Gala's blog | Sans gluten, témoignage
4259
post-template-default,single,single-post,postid-4259,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Sans gluten, témoignage

Après avoir expliqué ce qu’était le gluten et son impact sur notre santé, j’ai décidé de te faire part d’un témoignage très touchant. Il est tellement parlant, il résume tout ce que je pense et me conforte dans l’idée que l’alimentation est primordiale pour la santé. C’est une amie qui a accepté de te raconter ce que l’arrêt du gluten a changé pour elle … Son histoire est incroyable, elle revient de très loin !

1

 

Témoignage de Viviane, sans gluten depuis 3 ans

 

« Depuis un peu plus de deux ans, je pratique le régime du docteur Seignalet, sans gluten et sans produits laitiers, suite à un diagnostic de spondylarthrite (recherchée dès juillet 2011) posé en octobre 2011, remis en question courant 2012, en point d’interrogation depuis…

La spondylarthrite est un rhumatisme inflammatoire qui provoque entre autres un enraidissement de la colonne vertébrale.

Retour en arrière :

Tout commence par ce que je crois être un « lumbago », mais après 3 mois d’anti-inflammatoires, l’Irm montre une sacro-iliite. C’est alors que mes ennuis commencent réellement : en octobre, on m’annonce que je souffre de spondylarthrite, un rhumatisme inflammatoire chronique et invalidant. Je l’appelle le syndrome Ma Dalton (la petite vieille pliée en deux). Je continue à bosser mais avec de plus en plus de difficulté et, surtout, le moral à zéro. Le soir, je rentre chez moi en mode Quasimodo et je m’endors sans manger, dans le canapé, dans les minutes qui suivent…

En octobre 2011, je découvre le Dr Seignalet (immunologiste du CHU de Montpellier, auteur de « L’alimentation ou la troisième médecine »). Je commence par l’arrêt du gluten et j’arrêterai les laitages un mois plus tard, sur les conseils de ma kiné.

Depuis 10 mois, je prends des anti-inflammatoires sans interruption et surtout sans amélioration. Hospitalisée à deux reprises en janvier et mars 2012, je quitte le service rhumato avec 4 nouveaux anti-inflammatoires à essayer. Je me retrouve avec un urticaire sur tout le corps, un RGO, de l’asthme et les transaminases en folie !

Je pense que le régime sans gluten et sans produits laitiers a commencé à agir quand j’ai dû arrêter les anti-inflammatoires suite à cette réaction allergique et à un ulcère.

En congé longue maladie depuis 3 mois, on m’annonce que je ne souffre pas de spondylarthrite (ça m’arrange!). C’est à priori, une discopathie dégénérative très inflammatoire.

En août 2012, je pars en vacances… en camping! Tant pis pour la literie. Après être restée enfermée chez moi pendant des mois, pas question de rester à l’hôtel ou dans une location, j’ai besoin d’air !

Septembre 2012, je reprends le travail en mi-temps thérapeutique. 

Contrairement à d’autres, je n’ai pas la chance de voir des effets spectaculaires grâce au régime sans gluten et sans produits laitier.

Mais, si je regarde en arrière, au bout de presque un an de régime, je fais le constat suivant :

Je fais des nuits complètes à présent (avant c’était fini dès 4 h du matin à cause de la douleur).
Je ne prends plus aucun médicament.
Ma CRP (marqueur inflammatoire) est redevenue normale.
Je n’attrape plus jamais la crève.

Je ne peux pas raconter que je n’ai plus aucune douleur mais c’est devenu gérable.

En octobre 2012, je rentre en rééducation.

Hôpital de jour, un jour sur deux pour continuer à travailler le reste du temps. Après, une semaine, à ma grande surprise, cela se passe plutôt bien. Je ne m’écroule pas sur le canapé le soir et j’ai le moral au top.

Mon mi-temps thérapeutique va se dérouler sans rechute jusqu’à la fin de l’année scolaire…

Septembre 2013: je reprends le travail à temps complet.

J’ai épuisé mes droits au mi-temps thérapeutique. Je prie pour que ça tienne car je n’ai pas envie de me retrouver à nouveau en longue maladie. Mais j’ai perdu confiance en mes capacités et, surtout, je ne sais plus évaluer ni mes possibilités ni mes limites. Quelques alertes au cours de l’année 2013: la spondylarthrite (écartée en 2012) revient sur le tapis sans réponse précise des examens.

En janvier 2014, je dois refaire une IRM de contrôle de la sacro-iliite. Il n’y a plus d’oedème osseux. Les départs de l’inflammation sont toujours présents mais ils sont contrôlés.

Seignalet, dans « l’alimentation ou la troisième médecine », parle de rémission, pas de guérison.

2

 

Les modifications dans son alimentation

 

– pas d’écart avec des aliments contenant du gluten ou du lait
– une bonne couverture anti-inflammatoire naturelle: curcuma, omega 3, anti-oxydants + les basiques prescrits par le docteur Seignalet
– une hygiène de vie pas seulement alimentaire mais sportive (exercices appris en rééducation, marche, natation). Ne pas bouger c’est comme laisser croupir de l’eau dans une mare.
– bannissement des graisses cuites et des huiles raffinées hydrogénées et/ou chauffées.
– arrêt des légumes secs (ce n’est pas obligatoire mais je compensais l’arrêt du gluten par les fèves et autres haricots secs que je ne digère pas)
– du cru à tous les repas (en entrée, en dessert et sur un plat cuit, rajouter des herbes fraîches)
– élimination de tous les sucres ajoutés (je ne consomme à présent, sauf exception, que des produits naturellement sucrés comme des fruits), voire un peu de miel. Oublier tous les édulcorants.
– Le kombucha fait des merveilles.

Voilà. Ce n’est pas un bilan mitigé mais réaliste car je vais vraiment beaucoup mieux qu’il y a deux ans quand je devais me tenir aux meubles pour me déplacer. J’ai repris une existence normale avec une qualité de vie tout-à-fait acceptable. Avec le temps, il devient de plus en plus facile et de moins en moins contraignant de manger sans lait, sans gluten et de limiter les sucres au maximum.

 

Ses conclusions

 

–  Ce régime est super, pas de difficulté à le suivre.

–  Il ne faut pas le considérer comme miraculeux: ça ne fait pas effet en 20 minutes comme une aspirine et tant qu’on prend des anti-inflammatoires, les améliorations sont très lentes, voire imperceptibles. Quelques semaines sont nécessaires pour en ressentir les premiers effets, un an pour voir de franches améliorations de l’état de santé.

–  Pas d’effets secondaires négatifs, à part la crise de désencrassage des premiers mois (le corps sort ses « poubelles » accumulées depuis des années. Cela se manifeste par une recrudescence des symptômes). Je ne peux pas en dire autant des anti-inflammatoires car je souffre encore d’asthme à cause du RGO provoqué par leur consommation prolongée.

–  Très nette amélioration après l’arrêt des anti-inflammatoires et 3 mois de compléments alimentaires. Je pense que le régime seul ne suffit pas mais qu’il y a synergie avec les compléments alimentaires et les exercices de rééducation.

–  L’amélioration est d’abord lente… Ensuite, quand c’est parti, tout s’accélère. Je me suis vue progresser de semaine en semaine alors que durant les premiers mois je ne voyais rien venir ou presque.

–  Aujourd’hui, je prends les transports en commun, j’ai repris mon travail d’enseignante spécialisée et croyez- moi, crapahuter toutes les demi-heures dans les escaliers pour prendre ou ramener en classe un groupe d’élèves en difficulté, c’est du sport intensif !

Voici en prime un tableau répertoriant les aliments à éviter, leurs substituts ainsi que les appréciations de Viviane. Il est très intéressant, surtout pour les personnes qui souhaitent débuter dans le sans gluten et sans lactose.

Télécharger le tableau.

Avez-vous ou connaissez-vous quelqu’un qui a vécu quelque chose de similaire ?

Pensez-vous que l’on puisse se soigner avec l’alimentation ?

 

A bientôt,

Gala.

14 Comments
  • MsOriginalDoll

    23 mai 2014 at 11 h 27 min Répondre

    Très bonne initiative, mais qu’en est-il d’une personne qui n’a pas forcément de problèmes de santé particulier ?

    • Gala

      29 mai 2014 at 10 h 23 min Répondre

      Si une personne qui n’a pas de pb de santé souhaite arrêter le gluten, elle n’y verra bien évidemment pas d’effet positif en particulier, comme c’est le cas plus haut. Cependant, dans son livre Gluten, Julien Venesson explique qu’une étude a révélé que le système immunitaire est plus calme et plus serein lorsque des bien portants arrêtent de manger du gluten … En gros, ça ne peut te faire que du bien !

  • letizia

    27 mai 2014 at 21 h 31 min Répondre

    belle initiative! moi je suis au « regime » sans lactose et ca me fait déjà un bien fou!

    • Gala

      29 mai 2014 at 10 h 24 min Répondre

      Pareil, manger sans lactose a été le plus flagrant 🙂 !

      • viviane

        10 juin 2014 at 19 h 15 min Répondre

        Il est normal de constater les effets de l’arrêt du lait avant ceux de l’arrêt du gluten: 8 jours suffisent à éliminer le lait alors qu’il faut 6 mois pour éliminer le gluten. Sans compter le temps nécessaire à la « cicatrisation » de l’intestin chez les personnes malades, qui varie selon l’ancienneté des symptômes (parfois plusieurs dizaines d’années), l’état général et les éventuels traitements en cours…

        • Gala

          10 juin 2014 at 19 h 31 min Répondre

          Merci pour la précision 🙂 !

          • Viviane

            6 octobre 2014 at 12 h 13 min

            Petite précision pour les personnes qui craignent de manquer de calcium en supprimant les produits laitiers d’origine animale.
            Teneur en calcium, en mg pour 100 g:
            Lait de vache: 120 mg
            Sésame: 783 mg
            Sardines: 330 mg
            Amandes: 252 mg
            Noisettes: 226 mg
            Chou: 212 mg

            Ce ne sont que quelques exemples. Les asiatiques, qui ne consomment pas de laitages animaux ne sont pas plus en manque de calcium que nous. Rien ne sert de se bourrer de fromage, c’est l’assimilation qui compte: faites du sport, aérez-vous et faites vérifier votre taux de vitamine D si nécessaire…

  • Ingrid

    2 juillet 2015 at 19 h 34 min Répondre

    Coucou, Je lis pourtant ton blog plus ou moins regulierement, mais bizzarement je n’étais jamais tombée sur cet article et il a fallut que je fasse une recherche sur la spondylarthrite ankylosante et l’arrêt du gluten sur Google pour tomber dessus… Je souffre comme ton amie de cette maladie (enfin comme elle on a supposé que c’était ça, et vu l’évolution ça se confirme) Et je me questionne sur l’arrêt du gluten, mon chéri pense vraiment que ça pourrait m’aider, mais je ne sais pas très bien comment m’y prendre. Ce témoignage est donc pour moi très intéressant! Et il me pousse dans cette voie,je vais essayer de le faire au moins 3 mois en espérant qu’il y aura des effets bénéfiques !

  • Helene

    8 août 2015 at 1 h 21 min Répondre

    merci pour ce témoignage et ces infos, moi-même souffrant de douleurs inflammatoires au niveau des sacro- iliaques (spa) depuis 5 ans et sous cortisone au long cours + anti inflammatoires en période de crise… je serais également tenté de suivre ces indications de régime anti inflammatoire.. Pourriez vous m’indiquer quels sont les compléments alimentaires recommandés dans le cadre d’une spondylarthtrite ankylosante ? Par avance merci

  • Calya

    5 janvier 2016 at 12 h 25 min Répondre

    Merci pour ce témoignage, je recherchais ce genre de témoignage pour m’encourager à prendre la décision de suivre un tel régime. Ça fait un an qu’on m’a diagnostiquée une polyarthrite rhumatoïde (inflammation de plusieurs articulations qui à la longue peuvent entraîner des déformations). Les médecins veulent me faire passer sur un traitement de fond pour arrêter la cortisone qui ne me fait plus beaucoup d’effet à moins de toujours l’augmenter. Le traitement de fond à l’air d’une solution miracle, si on met de côté le fait que je n’aurais plus de défense immunitaire. Je serais hyper fragile comme si j’avais le sida et on m’a signaler le risque de certains cancer. C’est top n’est ce pas ?
    Depuis hier soir je veux à tout prix trouver un autre moyen de me soigner. Même si je dois garder quelque douleur c’est pas grand chose comparer à tout les effets secondaires que je pourrais avoir. Je n’ai que 22 ans et je me vois mal prendre ce traitement surtout si je peux l’éviter.

  • querol vignes colette

    21 mars 2016 at 23 h 02 min Répondre

    bonjour,
    c’est en faisant des recherches sur le moteur de recherche quant, que j’ai découvert votre blog. Je suis atteinte d’un rhumatisme psoriasique et d’arthrose. Arrêter le gluten et les produits laitiers m’a divisé les douleurs par 2 et comme c’est long quant le corps se « décrasse » il reste de l’espoir . Le problème, c’est la viande qu’on consomme qui a peut être mangé du blé ! Autrement on peut faire c’est facile. colette

  • Guerir_ses_intestins

    6 juillet 2016 at 21 h 35 min Répondre

    Oui, je peux aussi en témoigner puisque j’ai guéri de mes douleurs intestinales (syndrôme du colon irritable, candidose, etc) en arrêtant le gluten. Si tu veux lire mon témoignage, je t’invite à lire mon blog, tu sauras tout de ma (très) longue histoire dans les douleurs, mes changements alimentaires qui m’ont permis de guérir etc : http://vivreavecuncolonmalade.blogspot.fr

  • Romuald

    25 avril 2017 at 14 h 56 min Répondre

    Bonjour,
    Très beau témoignage !
    Pour compléter cet article, je me permets de vous diriger vers un article dans lequel sont dévoilés les 8 secrets alimentaires de Novak Djokovic, le champions de tennis qui a décidé de bannir le gluten de son alimentation :
    http://manger-gagner.fr/8-secrets-alimentaires-de-novak-djokovic-gluten/
    Cordialement

  • Maxence

    11 novembre 2017 at 16 h 32 min Répondre

    Bonjour,

    Je suis moi-même fortement intolérant au lactose depuis petit. Celle au gluten s’est développée pendant l’adolescence.
    Je dois dire que je connais bien certains symptômes que tu as énuméré dans ton article et si je ne pense pas que l’on puisse se soigner à proprement parlé par l’alimentation (il y a toujours des périodes plus douloureuses que d’autres), il est possible d’améliorer de manière non négligeable son quotidien.

    Depuis que j’ai commencé à adapter mon alimentation et à cuisiner des produits sains, mon organisme gère bien mieux mes intolérances. Au début, c’était compliqué (quoi faire ? comment se faire plaisir sans gluten ? quels ingrédients utiliser …) mais je me suis adapté. Pour aider les autres personnes qui ont les mêmes contraintes, j’ai créé un site de recueil de recettes : régal sans gluten.
    Je me permets d’ajouter le lien : http://regalsansgluten.fr/

    Au gré de mes envies, je cuisine des recettes qui me font plaisir et je les partage pour tous. Bien sur, l’ensemble des utilisateurs partage leurs secrets pour égailler le quotidien 😉

    Très bonne continuation !

Post a Comment