Gala's blog | La précarité menstruelle (avec Just A Cup)
14805
post-template-default,single,single-post,postid-14805,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

La précarité menstruelle (avec Just A Cup)

Je m’associe à la marque Just A Cup pour vous parler de précarité menstruelle. En effet, c’est un sujet que l’on aborde trop peu souvent, presque tabou, on ne soupçonne parfois même pas que ça existe … Depuis plusieurs années, Just A Cup s’investit pleinement dans la lutte contre la précarité menstruelle.

 

La précarité menstruelle, qu’est-ce que c’est ?

 

Saviez-vous que dans le monde, ici en France, certaines femmes n’ont pas accès aux tampons et autres serviettes qui permettent de vivre sereinement leurs menstruations ? En cause, pendant de nombreuses années, les protections périodiques n’étaient pas considérées comme étant des produits de première nécessité, mais bien taxés à 20%, comme les produits de luxe. Depuis 2015 et après de nombreuses luttes menées par les associations féministes, la taxe est passée à 5,5%.

Cependant, les protections périodiques restent chères, trop chères pour certaines personnes. Les dépenses des femmes liées à leur menstruation représentent 5% de leur budget. C’est un chiffre énorme, mais puisque les menstruations reviennent tous les mois, avec une perte de sang parfois très abondante, cela représente un coût non négligeable. Qu’il s’agisse de cup, de tampons, de culottes menstruelles : cela nécessite un investissement que tout le monde ne peut pas réaliser. 

Les protections périodiques devraient être distribuées gratuitement dans les toilettes publiques, les écoles, les universités, les entreprises, les bars, les restaurants, les boites de nuit, les festivals … On est loin du compte mais avec des marques comme Just A Cup, on commence à voir quelques changements.

Les menstruations, ce sujet tabou qui est si peu abordé, qui est sous-estimé, qui est tourné en ridicule … Et qui terrifie certaines femmes chaque mois parce qu’elles n’ont pas accès à ce qui devrait être, au même titre que les médicaments, pris en charge par la sécu.

 

Les chiffres de la précarité menstruelle

 

Les chiffres de la précarité menstruelle sont édifiants. Je ne sais pas si vous êtes prêtes … Vous êtes bien assises ? Allez, je vous les donne : 

  • En France, 1,7 millions de femmes sont touchées par la précarité menstruelle, dont 400000 femmes sans abri.
  • Dans le monde et pour 500 millions de femmes, les protections périodiques sont inaccessibles (soit parce qu’elles n’y ont pas accès, soit parce qu’elles n’ont pas le budget pour s’en procurer).
  • Au Royaume-Uni, 137000 filles n’ont pas pu se rendre à l’école parce qu’elles n’avaient pas de protection périodique. En Macédoine, c’est le cas de 90% des filles.
  • En prison, faute de protections périodiques, les femmes se voient dans l’obligation de fabriquer des cup à l’aide de bouteilles en plastique.

 

Face à la précarité menstruelle, il faut trouver des solutions de fortune, comme du papier journal ou encore, garder ses protections trop longtemps. Cela représente une charge mentale insupportable, c’est un énorme frein à la vie sociale et professionnelle et surtout : c’est dangereux. On s’expose au fameux syndrome du choc toxique et à de multiples infections.

 

 

Just A Cup s’engage contre la précarité menstruelle

 

Dans ce contexte dramatique, la marque Just A Cup a décidé de s’engager pour lutter contre la précarité menstruelle qui touche beaucoup trop de femmes aujourd’hui. Le principe est assez simple et repose sur le don : 

Pour 1 cup Just A Cup achetée = 1 cup Just A Cup est donnée à une femme touchée par la précarité menstruelle.

Des partenariats sont donc mis en place avec des ONG dans les pays où l’accès aux protections périodiques est le plus problématique. Cela va plus loin car la marque forme les éducateurs en ONG à l’usage de la coupe menstruelle et développe des supports d’information et d’éducation sur les menstruations. Par exemple, en Afrique du Sud, la marque teste un concept novateur “les Cup Parties” durant lesquelles les femmes se réunissent pour échanger autour des menstruations et où elles apprennent à utiliser une cup.

Just A Cup agit aussi en France et a par exemple pour partenaire l’association Règles Elémentaires, qui distribue des protections aux femmes dans le besoin suite à des collectes réalisées un peu partout en France.

Si vous souhaitez investir dans une cup et donc, faire un don, vous pouvez cliquer ici !

Les cups sont disponibles en 2 tailles différentes, A (pour les plus petits flux) et B (pour les flux plus abondants et les femmes ayant accouché par voie basse).

Et si vous passez à la cup, n’hésitez pas à donner les protections dont vous n’avez plus besoin (tampons, serviettes …) à des femmes qui en ont besoin.

Article sponsorisé

No Comments

Post a Comment

3 × quatre =