou 3 et pourquoi pas être à mon tour famille d’accueil même si ça doit être un crève coeur de les laisser partir.
    Je suis plus chats que chiens, clairement, mais imaginer qu’on puisse abandonner un animal me crève le coeur. Et encore plus les chiens. Autant un chat a un côté autonome et peux, un court laps de temps se débrouiller, autant un chien est tellement attaché à son maître, qu’il ne peut pas imaginer que celui-ci ne reviendra pas et l’attend éternellement. Il est totalement dépendant. Trahir cette confiance fait partie des pires cruautés selon moi.
    Bref, tu as raison : ADOPTONS!!
    (Mais les petits chats et chiens des animaleries me font mal au coeur aussi, j’ai envie de les sortir de cet enfer… ils ne sont pas responsables d’être là….)

  • Superfici'Elle

    25 octobre 2015 at 20 h 46 min Répondre

    Oh et j’ai oublié dans mon pavé de dire à quel point elle est belle sacha!!

  • Audrey

    25 octobre 2015 at 20 h 49 min Répondre

    L’histoire de Sacha est tellement mignonne. Je trouve ton choix de la SPA très judicieux. Il y a tellement d’animaux abandonnés et qui ont tant besoin d’amour..
    Bisous

  • FairyTaleandPixieDust

    25 octobre 2015 at 21 h 15 min Répondre

    Ils nous font tous craquer ces boules de poils 🙂
    J’ai aussi pris les deux miens en refuge. Et je ne regrette pas du tout mon choix. J’ai pris un gros pèpère de 8 ans (il a maintenant 10 ans) qui était allergique au soleil, mais celui la j’ai eu un coup de coeur direct. Et j’ai aussi pris ma minette, un chaton cette fois il y a 3 mois. Mon gros ne nous à fait aucune bêtise et en 3 jours à compris que c’était sa maison et depuis il nous inondes de câlins et la plus petite et bien …. Elle est petite du coup elle nous fait des bêtises de temps en temps mais rien de grave. Elle compense en câlin. Et ces 2 la s’entendent à merveilles léchouilles, jeux, câlins…. Et puis je préfère sortir ces chats de leurs misères plutôt que de m’acheter un chat de luxe … Chose que je ne comprends pas mais bon chacun son truc.

  • helena

    25 octobre 2015 at 21 h 21 min Répondre

    Hello Gala!
    Elle est belle cette histoire! Ma mère ne peut pas s’empêcher de recueillir les pauvres petits chats lorsqu’elle en croise. Pour ma part, j’ai un peu honte, j’ai acheté mon chat dans un élevage, (les animaux y été très bien traités), mais avec le recul, je pense que si c’était à refaire, j’en adopterais un.
    Je voulais partager avec vous une expérience que j’ai vécue l’année dernière.
    Je rentrais chez moi après le travail lorsque j’entends un petit miaulement anormal et presque continu qui venait de devant l’immeuble où j’habite.
    Je rentre chez moi après avoir inspecté les buissons sans rien avoir trouvé.
    Perturbée par ces miaulements tristes, je redescends et je me mets à chercher de nouveau.
    j’inspecte encore les buissons, les arbres puis je me rends compte que le miaulement vient d’une poubelle. (C’était le jour de la collecte).
    J’ouvre toutes les poubelles lorsque j’aperçois un sac scotché très fermement.
    Je me précipite au bureau de la police municipale (celui ci se trouve par chance à une rue de chez moi) en leur demandant de venir constater que quelqu’un a abandonné et essayer de tuer son animal. Un policier m’accompagne, nous ouvrons le sac (c’était encore plus rageant de voir comment la personne qui avait abandonné ce petit chat avait scotché le sac, la petite bête n’avait aucune chance de pouvoir s’échapper). C’est alors qu’on aperçoit un petit chaton d’à peine 2 mois qui trempait dans son urine. Il était terrorisé. Nous l’avons placé dans un carton et je lui ai apporté de la nourriture. Le policier m’a assuré qu’un de ses collègue prendrait le chat chez lui.
    Voilà, un petit être de sauvé mais une foi en l’humanité qui commence sérieusement à faiblir chez moi.

    C’est ainsi que comme toi Gala j’essaye de changer mes habitudes alimentaires afin de ne plus participer à la cruauté organisée envers les animaux. ce n’est pas facile mais l’important est d’être fidèle à soi-même et à ses valeurs.

    Bonne soirée à tous

  • Rose Citron

    25 octobre 2015 at 21 h 42 min Répondre

    Bravo Gala pour ce bel article et ce beau partage! Les histoires de chats des refuges sont si touchantes… Comme toi, je me demande souvent ce qu’ils ont vécu. Ta petite sacha a bien de la chance d’avoir une super famille maintenant!
    J’espère que ton article va inspirer les gens !

  • Julia

    25 octobre 2015 at 22 h 19 min Répondre

    J’ai également adopté un chat qui a probablement été abandonné, qui errait près de chez mon parrain chez qui j’étais venue passer 3 jours. Après avoir convaincu mes parents (surtout ma mère…), nous avons transporté le chat (qui n’a cessé de miauler, lui aussi) jusqu’à ma maison, où nous avions déjà un chien. Cela s’est très bien passé, même si au début elle était un peu craintive de notre Lélou. Elle a été très propre dès notre arrivée, et pas du tout envahissante/voleuse ou quoi que se soit… Je ne regrette, enfin, nous ne regrettons absolument pas de l’avoir adopté car c’est une chatte absolument adorable, jamais elle ne nous griffe/mord, elle est très attachante et tjs dans nos pattes… Un vrai bonheur ! Je pense que j’avais je n’achèterai d’animaux moi non plus, il y en a tellement dans les refuges qui ne demandent que de l’amour…!

  • Elise

    26 octobre 2015 at 0 h 17 min Répondre

    Merci pour ce magnifique article. Comme toi, nous avons adopté notre Pluton à la SNPA.Nous avions le coeur lourd en ressortant de cet endroit (je n’arrive toujours pas à comprendre comment on peut abandonner,or cas de force majeure…). Nous avions déjà notre Pif, gros matou et bébé de la maison. Mais ce dernier s’ennuyait après le décès de mes deux cochons d’inde.
    Je voulais un chat adulte, parce que je sais que ceux âgés ont plus de difficultés a être adopté. Mon compagnon préférait un bébé chat. Nous avons longuement observé tout ces minous et minettes. Nous n’arrivions pas à nous décider… Puis, nous l’avons vu… Il dormait tranquillement et dès qu’il nous a vu, il a cherché à jouer. Deux jours plus tard, il découvrait notre foyer. Lui et Pif se sont tout de suite bien entendu, à notre gros soulagement. Cependant, nous avons vite compris qu’il avait été maltraité… des réactions de peur excessives, beaucoup de difficultés pour l’approcher… encore plus pour le prendre dans nos bras… des comporte mais surtout une peur anorl

    • Elise

      26 octobre 2015 at 0 h 25 min Répondre

      Oups..
      Je disais donc des comportements de prostrations dès que nous effectuions un geste trop rapide et surtout une peur très forte vis à vis de la gente masculine. Au bout de plus d’un an, nous avons un chat qui est de plus en plus à l’aise… il s’autorise plus d’expériences/petites bêtises avec bien plus d’aplomb. De même, il pique systématiquement la place de mon conjoint dès qu’il vient se coucher. Il aime aussi de lover a côté de mon oreiller dans les bras. Pif et lui sont comme deux frères et ils sont devenux inséparables. Il lui faudra encore un peu de temps pour éliminer toutes ses surreactions de peur… mais je pense pouvoir dire qu’il est heureux aujourd’hui.

      Encore merci à tous pour vos partages

  • Morgane

    26 octobre 2015 at 0 h 20 min Répondre

    Je suis d’accord avec toi concernant les animaleries et les élevages intensifs car tous ne sont pas à mettre dans le même panier.
    Honnêtement, j’ai acheté mon chat dans un élevage de race. Je n’avais pas d’envie particulière mais je m’intéressais aux différentes races existantes et je regardais donc les annonces sur internet. J’ai vite écarté les annonces où les élevages semblaient « intensifs », c’est-à-dire où l’on voit qu’il y a plusieurs portées par an avec les mêmes parents, où la description des chatons ne comporte que des critères sur la « qualité » de la robe (qui soit-disant justifierait le prix) et omet de préciser le caractère du chaton (comme si ce n’était qu’un objet, en gros).
    Bref, j’en ai regardé pas mal avant de tomber sur l’annonce d’une petite Halva, presque 6 mois, et le coup de coeur a été immédiat. Je n’avais pas eu ce déclic avec les autres annonces mais elle, dès que je l’ai vu, j’ai su. Un peu niais tout ça mais c’est la vérité. Pendant deux semaines, j’allais tous les jours sur l’annonce pour la regarder en photo (alerte psychopathe…), sans jamais oser contacter l’éleveuse.
    Un jour je me suis décidée à lui envoyer un mail et deux jours après, j’étais chez elle, dans une petite propriété agricole au calme.
    Je n’ai jamais eu de chat (juste un chien), je ne savais pas du tout comment m’en occuper mais l’éleveuse a répondu à toutes mes questions et m’a rassurée. Elle m’a même proposé que je revienne plusieurs fois voir Halva si je voulais me familiariser avec elle au cours de la semaine. Mais le jour même, j’avais qu’une envie : la ramener avec moi. Non pas parce qu’elle avait l’air malheureuse. Au contraire, elle avait de l’espace à l’infini, grandissait au fil des jours avec ses parents et sa soeur, avait tout le confort à l’intérieur. Mais quand elle est entrée dans la pièce, elle est directement montée sur mes genoux et a fait un petit somme. Comment résister…?
    L’éleveuse avait un petit pincement au coeur quand je l’ai fait monter dans ma voiture. Moi aussi du coup, parce que je voyais qu’en 6 mois, elle s’était vraiment attachée à elle et ça me faisait un peu de peine de les séparer. Du coup, les premières semaines, je lui envoyais des photos et lui donnais de ses nouvelles. Et elle était ravie !
    Bien sur, et malheureusement, tous les élevages ne sont pas comme ça.
    Mais j’ai acheté mon chat, et je ne le regrette pas. Après, je pense que la prochaine fois, j’opterais pour l’adoption. Je pense qu’au fond de moi, en allant à la SPA, j’avais un peu peur de me retrouver avec un chat traumatisé, apeuré, agressif etc. Mais maintenant que je connais un peu mieux nos amis les chats, j’aurais moins d’appréhension ; )

  • Gael

    26 octobre 2015 at 8 h 25 min Répondre

    Merci pour cet article, et bravo pour cette adoption! J’avais partagé mon expérience sur le blog de Natasha, je me permets de donner le lien ici, si cela permet à certains.e.s d’être un peu plus aiguillés dans leurs choix 🙂 http://echosverts.com/2015/03/22/tout-ce-quil-faut-savoir-avant-dadopter-un-animal-de-compagnie/
    Je commence tout juste la découverte de ton blog, c’est très plaisant ^^

  • shivalinoa

    26 octobre 2015 at 10 h 49 min Répondre

    j’aimerai beaucoup adopter des animaux abandonnés afin de leur donner une seconde chance et une meilleure vie!
    J’aimerai bien offrir un nouveau compagnon à Diablo, mon cochon d’inde, car il est seul depuis la perte de mon cher Grisou en novembre 2014 (calculs urinaires…), et j’ai l’impression qu’il s’ennuie. Mais mon copain n’est pas du même avis, malheureusement. Car les animaux ont un passé, on ne sait pas ce qu’ils ont vécus, et qu’on ne sait pas comment l’animal réagira une fois à la maison, etc. Ca me rend triste de ne pas pouvoir sauver des animaux.
    De manière générale, j’achète ce dont j’ai besoin pour mes chons sur internet. Mais quand je viens à manquer de litière je vais à A****lis de Fresnes. Souvent j’ai étais et je suis tentée de « sauver » un pti chon mais je me retiens car je me dis qu’en faisant cela j’alimente le circuit. Samedi, j’étais mal en voyant ce pauvre petit chihuahua qui était seul dans cette cage-prison de plexiglas- il avait le regard si triste, j’avais de la peine pour lui. J’évite autant que faire ce peu d’aller en animalerie pour ne pas voir ce genre de spectacle…mon coeur se transperce!

  • maman est occupée

    26 octobre 2015 at 12 h 25 min Répondre

    Ton billet me rend triste, tout simplement car ta Sacha ressemble énormément à notre chat, parti trop tôt. Nous l’avions adopté à la SPA nous aussi, de même que sa grande soeur avec lui, et nous ne l’avons jamais regretté, bien au contraire. Je pense qu’un jour ou l’autre, un 3ème chat viendra rejoindre la famille d’ailleurs…

  • Kathy

    26 octobre 2015 at 17 h 02 min Répondre

    Bonjour,
    Je viens de vivre une histoire presque semblable, début août, nous avons adopté un chien dans un refuge près de chez moi en Belgique, lui aussi avait l’air terrifié et surtout très triste. Il avait été retrouvé errants et était en très mauvais états (amaigrissement extrême, dermatite…)
    Au début, il était très peu sociable et j’ai eu quelques difficultés avec mes 4 chats qui n’étaient pas du tout contents d’avoir un nouveau compagnon.
    Aujourd’hui, à la maison tout ce passe bien avec les chats par contre il reste complètement asocial avec les autres chiens que l’on croise .
    On vient de commencer l’éducation, on verra bien si ça marche.
    J’ai toujours repris des animaux malheureux, en général des cas lourds.
    Je ne comprends pas que l’on puisse acheter un animal ( sauf si c’est pour lui sauvé la vie ), ce n’est pas un objet. Les refuges sont pleins d’animaux adorables alors adoptons.

  • jess

    26 octobre 2015 at 17 h 12 min Répondre

    C’est clair, adoptons ! Je suis auxiliaire vétérinaire, et je vois tous les jours des animaux qui viennent d’élevage avec des problèmes de santé liés soit à l’élevage en lui-même (dans les élevages « de masse », les conditions de vie sont aussi horribles que celles des animaux dits « de rente », élevés pour leur viande ou leur lait), soit à la consanguinité, inévitable au sein d’une race, soit à une mauvaise gestion de la reproduction (on fait reproduire des animaux ayant des problèmes de santé connus qui devraient être rédhibitoires). Même s’il y a des élevages de passionnés qui font leur boulot du mieux qu’ils peuvent, c’est loin d’être la majorité, et même eux entretiennent les problèmes de santé dûs à la consanguinité, ainsi que le cercle vicieux des abandons.
    Et puis, vivant moi-même avec 4 chats qui sont tous des chats « de récup » (une vient d’un refuge, une d’un sauvetage fait par des amis, une de la rue qui s’est installé chez moi, a fait une portée, dont on a gardé un des chatons, le quatrième donc), je peux vous dire que ces chats, bien que ne venant pas du tout d’un élevage, sont pourtant bien dans leur tête maintenant, et adorables !

    • jess

      26 octobre 2015 at 17 h 15 min Répondre

      Et j’ai oublié aussi les problèmes de comportement. Beaucoup de gens ne veulent pas adopter parce qu’ils ont peur que leur nouveau compagnon aie des problèmes de comportement : stress, peur excessive, agressivité, malpropreté, etc. Mais c’est aussi très souvent le cas avec des animaux d’élevage. Dites-vous bien que quelqu’un qui fait naitre des dizaines de chiots/chatons par an n’a clairement pas le temps de tous bien les sociabiliser !

  • emanuelle

    27 octobre 2015 at 10 h 25 min Répondre

    moi j’adore les animaux surtout les chats et les chiens mais le problème que mes parents les détestent alors j’attends de déménager toute seule afin de pouvoir adopter un animal

  • Lullabulle

    1 novembre 2015 at 22 h 13 min Répondre

    Pour adopter, il n’y a pas que les SPA et les refuges. Il y a aussi les associations qui fonctionnent avec des familles d’accueil.

    Pour ma part, j’ai adopté Pippa, une petite chatonne il y a 3 ans en asso. Nous l’avons rencontré dans sa famille d’accueil après l’avoir vue sur Le Bon Coin. Elle était toute aussi craintive, sinon plus que ce tu le décris. Sa famille d’accueil a été merveilleuse et nous a prodigué plein de conseils. Nous savions que ce ne serait pas facile et sa famille d’accueil ne nous l’a jamais caché. Gagner sa confiance a été un long travail au quotidien mais aujourd’hui, c’est devenu une minette câline (avec un caractère bien trempé). Elle nous fait confiance et c’est le plus beau des cadeaux de constater que chez le véto ou dans les situations un peu stressante de la vie de chat, elle se réfugie vers nous.

    Pile un an après, nous avons trouvé un chaton sur un rond point que nous avons prénommé Willy. Nous l’avons tout d’abord gardé en famille d’accueil pour la même asso avant de l’adopter. Nous n’avons pas pu nous résoudre à le laisser partir… Il paraît que c’est un peu le coup classique : le 1er chat que tu as en famille d’accueil, tu ne peux pas le laisser partir 😉 Pippa a très vite progressé à son contact en termes de sociabilisation. Ils s’entendent vraiment bien et on des caractères assez complémentaires.

    En décembre 2015, nous avons trouvé une autre chatonne sur un parking. Nous l’avons appelée Maddie car nous l’avons appâtée avec une madeleine. Cette fois, nous nous sommes portés famille d’accueil tout en sachant que nous ne pourrions pas la garder. Nous avons eu du mal à la laisser partir mais les personnes qui l’ont adopté sont formidables. Nous avons gardé contact et nous avons régulièrement des nouvelle. Pour un première, nous ne pouvions rêver mieux !

    Du coup, aujourd’hui, nous continuons à être famille d’accueil. Depuis presque 1 an, nous avons eu à la maison Maddie, Callie, Léon, Opie et Louie. Tous on trouvé un foyer. En ce moment, notre pensionnaire s’appelle Cronos. Il est vraiment adorable. Nous lui souhaitons de trouver un doux foyer.

    Vraiment, j’encourage les gens à être famille d’accueil. Ce n’est pas toujours facile, il y a quelques contraintes (aller chez le véto, recevoir les adoptants potentiels…), on s’inquiète beaucoup lorsqu’ils sont malades et il faut gérer l’entente avec nos propres chats. Mais au final, c’est une expérience géniale ! On rencontre des gens, on agit de façon très concrète et on est vraiment heureux lorsque nos petits protégés trouvent une famille !

  • Edelweiss

    3 novembre 2015 at 17 h 02 min Répondre

    Très belle histoire. Ça me fait toujours de la peine de penser à tous ces animaux qui attendent d’être adoptés et qu’à côté de ça les magasins en vendent toujours plus et se font du fric sur leurs dos … Tous les jours je passe devant un de ces « pet shops » et de voir ces petits chiens et chats en vitrine, ça me fait mal au coeur. Surtout sachant qu’une partie va être abandonnée l’été arrivé.
    Moi aussi je suis accro à ces boules de poils. J’en ai 5, tous adoptés ou sauvés.
    Mes deux femelles étaient aussi départ très peureuses et il m’a fallu 1 mois pour pouvoir les caresser mais maintenant, 6 ans plus tard, elles ne me lâchent plus.
    Si je pouvais j’en prendrai d’autres …
    J’espère que ton article inspirera les personnes qui veulent adopter des animaux à aller les sauver au refuge plutôt que de les acheter en animalerie.

  • Coralie

    10 novembre 2015 at 15 h 44 min Répondre

    Bonjour! Je découvre ton blog et m’y retrouve déjà happée, notamment par cet article. J’ai moi même adopté une petite boule de poil qui a vécu les 6 premiers mois de sa vie dehors. Lorsque nous l’avons récupérée, nous pensions qu’elle avait environ 3 mois – mais elle en avait en fait le double! Sa taille s’expliquait par des carences en croissance, dues évidemment au fait qu’elle ait passé le début de sa vie dehors, qui plus est en plein hiver. Une amie d’amie l’avait nourrie, avec son frère, lorsqu’elle les avait découverts dans son jardin. Cette dame ne pouvait malheureusement pas les adopter, ses enfants étant allergiques. C’est comme ça que nous sommes allés à la rencontre de notre petite Blondie, et la 1ère rencontre fut, à la fois un coup de foudre pour nous, et une épreuve pour elle puisque nous l’avons immédiatement emmenée chez nous! Un bon 3/4 d’heure en voiture, avec, comme pour la tienne, des miaulements à fendre l’âme.
    La 1ère nuit s’est très bien déroulée, et le lendemain matin de son arrivée, elle s’était déjà transformée en pot de colle ronronnant! Depuis, ce n’est que du bonheur et nous sommes heureux qu’elle se soit trouvée sur notre chemin 🙂
    Merci pour cet article!

  • Camille

    15 novembre 2015 at 14 h 44 min Répondre

    Coucou! Je rejoins complètement ton avis sur les adoptions en refuge. Je suis en ce moment en négociation avec mes parents qu’on petit chat rejoigne mon appartement 😛 Je voulais juste apporter mon expérience sur les animaleries: l’été 2014, lors d’un voyage au Japon, j’ai pu entrer dans une boutique qui vendait des chatons et des chiots. Ils « vivaient » dans des vitrines extrêmement petites, souvent seuls. Mais ce qui m’a choqué, c’était l’âge de ces petits bébés. Je suis sûre qu’ils n’avaient pas l’âge d’être sevrés. Mais quelle importance, puisque leur tête trop mignonne devait faire chavirer le cœur des Japonais(es)? J’en suis ressortie écoeurée…

  • Aurélie

    16 novembre 2015 at 20 h 32 min Répondre

    Hello.

    très bel article 🙂 la bataille avec ton chéri m’a fait sourire pcq ici aussi c’est la bataille en permanence pour ces petits bêtes!
    Quand on a emmenagé, je voulais prendre un chat, on avait de l’espace et de l’amour à revendre. Evidemment, un chaton c’est plus mignon alors je regardais sur le boncoin en permanence. Chéri ne se décidait pas à céder… je ne sais plus comment mais j’ai fini par tomber sur des annonces de chat en famille d’accueil. En allant sur les sites des associations,lire toutes ces histoires crève-coeur, mon choix a été radical, on prendrait en association !!!
    Ca a aussi décidé mon copain, je lui lisais toutes les histoires…
    Bon on a quand même pris un chaton parce que monsieur ayant cédé sur un chat j’ai du céder sur le type de chat…

    Gros coup de coeur pour notre chatonne, hyper craintive mais qui aurait surement été adoptée quand meme.
    Depuis je bataille toujours mais pour être famille d’accueil, pcq finalement c’est encore mieux que d’adopter 🙂
    On a fait 4 accueils et c’est vraiment une expérience de vie géniale ! (même avec plein de bétises)

    Sur ce, pleins de bisous a tes chats et jolie découverte du site(via beautevegan)

  • Isatchignia

    21 février 2016 at 15 h 35 min Répondre

    Très belle histoire comme souvent toutes celles de sauvetage animalier.
    La mienne était très belle aussi jusqu’à présent mais j’ai peur qu’elle le soit beaucoup moins dans l’avenir ( ou alors je me fais une crise de parano, etc… ).
    J’ai évité la SPA à une petite minettes abandonnée et j’ai appris à l’aimer jusqu’à en être amoureuse.
    C’est une Angora turc, blanche, yeux verre installer de 1 an mais pas du tout câliner, crapahuteuse, bagareuse et quand elle a eu ses chaleurs que je n’ai pas vu venir j’ai eu droit au pipi sur le matelas, les rideaux qui y sont passés etc..
    Bref je l’ai laissé sortir et 15 jours après je lui faisais faire une ovario hysterectomie.
    C’était il y a 5 jours et depuis bien qu elle récupère très doucement elle ne fais plus un pas de travers. Elle est sage comme une image.
    Je crains vraiment qu’elle ait eu peur que je l’abandonne et qu’elle ait été traumatisée par sa journée chez le véto.
    Depuis elle ne me quitte pas mais je ne la sent pas heureuse alors que lorsque je la voyais monter dans les arbres, me ramener ses produits de chasse, crapahuter jusqu’à pas d’heure même si j’étais morte d’inquiétude parfois, c’est de la sentir heureuse qui me comblait.
    Je n’aurais pas put caser ses chatons, assurer une grossesse si elle avait eu des complications, assumer financièrement les frais de tout ce petit monde mais qu est ce que je regrette de lui avoir fait subir cela et de ne lui avoir offert que 4 mois de vie merveilleuse

  • arheix gérard

    12 mars 2016 at 15 h 20 min Répondre

    bonjour je viens de lire votre histoire d’adoption comme beaucoup j’ai été très touché et bravo à votre fiancé qui vs a dit « tu l’auras ton 2ème chat!! » il a du coeur lui aussi il existe des gens humains pas que des salauds je dis ça je nourris comme je peux des chats abandonnés+stérilisations+adoptions quand c’est possible je me suis battu pour eux physiquement le comble j’aurais pu être poursuivi etc..je suis ancien pompier on sauvait aussi les gens on n’opposaient pas les hommes et les animaux comme certains minables le font
    désolé de parler comme ça…cordialement à vous deux gérard

  • Julie_Foodhealthy

    11 avril 2016 at 15 h 28 min Répondre

    J’adore énormément ton blog, je viens de le découvrir et nous avons énormément de point commun, surtout pour l’amour des animaux, un témoignage émouvant vraiment et ton petit sacha est magnifique, mon chat a exactement les même couleurs, elle s’appelle NINA , elle est très peureuse, (malheureusement battu pendant sa triste enfance) mais je rassure tout le monde elle est heureuse comme jamais à présent avec mon chéri et moi même et adore s’allonger les quatres fer en l’air sur le lit hihi… bisous à toi

  • Emma

    24 avril 2016 at 22 h 45 min Répondre

    Hello Gala,
    Peut-être est-ce un sujet que tu as déjà abordé dans ce blog… ?
    J’aimerais savoir avec quoi tu nourris tes chats ?
    Je suis en conflit avec moi-même depuis quelques années et n’arrive pas à me résoudre à une option ou a une autre. En effet, maintenant que j’ai une grande maison avec jardin, je voudrais accueillir des chats comme j’en ai toujours rêvé. Mais je suis empêchée par l’idée que : soit je devrais déroger à ma décision de ne consommer aucun produit issu de la mort d’un animal, soit ne pas respecter la nature carnivore des chats. Je ne vois pas d’autre alternative… je me trompe ?
    Bien à toi,
    Emma

  • Louise T

    28 juillet 2016 at 15 h 02 min Répondre

    Bonjour,

    J’aimerai adopter un chat. J’ai entendu parler du site http://www.jadopteunchat.com
    Pouvez-vous m’en dire plus sur l’adoption, les conseils, quel race ?

  • umm al-Qayyim

    13 décembre 2016 at 5 h 42 min Répondre

    Bonjour, j’ai beaucoup apprécié votre article, et je souhaitais laisser un commentaire pour vous expliquer l’histoire de mon chat sissy.
    Je viens de suisse, mais je vis en Arabie saoudite depuis quelque temps.
    Malheureusement dans ce pays, la norme concernant les animaux n’est pas pas la même qu’en Europe ..
    Les chats en animalerie sont enfermés dans des cages toutes petites, à tel point que souvent les chats dorment dans leur litière … En voyant ça, à chaque fois ça me brisais le cœur, Car je n’étais pas habitué à cela, et depuis mon enfance j’avais eu plusieurs chat à la maison donc c’était un animal pour lequel j’avais enormement d’affection …
    Mon mari ( qui lui aussi aime enormement les animaux ) rentre un soir à la maison en me disant qu’il avait vu un chat magnifique et qu’on devrait aller le voir le lendemain ensemble .
    Le lendemain arrivera, je rentre dans l’animalerie et mon coeur s’est brisé .. Je vois cette magnifique chatte siamoise ( d’environ 1 an ) enfermé dans une petite cage …
    Malheureusement ici, les bebes chat partent comme des petits pains, mais les grands personne n’en veut donc je savais qu’elle allait être condamnée à finir sa vie ici ..
    J’ai passé mes doigts entre la cage, et elle se frottait à moi, mais elle me paraissait si triste …
    Nous avons envoyé des photos à nos familles, et leur preniere reaction était de dire qu’elle avait l’air affreusement triste …
    Nous avons donc décidé de la prendre …
    Une fois arrivée à la maison, elle a visité l’appartement dans son intégralité et elle n’arrêtait pas d’en faire le tour, et la je pouvais assurer que de sa vie elle n’était jamais sortie d’une cage ..
    Pour sauté sur le canapé ou le lit, c’était limite difficile pour elle comme si elle n’avait aucune maîtrise de son corps …
    Puis elle courrait dans l’appartement comme une folle car sûrement qu’elle n’avait jamais ou le faire auparavant …
    La première nuit elle n’osa pas nous quitté, elle dormait quasiment pas mais restait avec nous dans notre lit
    Le matin vers 6:40 je me suis réveillée et cela m’avait m’arqué
    Elle me suivait partout comme un chien … Elle n’osait pas s’éloigner de moi, comme si elle avait peur de se faire abandonner .. Mais elle est tellement pleine d’affection et tellement attachée à nous …
    Mon souhait serait d’acheter tous ces chats, afin de pouvoir les libérer …
    Enfin voila en tres bref, ce que j’ai vécu avec ma Sissy

  • marie renée rieu

    20 décembre 2016 at 9 h 43 min Répondre

    bonjour à toutes et à tous
    j’ai adopté nounou ,un très beau chat crème aux yeux bleus ; des voisins à quelques maisons de chez moi l’avait mis dehors et c’était le » méchant chat blanc »; c’est un amour ;
    mais il ne veux pas de compagnie ! en nourrissant un chat semi sauvage accidenté , je suis tombée sur 4 chats dont la propriétaire avait déménagé ; et tous les voisins se plaignent
    la mère 2 jeunes f de 8 mois et un 4 mois ; le petit a été vite adopté ,les 2 petites ont été stérilisées par une association ;mais on ne m’a plus laissé accéder au jardin ;je les ai donc nourries sur la place et elles ont campées devant ma porte ;et aux premiers froids je les ais laissées rentrer mais je n’ai pas de jardin et je n’ai que 2 pièces
    et elles attaquent nounou pour prendre sa place ;
    je suis entre Montélimar et Avignon
    la première fois que j’ai recueilli une minette il a fait une cystite :sondage et tout le tralala
    lili ressemble à la photo de sacha avec un petit bouc noir ; elle est très exclusive ;j’ai 2 prises feliway :1 simple et une friends ;on a consulté la fasciathérapeuthe pour chat :le bassin de travers et l5 douloureuse ;
    je leur donne les croquettes calme de chez le véto ;toujours autant d’agressivité de part et d’autres;
    hier elle m’a mordu assez profondément au pouce ; elle voulait attaquer nounou
    je n’ai plus le choix je cherche une famille d’adoption elle est très caline et n’aime pas sortir ;elle passe la journée sur le rebord de la fenêtre ; elle commence à être rassasiée je n’ai pas fait faire de vaccin pour ne pas fragiliser leur système ;le soir elle s’endort sur mes genoux et je la couche sinon elle miaule;
    je suis moi aussi en conflit moral avec la nourriture des chats ;étant moi même végétarienne presque vegan

Post a Comment