Gala's blog | Comment je suis devenue Vegan ?
8089
post-template-default,single,single-post,postid-8089,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Comment je suis devenue Vegan ?

Je vous ai déjà expliqué pourquoi j’étais devenue vegan, mais je ne vous ai jamais raconté comment tout ça s’était goupillé ! J’ai appris il y a 1 mois la véritable raison pour laquelle je suis devenue végétarienne (j’avais 7 ans donc quelques détails m’échappaient encore) et je me suis dit que ça pourrait être sympa de partager ça avec vous et d’aborder le ressenti que l’on peut avoir dans ces périodes de transition ! J’espère qu’en retour, vous me raconterez votre cheminement !

Devenir végétarien, végétalien et même vegan est un processus qui est bien souvent très lent ! On se pose beaucoup de questions, on se renseigne, et ensuite on saute le pas … Parfois, encore une fois, très lentement : on y va petit à petit ! Pour ma part, c’est assez compliqué … Je suis végétarienne depuis toute petite : je n’ai mangé que du jambon, du poulet, du saucisson et des knacks (les saucisses cocktails !!), le tout pendant peut-être 3 ans ! Autant dire que le goût du lapin, du foie gras, du veau, de l’agneau et autres joyeusetés, m’est totalement inconnu ! Cela dit, si j’ai rapidement pris conscience que manger de la viande “c’était mal”, je ne suis pourtant vegan que depuis l’année dernière !

Pig-Brother-Pig-Facts-Information

 Crédit Photo : Pinterest (je vous ai mis plein d’autres photos de cochons adorables) !

 

Comment je suis devenue végétarienne

 

Je suis devenue végétarienne à l’âge de 7 ans, grâce ou à cause (ça dépend des points de vue) de mon parrain ! Un midi, il devait nous cuisiner un poulet tout ce qu’il y a de plus normal pour le repas et je suis venue l’aider. Il a voulu me montrer un peu “l’anatomie” du poulet (il est prof) et m’a donc mis la main dedans, m’a fait toucher le coeur et autres organes ! Mais je n’ai pas été aussi réceptive qu’il l’avait espéré, je n’ai pas DU TOUT apprécié ! Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’avant cet épisode, je commençais déjà à me rendre compte que ce qui était dans mon assiette était un animal mort. Et surtout, ça me dérangeait drôlement. Mais après avoir eu la confirmation que le poulet avait bien un coeur qui ne battait plus pour que je puisse me nourrir … Ce n’était tout simplement plus possible pour moi d’en manger. On s’est mis à table le midi et j’ai repoussé mon assiette pleine de poulet. Ma mère a cru à un énième caprice (il faut dire que j’étais une enfant assez capricieuse) et m’a ordonné : “maintenant tu manges ton poulet” ! Elle a reçu un coup de téléphone, s’est absentée et j’en ai alors profité pour jeter tout le poulet au fond de la poubelle (ça, je ne suis pas sûre de lui avoir déjà dit ahah) !

Mes parents sont assez ouverts aux régimes “alternatifs”, mon père avait pratiqué le crudivorisme pendant 6 mois avant ma naissance. Ca n’a donc pas été compliqué de les convaincre que non, ce n’était finalement pas un caprice. Pourtant à l’époque, ce n’était vraiment pas connu et je peux vous assurer que j’étais bien la seule végétarienne dans mon entourage ! Le plus difficile, ça été avec mes grands parents. Ils n’ont absolument pas compris ! Maintenant ça va beaucoup mieux. Ils ne comprennent toujours pas forcément ce choix mais ils en font des blagues alors qu’avant, ils essayaient plutôt de cacher des lardons dans ma tarte au fromage ! Et puis ça été un peu compliqué avec la cantine de l’école, bien que je n’y sois pas souvent allée (heureusement). Je me rappelle d’une fois où l’une des “surveillantes” de la cantine a essayé tant bien que mal de me forcer à en manger, alors que j’avais bien un mot de mes parents expliquant que je ne voulais pas manger de viande ! J’ai piqué une crise monumentale, elle n’a pas réussi à me faire ingurgiter une seule miette de son jambon et mes parents ont du lui passer un petit savon ensuite car elle n’a jamais recommencé.

En gros, ça n’a pas toujours été facile ! On m’a bien souvent prise pour une illuminée. D’autant plus que j’étais très jeune, on pensait alors que je faisais des caprices et que mes parents me cédaient tout ! Je dois vous avouer que mon comportement était très différent de celui que j’ai maintenant. J’étais très virulente quand on abordait ce sujet là. Je ne comprenais tout simplement pas toute cette cruauté, ça m’échappait complètement (cela dit, ça m’échappe encore aujourd’hui) ! Mais ce qui me perturbait le plus, c’étaient les adultes ! Comment pouvaient-ils ne pas se rendre compte, eux, les grands ?

Et puis petit à petit, vers 13/14 ans, tout ça s’est calmé. J’ai arrêté de répondre lorsque l’on essayait de me confronter … Si quelqu’un souhaitait aborder le sujet avec moi, je restais muette comme une carpe. J’allais dans le sens de mes interlocuteurs : “oui oui, je sais, c’est stupide”, pour qu’on me laisse tranquille. J’ai même fini par y croire, que c’était stupide. J’étais un peu blasée, en fait. Et je me rends compte aujourd’hui que c’est parce que je manquais tout simplement d’arguments, pour les autres, mais aussi pour moi même !

 

Comment je suis devenue végétalienne puis vegan

 

Mon chéri est lui aussi vegan depuis 2 ans. Il n’a jamais été un gros mangeur de viande mais il en consommait tout de même un peu. Il ne m’a jamais questionnée sur mon végétarisme, à dire vrai, il s’en fichait royalement ! Ce qui me convenait parfaitement puisque je n’avais pas du tout envie d’en parler. Et puis un jour, il est tombé sur un article “faut-il encore manger de la viande ?”. Il était persuadé qu’il était dans le vrai, puisqu’on l’avait toujours conforté dans cette idée … En fait il n’imaginait pas à quel point il avait tort ! Après cette lecture, il a acheté plein de livres qu’il a engloutis en quelques jours à peine (ceux-ci, que j’ai pour ma part lus en diagonale) … Et il est devenu végétalien du jour au lendemain (par éthique mais aussi pour des raisons de santé) !

Tous ces changements, ça m’a un peu chamboulée. J’ai recommencé à me questionner sur les produits d’origine animale et je lui ai donc demandé ce qu’il en était réellement du lait et si c’était si horrible que ça. Il m’a tout simplement expliqué que le veau était privé du lait de sa mère, qu’ils étaient séparés beaucoup trop tôt, que le veau partait à l’engraissement … Et j’ai fait le rapprochement avec les hurlements des vaches que j’entendais le dimanche quand j’allais chez ma tante qui habite en face d’une petite ferme. Je n’ai plus jamais racheté de fromage (j’avais déjà arrêté le lait et les yaourts pour des raisons de santé et pour l’acné). Celui qui me restait dans mon frigo n’avait plus le même goût, il était amer. Je me suis aussi renseignée pour les oeufs et j’ai arrêté d’en acheter. Lors de mes recherches, j’ai découvert les tests sur les animaux pour les cosmétiques, les produits d’entretien, les médicaments …  J’ai fait beaucoup, beaucoup de cauchemars. J’avais un peu de mal à m’endormir le soir, j’avais des images horribles dans la tête et je me disais “là, en ce moment, il y a des milliers d’animaux qui sont en train de souffrir le martyre”. J’ai donné tous mes cosmétiques à mes copines, je ne pouvais tout simplement plus me les étaler sur le visage. J’ai tout racheté en version cruelty free. Mes sacs Darel et Chloé m’écoeuraient, je culpabilisais beaucoup trop quand je les portais. Pourquoi porter des animaux alors que je refuse de les manger ? Je me suis rendue compte que l’industrie du cuir et l’industrie de la viande étaient de plus, bien distinctes. Je pensais que je portais la peau des animaux qui avaient été mangés par les autres, mais non (quand bien même, c’était de toutes façons plutôt contradictoire). Ils étaient tout simplement tués pour que je puisse avoir un joli sac.

Tout est allé assez vite, peut-être un peu trop. C’est de cette façon que j’ai commencé à rédiger des articles sur le sujet, parce que c’était pesant, mine de rien. Le premier billet que j’ai publié était tout simplement “Pourquoi je suis végétarienne ?” et j’ai continué avec “Pourquoi je suis devenue végétalienne ?“. Je n’en avais parlé à personne à part sur le blog, c’est d’ailleurs par ce biais que mes parents l’ont appris ! Mais ils ne m’ont fait aucune réflexion. Nos amis s’en contrefichent tant qu’on amène à manger pour nous (on n’a pas encore réussi à les convertir à la cuisine végétalienne) et ma famille commence à avoir l’habitude  ! J’ai tout de même eu droit à des réactions assez vives de certaines personnes, avec qui j’ai du couper les ponts. Je regrette que l’on ait du en arriver là mais il y a un moment où c’est plus fatigant et énervant qu’autre chose.

On a aussi eu beaucoup de débats avec mon petit frère, et j’ai finalement gagné, il est devenu végétarien il y a un an ! Et il a, par la même occasion, converti une de ses amies. Quitte à faire …

 

Ce que je voulais surtout aborder comme point en vous racontant tout ça, c’est que les deux phases par lesquelles je suis passée, d’abord pour devenir végétarienne et ensuite pour devenir végétalienne … N’ont pas forcément été de tout repos. Je l’ai aussi constaté chez mon copain et chez mon petit frère. On est un peu énervé par tout ce qu’on apprend, on a envie de secouer tout le monde et leur faire comprendre à quel point tout ça est horrible ! Et on a toutes les raisons d’être énervé, ce qui se passe est effectivement infâme. Mais avec le recul, je me rends compte que ce n’est pas en agressant les gens que je les ferai adhérer à ma cause. Cela dit, vous en avez le droit et c’est tout à fait normal de ressentir cette colère. Elle est humaine, finalement ! Face à une telle violence, à de telles souffrances, c’est difficile de garder son calme. Et on ne devient pas vegan en étant insensible …

 

En pratique

 

J’ai déjà rédigé des articles à ce sujet là, mais je vais revenir dessus rapidement. Je ne me souviens pas de ma transition vers le végétarisme. Je sais simplement que mes parents m’ont toujours préparé des plats à côté. J’ai découvert les steaks végétaux vers mes 12 ans, ça été un peu révolutionnaire ! Même si à l’époque, beaucoup étaient vraiment infects.

Pour ce qui est du véganisme, on a commencé avec le livre “Recettes végétariennes” (qui convient aux végétaliens) mais il n’était pas vraiment fourni en photos… Je suis tombée sur “Green, Glam & Gourmande” dans une librairie et là ça me parlait nettement plus ! Puis a suivi le livre “Vegan” de Marie Laforêt, et tous ceux là depuis. Je me suis de plus beaucoup baladée sur les blogs de Lili et de Mlle Pigut, qui sont une vraie mine d’or quand on commence à cuisiner les végétaux !

 

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez consulter la page “Devenir Vegan” et lire mon article “Mes astuces pour une transition réussie vers un régime vegan” !

 

Mon cheminement vers le veganisme est un peu compliqué, parce qu’en parallèle, j’ai aussi arrêté tous les aliments à base de lait pour des raisons de santé. J’avais arrêté d’acheter du lait et des yaourts depuis bien longtemps avant de me questionner sur la partie éthique. Suite à ces réflexions, j’ai donc arrêté d’acheter du fromage, des oeufs, du beurre et des gâteaux qui en contenaient. En ce qui concerne le miel, je n’aime pas spécialement, mais par éthique et pour le bien être de la planète, je ne souhaiterais de toutes façons pas en consommer.

 

Et vous, comment êtes-vous devenu végétarien, végétalien ou vegan ? Quel a été votre ressenti ?

 

 

Cet article vous a plu ? Twittez et partagez !

13 Comments
  • Jenna

    28 mars 2015 at 11 h 15 min Répondre

    Comme d’hab, excellent article ! C’est intéressant de connaître les chemins des autres. Je pense que tu es ici sur Terre pour faire passer un message et tu y arrives très bien ! 😉
    Personnellement, ma prise de conscience a commencé quand j’étais au lycée et que j’ai commencé à lire les livres du Mahatma Gandhi. J’ai réalisé énormément de choses sur la vie, le monde, les hommes, la justesse d’esprit, et j’en passe. Ca a été comme un guide spirituel et je me suis mise à vraiment changer ma façon de voir le monde. Je parlais de plus d’être végétarienne et je le disais souvent à ma famille, en les prévenant “Je vous jure, je vais finir par ne plus manger de viande!” Et puis un jour je me suis dit, “ok, fais-le”. J’ai commencé par 1 mois, (c’était les débuts de ma vie parisienne toute seule), et à la fin du mois je n’avais eu envie une seule fois de manger de la viande. Alors j’ai continué et j’ai prévenu ma famille qui a été très ouverte. Très peu de temps après mes frères sont eux-aussi devenus végétariens du jour au lendemain ! (un de mes frères est très sportif et il mangeait parfois 2 steaks par repas…!).Puis ma mère ! Et puis 1 an et demi après, je suis devenue végétalienne (comme toi, je mangeais seulement du fromage de temps en temps, et des œufs dans les préparations chez les autres). J’étais revenue d’Inde et je me suis fait une amie qui était végétalienne, et puis une autre de mes copines l’était devenue entre-temps, et puis je savais au fond de moi que ce jour allait arriver. J’ai sauté le pas, je n’ai JAMAIS regretté une seule seconde ! Je consomme complètement différemment, je n’ai plus racheté de cuir, tous mes produits de beauté sont naturels… Je me sens mieux. Ma famille l’a aussi super bien accepté, sauf mes grands-parents, qui comme toi, me dise de la soupe qu’elle est “100% légumes” mais je peux voir la crème fraîche mélangée… Pas toujours facile! En tout cas merci à toi pour tes articles ! 😀
    Gros bisous, 🙂
    Jenna

  • nanuchu

    28 mars 2015 at 14 h 20 min Répondre

    et même les oeufs pondus par nos propres poules c’est proscrit? je sais qu’elles sont bien élevées et sans cruauté!
    sinon je voulais savoir si tu avais d’autres sites avec des recettes à me recommander? meri beaucoup!

  • Foxy

    28 mars 2015 at 14 h 24 min Répondre

    Je ne mange plus de viande depuis environ 2 ans, 2 ans 1/2. Je mande encore du poisson occasionnellement. Je ne bois plus de lait, très peu d’oeufs. Mon fils a un peu plus de 3 ans 1/2 et je lui explique ce qu’est a viande, bien qu’il ne fasse pas vraiment l’amalgame entre un cochon et une tranche de jambon. Il mange de la viande occasionnellement chez ma maman, chez sa nounou ou à la cantine. Bien que n’étant QUE pesco-végétarienne (je n’aime pas ce terme mais c’est le nom donné à mon régime), je ne porte plus de cuir et je n’achète que des cosmétiques cruelty free. Il m’en reste encore que “ma vie d’avant”, ceux que je pensais non testés sur les animaux, et j’ai hâte qu’ils se finissent.

  • woodybeauty

    28 mars 2015 at 19 h 35 min Répondre

    Très intéressant ton parcours, merci! Petite question,(peut-être débile désolée mais je suis un peu novice en la matière) mais pourquoi ne pas manger de miel pour le bien être de la planète?

    Merci encore et bisou!

  • Olivia

    29 mars 2015 at 11 h 45 min Répondre

    Coucou Gala 🙂
    C’est toujours intéressant de connaitre le parcours des autres bien que cela soit sensiblement pareil pour beaucoup de vegans je crois. On passe par le végétarisme puis ensuite le veganisme. Pour ma part je crois que j’ai toujours eu conscience que ce que je mangeais était auparavant un être vivant. Mais quand tu vis dans une famille où le saucisson et le fromage sont indispensables devenir végétarienne ça reste… disons particulier pour ne pas dire un sacrilège 😉 . A tel point que quand j’ai décidé du jour au lendemain de le devenir, quand j’avais 16 ans, les gens ont cru que je rigolais. Bien que je soit discrète et quand même relativement calme, tout le monde s’est dit que ça devait être une forme de provocation liée à l’adolescence alors que ce n’était pas du tout le cas. Mes parents ont même cru que c’était par soucis de poids et ont pensé à l’anorexie alors que je n’ai jamais perdu de poids avec le végétarisme. J’ai simplement été en meilleure forme et donc je me suis un peu tonifiée. Comme toi au début je n’avais pas d’arguments, je ne savais pas m’affirmer et j’osais à peine dire que j’étais végétarienne. A l’époque je n’achetais pas de cuir, j’ai donc logiquement arrêté la laine, soie etc. Maintenant j’essaie de d’arrêter les dérivés du lait sachant que ma mère a toujours tendance sans faire attention à rajouter du beurre ou de la crème dans ses plats. Mais j’ai beaucoup lu d’articles sur la santé, le mode de vie végétalien/vegan ainsi que des blogs comme le tien et j’ai appris à avoir les bons arguments aussi bien au niveau santé, moral et écolo sur le sujet. Si les gens sont prêts à dialoguer alors pas de soucis je sors tout ce que je sais et ce dont les autres n’ont souvent pas conscience. Plusieurs personnes de mon entourage ont pris conscience de plusieurs choses et mes parents ne mangent de la viande qu’à de rares occasions. Après il y a toujours ceux qui sont persuadés que tu es un extrémiste néo-anarchiste ou je ne sais quoi et avec lesquels il faut mieux éviter le sujet. Mais ce dont je suis certaines c’est que les gens prennent de plus en plus conscience de ce qu’il y a derrière l’industrie animale dans son ensemble ^^. En tout cas, je trouve ça super que tu ai trouvé quelqu’un avec qui partager ta vie et ton mode de vie 😉 . Désolé pour le pavé mais ton histoire m’a inspiré. Encore merci pour ton super chouette blog.
    Bises

  • Saraha

    30 mars 2015 at 12 h 54 min Répondre

    Merci Gala pour ce bel article ! Ton témoignage est touchant 🙂
    J’essaye de devenir végétalienne moi aussi… Je vais venir sur ton blog plus souvent pour trouver des conseils 🙂

    Bisous
    Sarah

  • Cassie

    30 mars 2015 at 19 h 16 min Répondre

    Wahou !!! Quel chouette article !! Bravo 🙂

    Je me reconnais complétement dans ce que tu ressens… Et j’aime savoir que c’est tout à fait normal d’être en colère, moi j’ai toujours voulu le crier sur tous les toits car je trouvais cela tellement, mais tellement horrible que les gens refusent de savoir ce qu’il se passe… J’ai constamment cette colère en moi, mais je m’efforce de mieux en mieux à la transformer en exemples. Je fais des recettes trop cools, je montre à mes proches que je vis sainement, tout en étant une grosse gourmande. Le mieux, c’est que j’étais carencée en étant omnivore et que je n’ai aucune carence en étant végétalienne. Je me sens en pleine forme, mon corps et mon esprit se portent très bien !! Et plus une trace d’acné !!! 😀 😀 Ce que j’aimerai pouvoir gérer, c’est de continuer à informer les gens car je pense que c’est trèèèèèès important, mais mieux argumenter sans les faire culpabiliser, car je pense que pour la plupart, il s’agit de désinformation totale sur le sujet, mais aussi de ce que la société nous inflige ! Peu de personnes continueront leur “omnivorisme” si ils savent réellement tout ce qu’il se passe, c’est impossible d’être désensibilisé à ce point. Et la société désensibilise les animaux à tel point qu’on accepte encore des pratiques insoutenables aujourd’hui. J’ai été végétarienne en juin 2014, après “Earthling” qui m’a complétement mise en état de choc. Puis végétalienne 4 mois plus tard, après le visionnage du plus grand discours de votre vie, de Gary. Prise de conscience énorme, et j’espère ne jamais, jamais, jamais revenir en arrière. Je veux justement aller de l’avant, et ma résolution ce cette année est de véganiser mon mode de vie, le plus possible. Même l’industrie de la laine est tellement dégueulasse, et ça je l’ignorais, et j’ai honte de moi. Parfois, je me sens incomprise, seule à me battre pour une cause extrêmement belle, mais surtout, je ne comprend plus les gens, je ne comprend pas pourquoi ils continuent à financer ces horreurs, je vois le spécisme partout et le spécisme me dégoute, si tu savais à quel point… Et j’ai l’impression que les gens qui se battent pour la cause animale sont les seules personnes qui ont compris un truc extrêmement important, et je suis toujours brisée à l’idée de savoir que nous sommes une minorité à respecter la vie, à respecter ces petits êtres innocents à qui d’autres font du mal, beaucoup, beaucoup de mal. Mon conjoint me comprend très bien, il mange “flexitarien” à la maison mais reste omni au boulot, en société, en famille, et ça me brise le coeur qu’il ne prenne conscience de rien, car il a aussi vu “Earthlings” (et seulement “Earthlings”) et n’a strictement pas réagi. Ma mère bosse en charcuterie et quand elle me parle de sa démarque, elle, elle voit statistiques, moi, je vois tous ces pauvres animaux que l’on a terrorisé, que l’on a fait souffrir à la chaîne, que l’on a frappé, etc etc etc, pour finir à la poubelle. Bravo pour ton parcours, et sois fière d’être ce que tu es. Sois fière de défendre tes principes, tes valeurs. Et comme je dit toujours, Viva les vegans !!! 😀

  • Morgane

    31 mars 2015 at 15 h 59 min Répondre

    Merci pour cet article très intéressant et qui enrichit ma propre réflexion sur le sujet. Je ne suis pas végétarienne, mais depuis quelques semaines, je suis de plus en plus attentive à la condition des animaux. Je suis en pleine transition cosmétique d’ailleurs, je privilégie désormais des produits bio, naturels et non testés sur les animaux. Cette transition m’a donc naturellement amenée au sujet de la consommation de viande. Pour être honnête, j’aime de moins en moins le gout que ça a… surement parce que justement j’ai conscience de ce que j’ai dans mon assiette. J’essaye donc de devenir végétarienne, mais je dois avouer que c’est plutot difficile quand on est entouré de “carnivores”… Je n’ai qu’une amie vegan. Tous les autres, ainsi que ma famille et mon conjoint, sont formatés à la viande. C’est assez décourageant je trouve. Qui plus est, même si je pourrai me passer de viande, j’aurais du mal à faire l’impasse sur le saumon (au japonais), les produits laitiers, les oeufs, le miel etc… Comme tu le dis si bien, c’est un processus assez long au cours duquel on se pose des questions. Je n’ai pas encore sauté le pas, même si ça ne saurait tarder, mais en tout cas, je te remercie pour ton blog qui est en grande partie responsable de ma prise de conscience 🙂

  • Anne-Gaëlle

    10 juillet 2015 at 14 h 32 min Répondre

    Bonjour.
    Pour ma part, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être végétarienne. Ma mère, infirmière, avait pris un congé sans solde pour m’élever, mais aussi pour aider mon père dans son entreprise de taxi & ambulance. J’ai donc été élevé jusqu’à mes 3 ans, à l’arrière du taxi. Ma mère avait une cliente régulière, qui était agricultrice, et un soir, en la ramenant à son domicile, des lapins étaient “étendus” par les oreilles (morts bien sûr), pour être dépecés. Il paraît que j’ai hurlé, en criant à la vieille dame “vous n’avez qu’à manger votre chien pendant que vous y êtes !!!” (certainement parce que pour mes 1 an, mes parents m’avaient offert un chien et je le considérais comme mon frère. Elle s’est sentie tellement gênée, qu’elle m’a offert un lapin (vivant). En grandissant, je disais que je voulais être végétarienne, mais ma mère me disait que pour cela, il fallait compenser la viande par des légumes et autres légumineuses, que je ne mangeais pas trop à l’époque… Et puis à l’âge de 19 ans (ah oui, j’en ai 42 aujourd’hui !), j’ai vu un reportage sur le transports des animaux en abattoirs… Depuis, j’ai toujours l’image d’un cheval qui pleurait, oui oui, je revois encore une larme couler le long de ses naseaux… ça a été le facteur déclenchant ! J’ai dit à ma mère “je ne veux plus manger de viande”, ce qu’elle a respecté, connaissant mes convictions depuis la petite enfance. Or, quelques mois après ce changement radical, j’ai eu une infection purulente des gencives (instant glamour…). Le dentiste m’a dit “soit tu remanges de la viande, soit tu perds tes dents”. Etant alors encore très, voire trop difficile sur le plan alimentaire, j’ai mis un terme à mon végétarisme.
    Et puis depuis environ 2 ans, j’ai fortement réduis ma consommation de viande, jusqu’au point de la stopper complètement depuis quelques mois. C’est beaucoup plus facile pour moi, car depuis que j’ai mes enfants, je cuisine plus, et beaucoup plus de chose. J’en découvre aussi. Et je dois dire que cela me satisfait sur le plan éthique, mais je m’aperçois que j’ai également beaucoup moins de problème de digestion. Pour l’instant, je ne me sens pas capable de me tourner vers le végétalisme, peut-être parce que je ne maitrise pas encore en tous points mon végétarisme, mais je ne suis pas hermétique à cette idée… A voir donc !

  • stefphotos

    22 juillet 2015 at 9 h 32 min Répondre

    ce blog est tout simplement top !
    je lis régulièrement tes articles. c’est très intéressant.
    la présentation est claire, douce, colorée …
    bravo j’adhère !

  • Amandine

    3 septembre 2015 at 8 h 46 min Répondre

    Bonjour, je suis tombée sur ton blog. Je suis en transition pour être totalement vegan (j’ai encore du mal avec le fromage). Je n’achète plus de cuir, car je le vois maintenant comme de la fourrure, mais je ne comprends pas pourquoi l’industrie du cuir est séparée de celle de la viande, le but des lobbys c’est de se faire un maximum de fric sur le dos de ces pauvres bêtes alors pourquoi ils ne tueraient les animaux juste pour leurs peaux et pas aussi pour leur chair? j’essaie de comprendre et de me renseigner un maximum, par contre je suis incapable de voir Earthlings je suis déjà traumatisée par les autres vidéos. Merci

  • mathieu

    18 septembre 2016 at 10 h 36 min Répondre

    Bonjour, nous sommes parents d’une jeune femme bien dans sa peau de végétalienne , non je ne la vois pas souvent ( éloignement ) pour ma part je me sens désarmée au sujet de son repas à la maison quand elle vient, j’ai l’impression d’être à coté ? je me sent moi coupable de n ’être pas comme elle je culpabilise Essayez dans votre blog de participer et d’aider les parents d’avoir des menus simples et accessible monétairement et de pouvoir présenter à son enfant son choix de nourriture qui n’est pas le notre. MERCI
    Cordialement

  • mathieu

    18 septembre 2016 at 10 h 43 min Répondre

    Je veux recevoir notre enfant végétalienne a partager notre repas Peut-être à vous d’aider les parents qui ne se sentent pas à l’aise et de nous donner des pistes pour la recevoir comme avant son changement de régime AVEC quelques recettes très faciles pour nous à faire sans que cela plombe le repas préparer MERCI CORDIALEMENT

Post a Comment

dix-huit − 17 =