Gala's blog | Mes astuces pour contrer les effets secondaires de l’arrêt de la pilule
12815
post-template-default,single,single-post,postid-12815,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.3,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Mes astuces pour contrer les effets secondaires de l’arrêt de la pilule

Vous avez été très nombreuses à réagir à mon article « Pourquoi j’ai arrêté de prendre la pilule ? » et je vous en remercie ! Je n’ai malheureusement pas le temps de répondre à tout le monde, mais je vous ai toutes lues avec grand intérêt ! Merci pour vos témoignages tous plus enrichissants les uns que les autres.

Lorsque l’on arrête la pilule, on peut être sujet à de nombreux désagréments car les hormones sont en folie. On peut les aider à s’apaiser plus rapidement et ainsi éviter acné, règles douloureuses et j’en passe …

J’avais vraiment peur que tout cela m’arrive puisque j’ai toujours souffert d’un acné plutôt sévère et que mes règles étaient juste invivables. C’est pour cette raison que j’ai décidé de prendre le problème à bras le corps et d’anticiper à fond l’arrêt de mon contraceptif hormonal grâce à des méthodes naturelles.

 

J’arrête la pilule : par où commencer ?

 

J’ai lu tout un tas de témoignages sur l’arrêt de la pilule et des effets secondaires que cela peut causer. Il y en a notamment 3 qui me faisaient énormément peur : l’acné, les règles douloureuses et les poils qui poussent à outrance (ça donne envie n’est-ce pas ?).

Lorsque j’ai pris la décision d’arrêter la pilule, j’ai commencé par me rendre chez mon homéopathe qui fait un peu de gynéco. Elle n’était pas hyper emballée à l’idée que j’arrête la pilule mais je n’ai pas lâché l’affaire. Elle m’a conseillé de finir ma plaquette et d’arrêter. Je sais qu’il existe une technique de sevrage pour contrer les effets secondaires mais je n’avais pas envie d’attendre. J’avais envie de me débarrasser des hormones le plus rapidement possible, d’autant plus que le corps met déjà un an à se réguler (parait-il).

Si vous souhaitez arrêter la pilule, je vous recommande de vous rendre chez votre gynéco. Si celui-ci refuse que vous arrêtiez la pilule (il faut le savoir, ça arrive bien plus souvent qu’on ne le croit), essayez d’en trouver un autre. Je sais que selon les villes c’est plus ou moins compliqué … Pour ma part, j’ai choisi de ne pas me rendre chez mon gynéco, justement par peur qu’il soit en désaccord avec mon choix (pas envie de me prendre la tête sur ce sujet là). J’ai donc opté pour mon homéopathe (qui m’a finalement légèrement pris la tête !!). Sachez que c’est une possibilité même si elle n’est pas idéale.

 

Arrêt de la pilule : comment contrer l’acné et les règles douloureuses ?

 

Mon homéopathe m’avait recommandé de terminer ma plaquette avant d’arrêter définitivement … Pas de bol, je venais de la commencer. Il me restait donc 2 semaines et demi avant d’arrêter les hormones. J’en ai profité pour prendre RDV avec une amie naturopathe afin de « purger » (détoxifier c’est plus joli 😛 ?) mon corps de toutes ces cochonneries.

Je vous recommande vivement de prendre RDV avec un naturopathe. Ce n’est pas remboursé mais ça vaut vraiment le coup. Pour trouver un bon naturo, faites confiance au bouche à oreilles ! Je vais vous donner mes astuces, en revanche, sachez que ce « traitement » a été mis en place par rapport aux besoins de mon corps. C’est du sur-mesure. Ce qui fonctionne sur moi ne vous conviendra pas forcément, mais cela peut vous donner des pistes !

Si vous avez des soucis hormonaux, faites très attention et ne suivez surtout pas ce traitement !

 

Mon traitement anti-acné, anti-règles douloureuses, anti-repousse des poils :

  • Une cure de 3 mois de Desmodium (au minimum) : le desmodium soutient l’action du foie et donc l’élimination des toxines (le mien étant très paresseux, il a besoin d’aide lorsque je prends un traitement médicamenteux). Ne désespérez pas si vous ne voyez aucun changement, on ne constate une amélioration qu’au bout du 2ème mois de prise. Le desmodium a vraiment aidé mon corps à éliminer rapidement la pilule. Au départ j’ai eu pas mal de nausées (signe que le corps est en mode detox), et puis après ce fameux deuxième mois, plus rien !
  • Une cure de zinc : je vous ai déjà dit que je prenais du zinc contre l’acné. Personnellement, je prends le mélange Vegan de chez Holland & Barrett pour ma B12 vu que je suis vegan. Ce dernier contient du zinc ce qui me convient donc parfaitement. Si vous ne souhaitez pas opter pour ce mélange, prenez bien du zinc enrichi en vitamine B6 (qui facilite son assimilation). Le zinc est connu pour lutter contre l’acné. Tout comme le desmodium, il faut être patient avant de constater d’éventuels effets. 
  • De la sauge en infusion : une semaine avant mes règles, je bois des infusions de sauge qui apaisent considérablement l’acné (et qui la préviennent si j’anticipe bien cette période grâce à l’appli Clue). La sauge est un oestrogène-like, elle stimule donc la production d’oestrogènes. C’est un gros raccourci, mais grosso modo, elle imite les effets « positifs » de la pilule (si j’ai bien tout compris !). La différence entre oestrogènes-like et pilule, étant que la pilule remplace les hormones, alors que les oestrogènes-like vont favoriser leur production. Ce qui est bien plus naturel !
  • OPT. du gattilier en infusion : si la sauge ne fonctionnait pas, je pouvais opter pour des infusions de gattilier. Je n’en ai pas eu besoin mais je le garde en tête si jamais un jour la sauge ne faisait plus effet. Le gattilier est un progestérone-like, il aide à réguler les cycles irréguliers et à atténuer le syndrome prémenstruel. Il rétablit l’équilibre oestrogènes / progestérone.

 

D’autres astuces que j’ai mises en place toute seule :

  • Ponctuellement, des cures de fénugrec : j’ai remarqué que cela jouait énormément sur mon acné et sur mes douleurs menstruelles. En y regardant de plus près, on constate que le fénugrec est un puissant régulateur hormonal (oestrogene-like). Et effectivement, je vois bien des améliorations lorsque j’en prends ! Mais je ne le prends pas en continu. Non seulement parce que c’est pénible mais en plus, j’aime bien laisser mon corps tranquille de temps en temps. Par ailleurs, et c’est important pour celles chez qui la pilule a complètement fait chuter la libido, sachez que le fenugrec la favorise (et du coup, la sauge aussi) !
  • De l’huile essentielle de sauge sclarée : localement et lorsque j’ai des kystes hormonaux, je les dégomme à coups d’huile essentielle de sauge sclarée. Ils partent en 2/3 jours grâce à cette dernière (si je n’en mets pas, certains s’installent un moment).
  • De l’huile végétale de souchet : toujours localement, lorsque je m’épile, j’applique systématiquement de l’huile de souchet (et j’en ai ajouté dans mon déo maison).
  • Des infusions de camomille : pour contrer le mal de tête hormonal, mon herboriste m’a conseillé de faire des infusions de camomille. Mais je déteste le goût … Et puis il faut en prendre quelques jours avant ses règles et 2/3 jours ensuite, ce qui est un peu contraignant (ça le serait moins si j’appréciais le goût !).

 

Verdict, quelles améliorations et quels effets indésirables ?

Pour l’instant, cela fonctionne carrément, je suis vraiment ravie ! Je ne peux pas savoir dans quel état aurait été ma peau sans tout cela, même si j’en ai une petite idée … Je sais, c’est que lorsque mes règles vont arriver, j’ai bien de l’acné et la sauge la calme instantanément. Je sais aussi que mes poils repoussent plus vite qu’avant. Donc je pense effectivement que tout ce que j’ai pris et prends encore a bien un effet positif et ça aurait été catastrophique si je n’avais pas anticipé tout cela.

En ce qui concerne les douleurs menstruelles, cela dépend des mois et de mon stress mais je n’ai plus aussi mal qu’avant de prendre la pilule (comme je vous le disais dans mon précédent article, le 1er jour de mes règles, je vomissais du matin au soir). Je n’ai plus de nausées mais il peut arriver que j’ai mal au ventre. Quand c’est le cas, je prends une infusion de sauge et ça me calme beaucoup. Il parait que l’huile essentielle de basilic sacré mélangée à de l’huile végétale en massage sur le ventre apaise les douleurs. Je n’en ai jamais eu besoin parce que la sauge fonctionne bien (et c’est d’une pierre deux coups pour contrer l’acné). A noter que si au début, j’en prenais pas mal (une à deux par jour), aujourd’hui il y a certains mois où je ne bois qu’une ou deux infusions.

Au niveau de mes cycles, ils sont toujours hyper réguliers (parfois 5 jours d’avance mais ce n’est arrivé que 2 fois). Ma naturo m’avait dit que cela pouvait être du à la pilule encore présente dans mon corps … Mais un an après, je ne sais pas si l’on peut dire que c’est toujours à cause de la pilule ou si mon corps est plutôt bien réglé ?

Cependant, j’ai tout de même quelques effets secondaires :

  • Certains mois, j’ai des maux de tête hormonaux. Comme je vous le disais, je les apaise avec de l’infusion de camomille (je mélange sauge et camomille lorsque j’ai mal au ventre et à la tête !) … Ca a le mérite de fonctionner même si c’est un peu pénible à prendre. C’est sûr que c’est plus facile de prendre un doliprane mais ce n’est pas naturel donc je refuse …
  • Mes règles durent plus longtemps qu’avec la pilule, c’est certain … Mais de toutes façons, maintenant que j’utilise la cup, j’ai l’impression de ne jamais les avoir ! Je la change le matin sous la douche, le soir en allant me coucher, et c’est tout.
  • Et comme je vous le disais, j’ai remarqué que j’avais besoin de m’épiler un peu plus souvent … Mais ce n’est pas catastrophique non plus, il ne faut pas exagérer. Et puis ça se calme doucement depuis que j’applique de l’huile de souchet. Je ne le fais pas depuis très longtemps, donc à voir sur le long terme.
  • Par ailleurs, mon SPM (syndrome pré-menstruel) est assez violent. Je peux me mettre à avoir envie de pleurer devant une pub (c’est assez pathétique à voir 😂), me mettre en colère pour un rien … C’est l’effet secondaire qui me gonfle le plus, c’est vraiment pénible. Cela dure parfois 10 jours, c’est beaucoup trop long et si la sauge m’apaise un peu, ce n’est pas transcendant non plus … A voir si le gattilier ne peut pas m’aider ! Je testerai lorsque celui-ci croisera mon chemin au détour d’un magasin bio.

 

Voilà, je pense que je vous ai tout dit ! J’insiste vraiment sur le fait de prendre RDV avec un naturo ! Si je fais cet article, ce n’est pas tant pour vous donner mes astuces mais plutôt pour vous aider à trouver les vôtres … Et vous prouver que c’est possible de limiter considérablement ces effets secondaires !

Si vous l’avez loupé, cet article est la suite du billet : pourquoi j’ai arrêté de prendre la pilule ?

 

Et vous, avez-vous arrêté la pilule ? Ces éventuels effets secondaires vous font-ils peur ?

 

Cet article vous a plu ? Twittez et partagez !

17 Comments
  • Aurélie

    12 février 2017 at 19 h 06 min Répondre

    Merci merci beaucoup Gala de parler de ces sujets féminins, de partager avec nous ton expérience et ta réflexion!!
    J’ai aussi pris la pilule pour des problemes d’acné, pendant 15 ans, j’ai aujourd’hui 33 ans. J’avais fais plusieurs pauses sans pilule pendant ces années car comme toi je préfère le naturel et évite de donner des médicaments à mon corps. Mais à chaque fois l’acné revenait c’était très très difficile à vivre car c’était une acné sévère, donc je finissais par reprendre la pilule.
    Cela fait aujourd’hui plus d’un an que je fais un travail personnel sur le fait d’exprimer mes émotions, ma colère lorsque je suis en colère, mes désaccords même si personne ne partage mon point de vue, et je « travaille » aussi sur le thème du féminin sacré (lectures, conférences), et là pour la première fois j’ai arrêté la pilule depuis environ 9 mois et l’acné n’est pas revenue, pour la première fois de ma vie pas d’acné alors que zéro pilule et zéro antibiotique! 🙂 Je croise les doigts pour que ça continue comme ça!
    J’ai l’impression et je ressens que c’est grâce a ce cheminement personnel, mais bien sur je ne peux pas le garantir à 100%. Et pour la première fois de ma vie je commence à avoir des cycles réguliers (en dehors de la prise de la pilule bien sur), et ça aussi c’est une grande joie pour moi. 🙂

    J’ai une petite astuce pour les femmes qui arrêtent la pilule et qui n’ont pas de cycles réguliers où ne retrouve pas leurs règles pendant plusieurs mois, j’ai testé et cela a fonctionné pour moi, ça s’appelle « perles d’huiles essentielles. Féminité. De biofloral » je l’ai trouve en magasin bio. Si les règles sont en retard et que cela m’inquiète, me dérange, j’en prends pendant une semaine et la plus part du temps au bout d’une semaine les règles arrivent. C’est etonnant que ce soit aussi efficace mais c’est génial car ce ne sont que des huiles essentielles. ça a été un grand soulagement et d’une grande aide et soutient pour m’aider a retrouver un cycle plus régulier.

    Encore un grand merci Gala de parler de ces sujets féminins qui nous permettent d’apprendre et de partager nos expériences et conseils! 🙂

    Aurélie

  • Carole

    12 février 2017 at 21 h 24 min Répondre

    J’ai arrêté la pilule (que je prenais depuis 30 ans !!!) alors que j’étais en péri ménopause, donc bouleversement hormonal + bouleversement hormonal à la clé et parallèlement j’ai fait un burn out + une dépression, tout est arrivé en même temps !
    Pendant ma descente aux enfers, j’ai vu que j’avais développé un début de résistance à l’insuline et après pas mal de recherches et de tâtonnements, j’ai tenté le jeûne intermittent (je saute le petite déjeuner), bien que je sois en sous poids mais je ne voulais pas prendre de médicaments pour l’insuline et la ménop’ (j’avais déjà l’anti-dépresseur qui me foutait pas mal par terre..).
    J’ai continué depuis, j’ai arrêté l’AD et parallèlement je n’ai JAMAIS eu le moindre problème lié à la ménopause, mon acné a considérablement diminué (j’avais déjà arrêté les produits laitiers depuis 3 ans et le gluten depuis 1 an mais le jeûne intermittent joue sur le niveau de sucre sanguin et a aussi une anti inflammatoire) et en plus, je n’ai pas pris la graisse sur le ventre qui semble l’incontournable « effet » lié à la ménopause….
    J’ai commencé par un jeûne journalier de 14h puis je suis passée à 16h et de plus en plus, quand je vais à mon bureau, je ne mange que le soir. Ce rythme a aussi considérablement apaisé mes intestins et amélioré ma digestion.
    Le WE, je prends toujours 2 repas (je pourais me contenter d’un seul mais il faut que je reprenne du poids, mon burn out m’a dépouillée de 10kg et je n’étais déjà pas bien grosse…), le midi et le soir mais plus jamais de petit déj’, j’ai pris l’habitude (et du reste ça faisait des années que je le digérais de moins en moins bien !!!).
    J’ai lu divers témoignages sur les effets du jeûne quotidien sur l’équilibre hormonal et beaucoup de femmes ont noté une nette amélioration de leur acné, des douleurs menstruelles, etc…
    Après, pour un gros gros sevrage de la pilule, il y a aussi le jeûne de plusieurs jours… là il faut bien se renseigner et adapter à son état (j’en ai fait un de 3 jours qui m’a fait faire un formidable bond au point de vue de la santé… rien qu’en 3 jours…).
    Voilà, je donne juste une autre piste et je partage ma petite expérience…
    Bisous et bravo à toutes les femmes qui veulent arrêter la pilule, c’est vrai que ça nous a « libérées », mais à quel prix alors il faut essayer de s’en débarrasser…

  • Pauline

    13 février 2017 at 15 h 27 min Répondre

    Coucou Gala ! ♥
    Merci pour ce super article, pour ma part je ne prends plus la pilule depuis cinq ans (!!) et j’ai tout arrêté du jour au lendemain sans me soucier des effets qui ça aurait. Résultat, règles de nouveau très longues, hyper douloureuses, je souffre chaque mois de migraine hormonale pendant un à deux jours. Je me soigne comme je peux en alternant solutions naturelles et moins naturelles – malheureusement je n’ai rien trouvé qui fasse effet contre les migraines à part le médicament prescrit par mon médecin. Et quand je dois bosser de 7h à 18h, laisser la migraine passer toute seule n’est pas une option !
    Par contre je suis intriguée par l’huile végétale de souchet : qu’est-ce que ça fait exactement ? Ca ralentit la repousse ? Ca m’intéresse grandement, même si je vais bientôt avoir un épilateur à lumière pulsée (je suis joie et bonheur), ça peut être utile de ralentir un peu le processus. Surtout quand, comme pour moi, se raser les jambes le matin veut dire voir la repousse apparaître dès 18h, ou quand l’épilation à la cire ne dure qu’une semaine et demi… (oui, c’est carabiné chez moi :D)
    Bisous Gala, merci pour ton blog que j’aime toujours autant – mais tu le sais !

  • Doris

    14 février 2017 at 16 h 31 min Répondre

    Le gattilier aide vraiment très bien pour les SPM, par contre, il faut faire attention, car il peut augmenter la fertilité (ce qui peut être pratique pour certaines femmes, moins pour d’autres 😉 ).

  • Julie de Écolorée.com

    14 février 2017 at 16 h 37 min Répondre

    C’est étonnant, je vois ces effets secondaires partout sur les blogs mais dans mon entourage, les 4 filles qui ont arrêté (d’âge différent, toutes avec le stérilet en cuivre à la place) et moi-même n’avons rien eu de tout cela. Personnellement j’ai même des règles moins abondantes et moins douloureuses. Les boutons sont peut-être un peu revenus pour ma part (mais pas pour mes amies) mais ce n’est que 3-4 jours par mois.

    Cela dépend de chacune mais c’est étonnant que nous ayons toutes eu de la chance 🙂

    Courage et bonne continuation 🙂

    Julie de Écolorée.com

  • Camille

    14 février 2017 at 17 h 43 min Répondre

    Merci pour cet article! 🙂

    J’ai arrêté la pilule il y a un peu plus d’un an, en octobre 2015, après 3 ans de prise environ.
    Cet arrêt s’est accompagné de la pose d’un stérilet cuivre par une sage-femme, très douce et à l’écoute. C’est aussi une solution, je pense, pour éviter les gynécos qui sont parfois peu agréables (dans leurs gestes, leurs paroles et leurs avis médicales parfois…). 😉

    Mes premières règles après la pose ont eu quelques jours de retard, et ça a mis un moment à se « régulariser » si on peut dire. Je n’avais pas de douleurs terribles ni de pertes hyper abondantes comme cela est souvent craint une fois qu’on arrête la pilule.
    Mais quelques mois après, plus de règles du tout! Et cela, pendant 8 mois tout de même. A l’heure actuelle mes cycles ne sont toujours pas réguliers, je pense que ça va mettre du temps à se refaire…

    Le plus embêtant pour moi a été l’aspect du visage et de ma peau. Plus de boutons (ou de kystes), une peau moins nette, etc. Mais avec une routine visage adaptée et quelques astuces, ça passe, ce n’est pas un drame non plus! 🙂
    Bravo à toi d’avoir sauté le pas en tout cas et merci pour ces astuces. 😉

  • Liloumei

    17 février 2017 at 9 h 18 min Répondre

    Merci pour cet article. Je suis prête à arrêter après 10 ans de pilule. Je finis ma plaquette et j’arrête ! Les effets secondaires me font un peu peur mais j’avais une pilule mini dosée et avec tes conseils j’espère que ça ira sans trop de problèmes !

  • Anne-Lise

    17 février 2017 at 20 h 12 min Répondre

    Bonjour Gala, merci pour ces deux posts sur ton expérience après l’arrêt de la pilule. J’ai décidé d’arrêter la pilule prise pendant 5 ans peu de temps après toi aussi (en mai cela fera un an) et pour les mêmes raisons que toi.
    C’est intéressant car j’avais certains problèmes aussi; mon acné est revenue pas mal, les douleurs lors des règles et les SPM sont assez forts aussi. Ce que je prends depuis quelques mois c’est du gattilier en gélule et cela apaise beaucoup les douleurs et crampes j’ai remarqué. Quant à l’acné je n’ai rien trouvé pour l’instant mais je vais essayer le fénugrec et les infusions de sauge comme tu l’as conseillé.
    Quant à ma démarche pour l’arrêt de la pilule, j’en ai parlé à personne te je n’ai pas vu de spécialiste non plus. J’étais à la fin de mon ordonnance et je me suis dis que c’était le moment de cesser. Je ne regrette pas mon choix! Au contraire. Mon cycle est assez régulier aussi, je me fis au cycle de la lune pour me repérer.
    Prendre rdv avec une naturopathe est quelque chose que je veux faire un jour en tous cas.

    Merci beaucoup pour tes conseils et ton vécu!

    Anne-Lise

  • Lindya

    18 février 2017 at 14 h 59 min Répondre

    Bonjour,
    Moi aussi j’ai arrêté les hormones (j’utilisais un anneau Nuvaring) il y a plus d’un an, et pour ma part, aucun effet indésirable.
    J’ai d’ailleurs moins de migraines, douleurs de règles, problèmes de peau (mais j’ai la peau sèche).
    Et mon porte-monnaie se sent mieux aussi, parce-que l’anneau c’est cher et pas remboursé !

  • Pauline

    1 mars 2017 at 14 h 19 min Répondre

    Pour ma part je suis passée de la pilule Yasmin à un stérilet hormonal Jaydess. Les stérilets hormonaux diffusent, paraît-il, moins d’hormones que les pilules et j’en ressens fort les effets (boutons d’acné alors que j’en ai jamais eus, cheveux qui regraissent très très vite).

    Je vais suivre tes conseils pour le Zinc et pour les infusions de sauge 🙂

    Est-ce tu penses qu’il serait utile de consulter un homéopathe pour contrer mieux ces effets?

  • Marie

    1 mars 2017 at 15 h 55 min Répondre

    Pour le SPM j’étais dans la même situation que la votre. Dix jours absolument horribles pour mon entourage et pour moi car je sentais bien que je ne maitrisais rien. Depuis j’ai commencé un parcours FertilyCare et grande découverte: un SPM de plus de 3 (max 5 jours) n’est pas normal. Il s’agit souvent d’un « symptôme  » d’une carence en progestérone. Depuis en deuxième partie de cycle je prends de la progestérone et la différence est flagrante!!! Vraiment cela a changé ma vie!

  • Malaury

    2 mars 2017 at 10 h 51 min Répondre

    J’ai arrêté la pilule depuis plus d’un an. Pilule qui, à cause de ses effets secondaires, m’avait poussé à consulter 3 professionnelles de santé dans des domaines différents dans le but de résoudre différents troubles (dépression, douleurs, absence de libido…) et à y laisser environ 400€ sur un an. Les effets secondaires à l’arrêt de la pilule n’ont pas vraiment existé pour moi, j’ai juste noté, une fois, de la migraine et un mal de ventre. Je revis en fait, je me reconnais, et je n’échangerais ça pour rien au monde.
    La pilule a pourri ma vie, de manière assez grave. Voilà comment les industries pharmaceutiques et une bonne partie des professionnels de santé prennent soin des gens.

    Concernant les migraines et les maux de ventre, je conseille fortement l’huile de ricin ! Je ne l’ai jamais essayé spécifiquement pour les douleurs liées aux règles, mais c’est une méthode anti-douleur plutôt formidable, pour ma part. Il faut l’appliquer sur la zone douloureuse, couvrir d’un linge et mettre une bouillotte par-dessus. Et laisser agir jusqu’à disparition de la douleur ! 🙂

  • Marie

    2 mars 2017 at 18 h 18 min Répondre

    Je trouve ça vraiment génial et intéressant que tu partages avec nous ton expérience et tes conseils 🙂 Ca me servira surement je pense ! Merci 😀

  • Capucine

    6 mars 2017 at 14 h 53 min Répondre

    Il existe plusieurs étude scientifique sur les oméga 3, avec une nette amélioration des SPM pour une prise d’au moins 3 mois à raison de 1g/ jours. Merci pour cette article

  • Mona

    6 mars 2017 at 17 h 05 min Répondre

    Bonjour Gala, merci pour cet article intéressant auquel je vais néanmoins, et en toute gentillesse (j’espère !) apporter un témoignage contradictoire. J’ai arrêté la pilule il y a 7 ans. J’avais pris beaucoup de poids, notamment, et je voulais voir si ça aidait (réponse : oui, clairement, j’ai maigri facilement). MAIS. Il y a un gros mais. J’ai (re)développé de l’endométriose, qui n’avait jamais été diagnostiquée jusque-là mais dont j’avais souffert pendant toute mon adolescence (évanouissements, etc) et que la pilule avait complètement mise « sous contrôle ». D’année en année, jusqu’il y a 3 ans, je suis devenue de plus en plus malade pendant mes règles (autant te dire que les traitements de naturo sont aussi efficaces dans ces cas-là que de cracher en l’air !) jusqu’à ce qu’on me diagnostique une endométriose sous une forme sévère avec lésions etc. Je reprends donc un traitement hormonal depuis deux ans, et après pas mal de tâtonnements pour trouver ce qui me convenait, ça va beaucoup mieux (en fait, je ne suis plus malade du tout).
    J’ai repris du poids. J’ai parfois des débuts de migraine (moi ça a toujours été la pilule qui les causait, comme quoi). Mais je ne suis plus malade 2 semaines sur 4. Je n’ai plus de kyste, plus la sensation que je vais mourir tellement j’ai mal. Une de mes collègues qui souffre de la même chose que moi a pu avoir des enfants grâce à son traitement hormonal qui l’a préservée de l’infertilité.
    Ton expérience et tes conseils sont très intéressants, mais attention : parfois la pilule/les traitements hormonaux sont une nécessité. J’avoue que je suis un peu inquiète de la tendance actuelle de vouloir à tout prix tout dé-médicaliser, alors même que la médecine nous protège avant tout 🙂
    Bref : ce message non pour « t’attaquer », car c’est très loin d’être mon intention (au fond, moi aussi j’aimerais arrêter la pilule ! 🙂 ) mais pour apporter un autre point de vue au débat. Merci pour ton blog que je découvre et qui est très intéressant.
    Amicalement

  • Manon

    9 mars 2017 at 10 h 45 min Répondre

    Je me sens moins seule 😉
    J’ai arrêté la pilule il y a 1 mois et demi car j’en avais marre de ce rituel « chaque jour à la même heure », marre des hormones en continues dans mon corps et marre de jeter chaque mois une plaquette de déchets …
    Mais je voulais conserver une contraception. Je suis passée au stérilet au cuivre.
    J’ai une super gynéco qui a fait ce qu’il fallait. Seul bémol, elle ne m’a jamais parlé des effets secondaires de l’arrêt de la pilule. Résultat, je me retrouve avec des douleurs dans les seins incroyables, des maux de tête comme je n’en avais jamais eu est un SPM très marqué.

    Je suis allée dans une pharmacie pour avoir des conseils et la pharmacienne (qui heureusement était ADORABLE) m’a conseillé une détox du foie comme tu le disais dans ton article. Donc je pense que je vais m’y lancer.
    Et je vais voir si les symptômes ne s’apaisent pas je pense que je consulterais un naturopathe.

    Merci pour les conseils 🙂

  • Maman Zen

    3 avril 2017 at 21 h 25 min Répondre

    Je dois être une ouf. J’ai arrêté la pilule comme ça du jour au lendemain. Parce que je ne la supportais plus niveau humeur et libido. Là ça ne fait que quelques jours mais je me sens déjà mieux. J’ai eu un SPM assez rude et long et mon ventre à vraiment du mal a digéré (c’est lié). En tout cas je suis quand même heureuse.
    J’ai rdv avec ma gynécologue dans un mois et je vais demander un stérilet en cuivre (elle me l’avais déjà proposé donc il ne devrais pas y avoir de problème). Je ne comprends pas qu’un gynécologue puisse refusé un arrêt de pilule. C’est pas un médicament antiviral cancer bordel

Post a Comment