Gala's blog | Manger français, c’est mieux ? (santé et éthique)
9215
post-template-default,single,single-post,postid-9215,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Manger français, c’est mieux ? (santé et éthique)

J’entends bien souvent dire « ah moi je n’achète que de la viande française » comme si c’était mieux ! Le fait est que manger français, tant au niveau de la viande que du reste, n’est pas forcément un gage de qualité et encore moins d’éthique.

 origine_française

 

Les fruits, légumes et céréales français

 

La tendance (et ce que l’on essaie de nous faire croire) en ce moment, c’est de consommer français. Non seulement parce que ça fait marcher l’économie du pays, mais aussi parce que la production française est de bien meilleure qualité … Vraiment ?

Si vous achetez vos légumes en supermarché, ceux qui proviennent de France seraient moins chargés en pesticides, et donc en produits nocifs, que ceux d’Espagne (ou d’autres pays) … Malheureusement, il faut savoir que nous sommes un peu les rois des pesticides. Au niveau européen, nous occupons une place de chef : nous arrivons en 1ère position, excusez-moi du peu. Sur le plan mondial, nous sommes les 3ème plus grands consommateurs derrière les Etats-Unis et le Japon.

Que l’on s’entende bien, je ne vous pousse pas à ne pas acheter français. Je dis juste que selon moi, ce n’est pas suffisant. Et oui, je l’assume complètement, je préfère mille fois acheter un produit bio qui vient du bout du monde, plutôt qu’un non bio qui vient de chez moi. Non seulement je n’ai pas envie de me pourrir la santé à grand coups de pesticides, mais en plus, je n’ai pas envie d’encourager le producteur à faire de même.

Donc pour acheter des produits de qualité, j’ajouterai qu’il faut acheter français ET bio, et que selon moi, les deux sont indissociables. Je sais bien que tout le monde ne peut pas se permettre d’acheter bio, mais j’estime qu’il est important de savoir que si on achète français, on n’achète pas forcément des produits bons pour la santé.

Voici un extrait du reportage « La mort est dans le pré » qui appuie bien cette idée que oui, en France, on se gave de pesticides. Et que non seulement, c’est dangereux pour notre santé, mais aussi pour celle de ceux qui produisent ce que l’on mange :

 

La viande française

 

Que ce sujet me hérisse le poil … Alors en ce moment, les marques nous en font tout un foin. Les packagings pullulent de mentions « 100% français » « Production française » bla bla et bla. Et moi j’en ai marre, parce que c’est un leurre. La viande française est aussi « pourrie » que les autres.

Ca me fait penser à une histoire que mon oncle me racontait il y a quelques mois. Son cousin élevait des cochons et comme les hormones étaient et sont toujours interdites en France, vous savez ce qu’il leur faisait faire ? Un petit tour en Italie chez un gars qu’il connaissait pour une petite piqûre. Voilà. Et ce n’est pas un cas isolé, les manquements aux réglementations sanitaires (en règle générale, sans forcément parler d’hormones) sont monnaie courante dans le monde merveilleux de l’élevage.

Comme je vous le disais dans l’article, « Être vegan, c’est sauver le monde » … Les animaux d’élevage sont nourris au soja OGM. Ce qui fait que même lorsque l’on achète de la viande française, on consomme ces saletés bien que ce ne soit qu’indirectement. En France aussi, les animaux sont gavés d’antibiotiques (pour info, la moitié de la production mondiale d’antibio est destinée à l’élevage), il faut arrêter de croire que ça ne se passe que dans les autres pays.

De plus, les français n’élèvent pas leurs animaux dans de meilleures conditions que dans les autres pays, il n’y a qu’à voir cette vidéo qui dénonce les conditions d’élevage des lapins (attention si vous êtes sensible). Gavage, broyage des poussins, castration sans anesthésie … Et la liste est encore longue.

L’élevage français est-il plus louable que l’élevage américain, espagnol, allemand … ? Voici un petit graphique Made in L214 qui remet les choses au clair :

elevage_en_france  

Cela me fait penser à une fameuse phrase, que j’entends souvent « Moi je n’achète pas n’importe quoi, ma viande vient de chez le boucher ». Il n’y a qu’à voir les chiffres du graphique pour se rendre compte que cette pensée n’est malheureusement pas forcément avérée.

Encore une fois, le simple fait d’acheter français n’apporte absolument aucune garantie. L’horreur de l’élevage est la même dans tous les pays.

 

Et vous, que pensez-vous de la mention « d’origine française » ?

J’ai une petite question à vous poser … Préférez-vous les articles longs et documentés ou les articles plutôt courts et qui vont droit au but comme celui-ci ?

 

Cet article vous a plu ? Twittez et partagez !

24 Comments
  • Délia

    15 septembre 2015 at 16 h 47 min Répondre

    J’achète français mais bio. La logique n’est pas pour moi d’y trouver de l’éthique, et le bio me garantit le pan santé, mais bien de choisir des produits plus écologiques sur le plan du transport.
    J’ai d’ailleurs été étonnée plus d’une fois depuis que je fais attention, car je n’ai presque pas vu de poivrons rouges français par exemple, alors que c’est un produit vraiment facile à faire pousser chez nous!!
    Etrange non?
    La mondialisation nous fait même importer des poires de nouvelle zélande à l’automne. Le bon sens se fait la malle!!

  • Katya

    15 septembre 2015 at 17 h 15 min Répondre

    Un excellent article! Je ne mange pas de viande et je suis presque végane aujourd’hui, j' »adore » les phrases comme « c’est pas comme ça en France, en France on mange bien ». Alors que c’est pareil, surtout pour la viande, en plus les animaux souffrent partout de toute façon!

  • Emilie

    15 septembre 2015 at 17 h 18 min Répondre

    Mon commentaire va être bateau, mais c’est comme pour tout : il faut se renseigner sur ce que l’on achète. Acheter local, c’est bien, acheter local et bio, c’est mieux (ça marche aussi dans l’autre sens, le bio c’est bien, mais c’est mieux quand c’est aussi local). Ca fonctionne pour l’alimentation, les vêtements… Et plein d’autres secteurs.
    Aujourd’hui, manger de la bonne viande bio et locale, c’est cher. Mais comme je n’ai ni envie de complètement arrêter d’en manger, ni succomber aux petits prix des supermarchés, j’en mange moins et je fais l’effort de me renseigner sur ce que j’achète. Ce que l’on devrait tous faire.
    Je suis aussi énervée de voir l’amalgame entre français et bonne qualité, mais les français devraient aussi apprendre à ne pas tout prendre argent comptant et réfléchir un peu avant d’acheter.

    Quand à la longueur des articles, je préfère les articles longs et bien documentés, malheureusement, j’ai moins le temps de les lire ! Je ne t’aide pas, je sais 🙂

  • Sophie

    15 septembre 2015 at 17 h 32 min Répondre

    Merci pour cet article! Le Made in France: du pur lobbying. Merci au capitalisme et à la mondialisation!
    Vegan depuis plus de 2 ans maintenant, à la maison nous ne mangeons que bio et local au maximum (acheté à la Biocoop du coin. Je ne supporte plus les supermarchés) quite à y consacrer une bonne partie de notre budget mensuel.

  • Camille

    15 septembre 2015 at 17 h 48 min Répondre

    Merci pour ce super article !

  • Gwen

    15 septembre 2015 at 17 h 57 min Répondre

    Oui bio et local c’est le top ! J’ai même découvert un nouveau producteur près de chez moi qui n’a pas le label bio, mais n’utilise pas de produits chimiques. Apparemment, il a pas envie de faire de la paperasse et il a déjà sa clientèle sans le label. Dans l’idéal, j’adorerais en trouver un qui n’utilise pas également d’intrants animaux (caca, plumes réduites en poudre, sang etc.) pour produire ses légumes, mais là j’en demande beaucoup je crois ! lol Surtout qu’il n’y a pas de label pour reconnaître la culture bio-végétalienne.
    En revanche, je suis pour le « made in France » afin de soutenir l’économie locale, je préfère, par exemple, acheter chez Lamazuna qu’une autre marque vegan produite à l’étranger. Quand c’est de qualité, il faut savoir le reconnaître et le valoriser (ce que tu fais d’ailleurs)..

  • Prettypendants

    15 septembre 2015 at 18 h 39 min Répondre

    J’aime beaucoup ce genre d’article qui peut être lu rapidement, pendant une petite pause (contrairement aux articles plus détaillés, mais qui sont bien aussi).
    Acheté français et bio, certes, mais malheureusement dans les deux cas cela ne nous assure pas d’acheter responsable… Dans le sens où bio, c’est bien car ça (je généralise) veut dire sans produits chimiques, mais qui nous assure qu’il n’y a pas eu déforestation pour les terrains de culture bio, ou bien exploitation du sol intensive… ou en tous cas dont l’éthique écologique n’est pas forcément au top. (cf. label « AB », je cite « la marque AB de certification, comme le logo bio européen, identifie des produits 100% bio ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés »… et c’est tout !)
    Enfin, moi c’est ce que j’en pense mais je peux me tromper ! En tous cas, manger « sain » aujourd’hui (pour soi et pour le monde) me paraît vraiment compliqué, c’est vraiment dommage, dans un monde où on trouve de plus en plus de produits transformés, et de moins en moins de produits bruts.
    Bisettes

  • Sam

    16 septembre 2015 at 7 h 12 min Répondre

    Bonjour,
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi; quitte à ne pouvoir s’acheter que des produits conventionnels, autant acheter ceux qui ont parcouru le moins de km. De plus par exemple pour les légumes cultivés en espagne, on a rasé une région entière(voir via Google Earth « Roquetas de Mar »), les gens qui travaillent dans ces cultures sont complètements exploités et vivent dans des conditions abominables. Il n’y a presque aucun contrôle là dessus.
    On parle de l’exploitation des animaux non-humains lorsque l’on est végane, mais absolument pas de l’exploitation des animaux humains lorsque l’on se nourrit de produits végétaux conventionnels.
    Dans les cultures de cornichons en Inde, des pesticides en grande quantité sont utilisés et les femmes/hommes travaillant dans ces champs n’ont absolument pas les protections adéquates.

    Donc acheter français même conventionnel lorsque l’on a pas les moyens, c’est au moins ne pas encourager l’exploitation dégueulasse de femmes et d’hommes dans le « tiers monde » (déjà qu’en France les conditions des agriculteurs sont loins d’être idéales)

  • Natacha

    16 septembre 2015 at 9 h 22 min Répondre

    Comme toi je pense que français & bio c’est le mieux.
    Encore plus auprès de petits producteurs (comme sur les marchés etc). Je suis convaincue qu’en consommant plus intelligemment ça ne revient pas si cher, d’autant qu’une nourriture de qualité est théoriquement plus nutritive, donc passant par là… 🙂 Après je pense qu’une grande partie de la population française en a les moyens (mon homme est coiffeur, je suis au chômage… On peut pas dire qu’on gagne des mille et des cents !) car ce n’est pas si cher de « bien manger », cependant tout le monde n’en a pas conscience et n’a pas non plus le même ordre de priorités dans les dépenses, ce que je peux comprendre d’un côté.
    Après pour ceux qui trouvent vraiment le bio + cher, acheter français c’est déjà bien dans le sens ou malgré les conditions sanitaires autour c’est encourager la production française… Et si la production était un peu plus encouragée par nos consommateurs, eh bien je me dis que peut-être les agriculteurs n’auraient pas à employer des méthodes qui améliorent le rendement etc pour rentrer dans leurs frais & se dégager un bénéfice pour vivre ! Peut-être que je me trompe, mais si on encourage pas les productions françaises ça ne pourra jamais s’améliorer en soit. A moins d’une mesure radicale qui n’est pas prête d’arriver.
    Ce n’est ni tout blanc ni tout noir ma foi ! La clé dans tout ça je pense est l’information, sans jugement, la démonstration et peu à peu les gens s’y mettront si ils prennent le temps d’ouvrir les yeux ! 🙂 (Je dis bien si, car il y en a plein aussi qui préfèrent se complaire dans leur réalité. Mais là, on y peut plus grand chose !)

  • Anne-So

    16 septembre 2015 at 9 h 33 min Répondre

    Merci pour cet article que je trouve assez intéressant, notamment sur le fait que nous sommes les premiers utilisateurs de pesticide en Europe. Personnellement je consomme bio sans trop regarder la provenance… On a toujours l’impression que le « danger » est loin, que c’est les autres, que c’est en Espagne ou ailleurs alors qu’en fait les pesticides sont là, chez nous…

    Par contre, j’aimerais savoir ce que tu penses de la viande bio ? Quelles sont les garanties par rapport à l’élevage conventionnel ?

  • Olivia

    16 septembre 2015 at 9 h 44 min Répondre

    Merci pour ton article Gala ! Je suis tout à fait de ton avis ! Acheter en supermarché des produits français et non bio revient à promouvoir l’agriculture intensive et l’usage des pesticides… Prenons nos responsabilités, et soyons consomm-acteurs
    Toute cette publicité autour du « acheter français » ne sert qu’à déculpabiliser les français d’acheter de la m***e.
    Concernant ta petite question, j’avoue que je trouve cela plus pratique à lire un article court comme celui-ci, mais j’aime bien aussi de temps en temps un article de fond super long 0:) En proportion, disons, 7 articles courts pour 3 articles longs ? lol je fais mon marché 😛
    Bisous Mademoiselle !

  • Silecee

    16 septembre 2015 at 12 h 44 min Répondre

    Tout à fait d’accord ! Je suis pour le made in France seulement si l’achat est raisonné et en vaut la peine.
    Ca ne sert à rien de se bousiller la santé pour un idéal. Après, par contre, je préfère me passer au maximum des produits qui viennent de loin. C’est comme tout : tout est une question d’équilibre et de bon sens.

  • Lutetia Flaviae

    16 septembre 2015 at 13 h 21 min Répondre

    Je trouve que l’origine France fait partie de ces appelations trompeuses. Je préfère bio ou élevé en plein air pour la viande. Néanmoins, si je ne trouve pas ces mentions là, je t’avoue que par ordre de préférence je préfère l’origine France puis l’origine européenne parce que je me dis qu’il y a sans doute plus de contrôles et puis, pour soutenir nos agriculteurs et éleveurs mais c’est quand même rare. En revanche, si les produits sont bio, je ne fais pas trop attention à l’origine ˆˆ

  • eboumalo

    17 septembre 2015 at 22 h 59 min Répondre

    J’achète tout ce que je peux en bio, et surtout ce que je consomme le plus, à savoir l’épicerie de base, je dirais.
    Concernant le bio venu de loin vs le non bio de France, je ne suis pas aussi catégorique: le bio venu de loin a généré tellement de transport et de mise en oeuvre que je trouve ça totalement ridicule d’en prendre. Je refuse donc tout ce qui vient de loin. Je ne mange plus de fruits exotiques, jamais de quinoa, par exemple.
    Par ailleurs, les critères du bio en France et dans d’autres pays ne sont pas les mêmes.
    Et entre du bio avec de la palme et du non bio sans palme, je prends la 2è solution.

  • Juliette

    20 septembre 2015 at 11 h 30 min Répondre

    On peut manger local (ce qui ne signifie pas forcément français si l’on habite près d’une frontière), de saison et de bonne qualité, que l’on soit carnivore ou pas. Il y a de plus en plus de structures de production locale qui vendent directement aux consommateurs sans compter les associations de type AMAP qui soutiennent et favorisent les maraîchers, la plupart du temps bios, qui ont de plus en plus de succès.
    A mon petit niveau, j’essaie de manger des fruits et légumes produits autant que faire se peut produits localement et de saison (pas de tomates en hiver…) et m’en porte très bien, d’autant plus que cela permet de découvrir plein de recettes. Pour cela, l’imagination des Français, des végétariens et des végétaliens est sans borne et cela me réjouit!
    Pour les cosmétiques, itou. Il existe plein de petites structures familiales françaises ou européennes qui fabriquent des shampoings, des crèmes, des produits de base : argile, huiles essentielles… (Je fais une parenthèse pour rappeler que la Drôme est le département français où il y a le plus de terres agricoles consacrées au bio. A découvrir si vous souhaitez faire le plein!).
    J’essaie de fréquenter les marchés qui accueillent des artisans, les salons bios, les biocoops, que je préfèrent à certaines grands chaînes bios. J’essaie aussi de réduire les quantités de ce que je consomme, d’utiliser des produits simples, de faire ma popotte, y compris cosmétique. Enfin, je débute mais espère vraiment en faire un mode de vie pérenne.
    Bon dimanche.

  • Céline

    22 septembre 2015 at 14 h 16 min Répondre

    Malheureusement, je trouve dommage qu’on puisse dire « ca ne sert à rien », ou « acheter local c’est du marketing ». Chacun a ses combats et ses intérêts, et pour moi la santé passe aussi par l’écologie et le respect de la planète. Et au final, pas sûre que la pollution émise par le transport soit moins nocive pour ma santé que les pesticides.
    Il faut aussi prendre en compte que le « Made in France » permet de s’assurer un minimum des conditions de travail par exemple.
    Non le « made in France » ce n’est pas du lobbying, c’est juste un combat pour certains qui n’est peut-être pas le tien ou celui de tous.
    Et puis surtout, au lieu d’acheter du bio qui vient du bout du monde, pourquoi ne pas acheter autre chose, d’ici et bio?
    Des produits qui viennent de loin ne sont pas spécialement adaptés à nos besoins, et donc ne contribuent pas à notre santé.
    Consommer de manière plus responsable, c’est aussi s’adapter à ce qu’on trouve et qu’on a devant soi.

  • Emilie

    27 janvier 2016 at 11 h 16 min Répondre

    En résumé, mieux vaut enrichir les gros industriels et les GMS qui importent des produits étrangers avec une moindre traçabilité du produit, plutôt que d’acheter des produits qui peuvent sauver des familles d’agriculteurs français qui n’arrive plus à vivre de leur passion (Eh oui, pour certains agriculteurs bio ou pas, leur métier, c’est une passion un mode de vie, ils aiment leurs animaux). Essayons de vivre sans l’agriculture française, on en reparlera…

    • Gala

      27 janvier 2016 at 12 h 56 min Répondre

      Ton résumé est erroné. As-tu vraiment lu l’article ? Parce que je n’ai JAMAIS dit ça. Manger français, au niveau des fruits / légumes etc si c’est bio oui, oui et re OUI. Si ce n’est pas bio, ce n’est pas bon pour notre santé, ni pour nos terres. En ce qui concerne la viande et les produits animaux, manger français ne garantit en rien que les animaux seront bien traités, c’est un fait, je n’invente rien. Et non, on n’aime pas « ses » animaux quand on les envoie à l’abattoir, ça ne s’approche ni de près, ni de loin à de l’amour. En tous cas moi, je n’ai pas envie qu’on m’aime comme ça 😉 !

  • bibibi

    21 avril 2016 at 13 h 37 min Répondre

    C’est incroyable les débilités que ton article peut raconter…
    1- Tu dis ne pas vouloir manger français quand c’est pas bio parce que ça pollue nos terres et tue nos agriculteurs : essaye de faire vivre des agriculteurs si tu n’achète pas leur production. De plus tu préfères manger quelque chose de bio qui vient du bout du monde dont l’importation pollue énormément (c’est le premier poste de dégagement de CO2 au MOOOOONDE !!!!) alors que tu prônes un mode de vie sain, vegan et sans gluten (d’ailleurs en quoi c’est sain le sans gluten, c’est tout simplement une mode comme tu le dénonce pour la mention production française ). Tu es donc juste une fashion victime, tu n’as aucune réflexion sur ce que tu dis.

    Ensuite, et ce sera ma dernière critique parce que critiquer tout ton article serait trop long : les animaux sont effectivement souvent nourris au soja OGM mais sais tu que tout le soja qu’on mange en France est OGM ? eh oui, ça n’est pas inscrit sur les paquets car ce n’est pas obligatoire. Il est interdit de produire de l’OGM en France (sauf pour des raisons scientifiques mais c’est un autre sujet) mais il est autorisé de les commercialiser.
    Alors réfléchi à deux fois avec tes recettes à base de soja et tofu avant de raconter ce genre de chose.

    et j’allais oublier : L214 n’est franchement pas une association de référence, c’est comme aller chez un mauvais coiffeur en sachant que c’est un mauvais coiffeur et ressortir déçu de sa coupe ! Ils sélectionnent des vidéos que dans certain abatoire connus pour leur mauvaise réputation, mais fort heureusement c’est une très très faible majorité des abatoires. Cependant tu peux maintenant t’interroger sur les abatoires hallal qui ne respectent absolument pas le bien être des animaux pour les tuer (cependant au Pays Bas il y a eu une évolution de leurs coutume religieuse pour prendre en compte le bien être des animaux).

    Je rajouterai quand même : tu manges healthy et bio mais le soja est un perturbateur endocrinien pour les populations européennes (eh oui les asiatiques n’ont pas toujours les même enzymes que nous !). Personne ne le sait, vive la pression des lobbying bio, healthy et sans gluten !

  • Malaury

    9 juin 2016 at 11 h 13 min Répondre

    Euh Bibibi tu devrais tourner ta langue 7 fois dans ta bouche avant te parler. Et puis parler poliment aussi.
    Je me permets de te répondre, le plus posément qu’il me soit possible :
    Me concernant, je préfère « faire vivre » des agriculteurs français qui ne nous empoisonnent pas. Si tu as tellement ce souci de « faire vivre », adresse toi aux multinationales qui imposent ce rythme de production effrénée pour que les agriculteurs puissent couvrir tous les frais que ces mêmes entreprises leur imposent.
    Euh concernant la pollution, sache que les légumes importés par un transport à dégagement de CO2 sont, de loin, largement moins polluant que le simple fait de produire de la viande (gaspillage d’eau, déforestation et culture intensive de céréales destinés aux animaux, production de méthane qui est 25X plus polluant que le CO2, et 1ere cause de l’effet de serre). Le sans gluten n’a aucun rapport, ici on s’en fout.

    Ensuite, tu sais que le soja non OGM et équitable existe en magasin bio pour notre propre consommation personnelle (et non celle des animaux) ?
    Et sache que les pesticides, antibio, hormones que tu retrouves dans la viande notamment, sont des perturbateurs endocriniens de choix et n’ont rien à envier au soja…!

    Alors réfléchi à deux fois avant de critiquer des réflexions dont tu n’as même pas les ressources adéquates pour te justifier décemment.
    Et puis je te propose de faire une tournée des abattoirs, et de compter lesquels sont « à la norme » et de nous dire, par la même occasion, si tu auras bien vécu ce qui se fait « selon la norme » (hallal ou conventionnel car il n’y de bien-être animal nulle part).

  • lylye

    26 août 2016 at 13 h 06 min Répondre

    oh la vidéo ne serait pas tournée près de chez nous par hasard? j’ai l’impression de reconnaître cet accent!

  • Enossa

    28 août 2017 at 4 h 36 min Répondre

    Bon j’avoue ne pas avoir lu tous les commentaires, mais franchement … Arrêter de dire qu’on peut acheter bio et sain même en étant au chômage ou en ayant peu de moyen. Manger sain c’est tres cher … Oui et même si on réduit nos quantités ou que l’on essaie d’acheter moins de choses futiles ..
    En ce qui concerne les légumes bio provenant d’Espagne, ce pays accepte l’utilisation de pesticides « bio » qui détruirait la faune et flore autour des légumes traités (pas franchement ecolo) .
    alors oui, j’aimerai tellement pouvoir faire attention (et j’essaie surtout depuis que j’ai eu mes deux anges) mais non seulement il faut essuyer les critiques pas toujours facile à digérer, mais en plus il faut réussir à ce priver de tout ces produits pourris dont on est tellement accros :/.
    Après je pense franchement qu’il ne faut pas tomber dans l’extrême ..
    Je vous remercie quand même pour cet article et pour ce blog que je trouve intéressant et je vais essayer de convaincre mon homme (alors là c’est pas du gâteau) pour essayer de faire encore un peu plus.

  • Enossa

    28 août 2017 at 5 h 39 min Répondre

    Alors quand je parle d’extrême je ne parle pas du choix de devenir Vegan, je suis plutôt pour. Je parle de certains ecolos , sois disant grands ecolos qui prennent leur voiture pour aller acheter leur pain (oui j’en ai connu) .
    Voilà je viens faire cette petite rectife parce que je me suis mal exprimée.
    Excusez ma maladroitesse de mes propos, je ne suis pas très forte à l’écrit :p

Post a Comment

18 + dix =