Gala's blog | Pourquoi j’arrête le gluten ?
4256
post-template-default,single,single-post,postid-4256,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Pourquoi j’arrête le gluten ?

Depuis que je ne mange plus de produits laitiers, je n’ai quasiment plus mal au ventre. J’en ai parlé à plusieurs médecins dans mon entourage et ils sont unanimes : je dois être intolérante au lactose. J’ai une amie vegan sans gluten, experte et coach en nutrition à qui je parlais de cette soi-disant intolérance. Elle m’a indiqué que je devais certainement aussi être intolérante au gluten, car les deux sont bien souvent liés.

J’ai retrouvé la même info dans le fabuleux livre de Julien Venesson, Gluten comment le blé moderne nous intoxique. J’en ai ensuite parlé à une autre amie, qui s’est soignée grâce à une alimentation sans gluten et qui est désormais incollable sur le sujet. Elle m’a répondu exactement la même chose. D’où mon attrait pour le sans gluten en ce moment …

J’avais donc envie de partager toutes ces découvertes avec vous, parce qu’elles sont pour le moins surprenantes. Je ne m’attendais pas à découvrir autant de choses négatives sur le blé … Et surtout à quel point les méfaits de cette céréale sont répandus …

Cette série sur le gluten se composera de 3 articles. Le 1er expliquera pourquoi le gluten est dangereux, son impact sur notre santé et mon avis sur la question. Dans le deuxième article, nous aurons droit à un incroyable témoignage, avec à la clé un tableau des différents aliments à éviter ainsi que leurs remplaçants. Puis en 3ème, je vous présenterai de nombreuses recettes sucrées et salées sans lait et sans gluten !

1

 

Le gluten est toxique

 

Le blé ancestral possédait 14 chromosomes mais il a fait les frais de rétrocroisement afin d’obtenir un blé plus rentable. Le blé moderne, que nous consommons, en possède quant à lui 42. Cela en dit long sur les transformations qu’il a pu subir.

Le gluten est un ensemble de protéines contenues dans des céréales telles que le blé, l’orge, le seigle, le kamut, l’épeautre, le petit épeautre et l’avoine.

Le gluten est constitué de protéines de deux familles, les prolamines et les gluténines.

« Lors de la digestion, nos enzymes découpent les protéines en morceaux de très petite taille. Pour le gluten, la découpe est incomplète. De fait, les fragments non digérés se retrouvent au niveau de l’intestin grêle et l’intestin voit alors sa perméabilité augmenter. Les fragments vont passer au travers des jonctions serrées (qui servent à réguler la perméabilité de l’intestin). Ils entrent ensuite au contact d’une enzyme, la transglutaminase tissulaire 2, qui va légèrement modifier leur structure. Cela engendre un nouveau type de protéine qui va déclencher une réponse immunitaire du corps. Ce dernier va envoyer des anticorps dirigés contre la gliadine. Cette réaction a pour conséquence de détruire les villosités de l’intestin responsables de l’assimilation des aliments. »

 

En gros, les anticorps détruisent l’intestin, alors qu’ils sont censés le protéger. Tout provient du fait que certaines macromolécules pénètrent de manière inappropriée dans l’organisme.

 

2

 

Les symptômes

 

Il faut bien faire la différence entre la maladie coeliaque qui est en fait une intolérance au gluten et la sensibilité au gluten. Lorsqu’on souffre d’une maladie coeliaque ou d’une sensibilité au gluten, on a généralement les mêmes symptômes : troubles intestinaux, migraines, anémie chronique, acidité gastrique / reflux gastro-oesophagien, fatigue chronique, côlon irritable, anxiété / attaques de panique, douleurs articulaires …

Ce type de symptômes peut être très pesant au quotidien, mais on s’en accommode.

La maladie coeliaque provoque des lésions intestinales, mais ce n’est pas le cas de la sensibilité au gluten. Ce qui la rend très difficile à diagnostiquer.

De plus, à l’inverse de la sensibilité au gluten, l’intolérance au gluten s’accompagne souvent d’un très grand nombre de maladies comme, entre autres, le diabète de type 1, la sclérose en plaques ou encore la thyroïdite auto-immune de Hashimoto.

 

Arrêter le gluten

 

La sensibilité au gluten, dont je semble souffrir, est une maladie trop méconnue mais qui fait des ravages. Certaines personnes se voient même dans l’obligation d’arrêter de travailler. C’est tout à fait saugrenu, lorsqu’on sait qu’il suffit d’adapter son alimentation pour retrouver une qualité de vie normale. Ce qui en soi, n’est pas si difficile qu’on le croit.

Si j’ai décidé d’arrêter le gluten, c’est pour plusieurs raisons … Tout d’abord, parce qu’il y a de grandes chances que j’y sois sensible comme je le précisais au début de l’article. Mais aussi parce que je suis désormais persuadée qu’il n’est pas spécialement bon pour la santé. Aussi, j’admets que j’aime beaucoup cuisiner sans gluten, ça change encore plus mes habitudes et je suis en quête perpétuelle de nouveauté.

J’y suis allée progressivement, et si je fais encore des écarts (notamment quand je ne mange pas chez moi), ce n’est pas si difficile de manger sans gluten. Le gluten met environ 6 mois à être éliminé du corps contre 8 jours pour les produits laitiers. Ce qui explique que j’ai pu me rendre compte assez rapidement de mon « intolérance » au lactose. Tout ça pour dire que je n’ai pas encore vu de gros changements, si ce n’est que je peux manger un peu plus sans avoir mal au ventre, ce que j’avais déjà constaté quand j’ai arrêté le lait.

 

Je n’ai pas arrêté de manger du pain. Je l’ai remplacé par son homologue sans gluten, tout comme pour les pâtes. Et c’est très bon !

 

Les seules contraintes que je constate pour l’instant, c’est avant tout qu’il faut beaucoup cuisiner … On peut dire au revoir aux gâteaux industriels. Honnêtement, ceux que j’ai goûtés sans gluten n’étaient pas très bons, de plus leur indice glycémique est trop élevé et ils contiennent souvent de la farine de maïs qui est controversée. Et aussi, pour l’instant j’ai encore du mal à ne pas faire d’écarts quand je sors. Peur de passer pour « la chiante » de service et surtout de déranger.

 

3 mois sans gluten sont nécessaires avant de voir de réelles améliorations.

 

[kt_box opacity= »1″ background= »#fddddd »]

A lire pour compléter :

Sans gluten, témoignage

Une semaine dans ma cuisine vegan et sans gluten

Mes astuces pour démarrer un régime sans gluten

Gérer son intolérance alimentaire

[/kt_box]

 

Sources : L’alimentation ou la 3ème médecine du Dr Jean Seignalet, Gluten comment le blé nous intoxique de Julien Venesson, de nombreux articles…

 

A bientôt,

Gala.

18 Comments
  • Les p'tits bijoux de Marie

    20 mai 2014 at 21 h 15 min Répondre

    Je dis : très bonne idée !
    2 ans que nous sommes sans gluten et sans lactose à la maison. La raison : mes 2 filles et moi sommes intolérantes. Du coup, les 2 hommes de la famille sont également au « presque » sans gluten (ça ne peut que leur faire du bien). On a découvert de nouvelles saveurs, de nouvelles façons de cuisiner et on est fan. Certes il faut un certain temps d’adaptation, mais une fois qu’on a pris ses marques, ce n’est pas pas plus compliqué qu’avec gluten. C’est quand on mange au resto ou chez des amis que c’est plus difficile. En tous cas, on est ravi par ce changement.

    • Gala

      21 mai 2014 at 10 h 13 min Répondre

      Même les bien portant peuvent se mettre au gluten 🙂 ! Comme tu dis, ça ne peut leur faire que du bien ! Et puis bien sûr il faut un temps d’adaptation, mais ce n’est pas aussi compliqué que ce qu’on croit … Il faut cuisiner c’est indéniable, mais c’est meilleur que les plats cuisinés … Alors ce n’est pas plus mal ! Je suis ravie d’entendre, encore une fois, un avis positif sur le sans gluten !! Merci pour ton témoignage ! Bisous !

  • Échos verts ❀ Natasha

    20 mai 2014 at 22 h 11 min Répondre

    Personnellement, je suis intolérante au blé, donc pas de réaction allergique mais de gros problèmes digestifs, de fatigue, maux de tête etc. Cela fait maintenant plus de 10 que je n’en mange plus et cela a changé mon quotidien. Par contre, je mange beaucoup d’épeautre à la place, et cela ne me pose aucun problème. Certaines personnes sensibles au gluten digèrent d’ailleurs bien cette céréale qui en contient beaucoup moins donc je me demande si on peut vraiment mettre toutes les céréales contenant du gluten dans le même panier? En tous cas, tout à fait d’accord avec toi: les rares fois où l’on m’a fait mangé des biscuits ou même du pain sans gluten pré-emballés, j’ai détesté cela… Bon courage à toi pour l’élimination du gluten! C’est tellement plus simple de régler ses ‘soucis’ par l’alimentation même s’il est vrai que ça peut compliquer les choses quand on est de sortie ou invité chez d’autres personnes.

    • Gala

      21 mai 2014 at 10 h 27 min Répondre

      Je suis comme toi, je digère plutôt bien l’épeautre (même si je le digère moins bien que les légumes) ! Cependant, en théorie l’épeautre contient certes moins de gluten que le blé, mais il en contient quand même. Je les ai donc tous mis « dans le même panier » dans cet article, et j’expliquerai les nuances dans le 3ème qui sera plus pratique ! Mais tu as raison de le souligner ! Sinon, c’est vraiment compliqué lorsqu’on mange chez les autres, surtout que pour ma part la liste commence à s’allonger : sans viande, sans lait, sans oeufs, sans gluten … Et pour certains, je ne peux pas faire d’exception … Mais en même temps je tiens à ma vie sociale ! Il va falloir trouver des subterfuges, j’ai déjà quelques idées on verra si en pratique c’est faisable ! Et puis tu as tout à fait raison : c’est plus simple de régler ses soucis par l’alimentation, et c’est surtout bien plus efficace que les médicaments ! Je suis contente de voir que ça a fonctionné pour toi aussi 🙂 ! Bisous !

      • Gala

        21 mai 2014 at 11 h 36 min Répondre

        J’ai fais une erreur, c’est le petit épeautre que je digère !

  • Sylvie, Enfin moi

    20 mai 2014 at 22 h 52 min Répondre

    Passionnant ton billet, très bien documenté
    Il est vrai que nous devrions tous stopper le gluten
    Bonne soirée

    • Gala

      21 mai 2014 at 10 h 28 min Répondre

      Merci Sylvie 🙂 ! Le gluten fait des ravages mais on ne le sait que trop peu … Bisous !

  • MsOriginalDoll

    21 mai 2014 at 9 h 39 min Répondre

    Mais le goût des pâtes et du pain est-il différent ? Ca, ça m’intrigue vachement…

    • Gala

      21 mai 2014 at 10 h 34 min Répondre

      Alors … Oui c’est différent pour les pâtes ! Mais ce n’est pas moins bon pour autant ! Il ne faut pas t’attendre à ce que ce soit une copie conforme ! Pour le pain, il y a en a beaucoup qui ne sont pas bons du tout comme le disait Natasha plus haut. Il faut tester en fonction de tes goûts … Mais il y en a quand même certains qui se rapprochent du conventionnel ! Le pire, et ce que je te déconseille de tester si tu ne veux pas te dégoûter du sans gluten, ce sont les gâteaux industriels ! Même si tu as dans l’idée que ce sera différent, en général c’est pas bon ahah ! Bisous !

  • Silecee

    21 mai 2014 at 11 h 06 min Répondre

    Très intéressant. Je suis tes expérimentations culinaires avec beaucoup d’intérêt.
    Personnellement, je ne pense pas être intolérante au gluten, mais j’ai déjà fait des « overdoses », notamment en mangeant trop de pain.
    Pour les biscuits, je te conseille ceux à base de farine de châtaignes. Généralement, c’est délicieux. J’aime bien tester de nouvelles choses, moi aussi. Je trouve tellement dommage que la majorité des gens s’arrêtent aux plats traditionnels.
    Mais je comprends tout à fait ce que tu veux dire quand tu dis ne pas vouloir passer pour la chieuse de service. L’idéal serait qu’il existe des plats vegan/sans gluten partout, mais en France, c’est pas gagné… En Californie, en revanche, j’ai été étonnée d’en voir un peu partout. Il faut que ça devienne une mode 😉

    • Gala

      21 mai 2014 at 11 h 42 min Répondre

      C’est très gentil, merci Cécile ! Il faut que j’essaie la farine de châtaignes, j’ai une amie qui m’en parle souvent ! Elle coûte un peu cher, c’est pour ça que je n’ai pas encore testé. Par contre je ne crois pas avoir croisé de gâteaux à la farine de châtaigne ! Je n’ai pas du faire attention ! Je te rejoins totalement, c’est dommage de s’arrêter aux plats traditionnels … Il y a tellement de choses délicieuses à goûter ! Des plats Vegan ce n’est pas facile à trouver, sans gluten non plus … Alors vegan sans gluten … C’est difficile, surtout quand tu n’habites pas à Paris ! Il faudrait en effet que ça devienne une mode, ça commence un peu … Doucement … Copions les californiens, ça nous fera pas de mal 🙂 ! Bisous !

  • powings

    21 mai 2014 at 11 h 28 min Répondre

    Article très intéressant. Depuis quelques mois, je fais souvent des spasmes juste après le repas, je ne sais pas à quoi c’est lié anxiété ou autre mais depuis que je mange un peu moins et moins de produits laitiers je me porte mieux 🙂

    • Gala

      21 mai 2014 at 11 h 45 min Répondre

      J’ai eu le même problème que toi. J’ai lu dernièrement que le stress était déclencheur, ce qui explique qu’en période d’examens ou autre, tu aies très mal ! Mais ça n’empêche pas que tu puisses être sensible aux produits laitiers, surtout si tu constates que ça va mieux depuis que tu as diminué ! Je ne pouvais presque plus rien manger non plus, alors je te comprends totalement ! Je te souhaite bon courage ! Bisous !

  • Fanny

    16 janvier 2015 at 10 h 12 min Répondre

    Bonjour !
    Personnellement, mes intolérances au gluten et au lactose semblent être liées au Candida…C’est une piste parfois intéressante à explorer 😉
    A bientôt

    • Gala

      16 janvier 2015 at 10 h 30 min Répondre

      Bonjour Fanny. Je ne m’y connais pas très bien niveau Candida, mais tu ne peux pas t’en débarrasser à l’aide d’un anti fongique et d’une cure de probiotiques ? Ca se soigne aussi très bien en homéopathie il parait ! Donc ton intolérance au gluten et au lactose devrait disparaître avec la bactérie si tu arrives à te débarrasser de ce méchant champignon ?

  • Legrand

    16 décembre 2015 at 13 h 52 min Répondre

    Bonjour,
    Pourquoi la farine de maïs est-elle controversée? J’ai acheté des pâtes sans gluten à base de farine de riz et maiïs :s

  • Marylou

    21 novembre 2017 at 21 h 47 min Répondre

    Bonjour comment sais tu que tu n as pas la maladie cœliaque ? Il faut faire des tests sanguins et une biopsie pour le savoir. Attention ! C est une erreur de démarrer un régime sans gluten sans voir un gastro-entérologue compétant. Si tu es cœliaque, c est un régime strict à vie pour protéger sa santé. Pour se faire tester, il faut manger du gluten, donc arrêter sans connaître le vrai diagnostic est risque car on ne sera pas la vérité ! C est un sujet sérieux car quand on est cœliaque continuer à manger du gluten même en quelques traces est dangereux à long terme.

    • Gala

      23 novembre 2017 at 17 h 43 min Répondre

      J’ai fait les tests. Je n’ai jamais dit que cela n’était pas un sujet sérieux, je l’ai traité à plusieurs reprises et j’ai toujours bien fait la différence entre maladie coeliaque et sensibilité au gluten.

Post a Comment